mercredi 20 juin 2012

Inconnu à la B.N.F ! Le Gil-Blas François de M.Le Maire de Nancy…

Je croyais bien ne jamais utiliser ce fallacieux argument de vente pour promouvoir un de mes livres mais force est de constater que l'œuvre en trois volumes que je vous présente, aujourd'hui, fait partie des exemplaires dont on peut écrire sur la fiche : "Un seul exemplaire incomplet au CCFr, très rare, inconnu à la BNF, manque à la BNF ou, en tout cas, semble manquer à la BNF… ". Sur Worldcat, ce n'est guère plus glorieux puisque si l'exemplaire semble référencé plus ou moins complètement, il est impossible de savoir où il se trouve : Désagrément fréquent sur ce genre de site qui nous offre souvent des faux-positifs ! Il existe des ouvrages microfilmés, nous sommes néanmoins d'accord.


J'imagine que Léo va sûrement me prouver le contraire et je m'inclinerai devant le professionnel. En attendant, ces indications sur la fiche devraient me permettre de proposer l'ensemble en vente à un prix très confortable selon sa formule ;-))


Je considère, en effet, qu’un livre non référencé à la BNF est un plus, que cela ajoute à sa valeur, mais que cela n'en fait pas forcément une perle rare…


Alors, de quoi parlent ces trois volumes ? Il s'agit d'une auto-biographie ou d'une biographie romancée écrite par M. Le Maire de Nancy. La part belle est donnée aux aventures féminines, surtout dans la première partie, où le héros déflore à tour de bras, pourrais-je dire. D'opulentes poitrines laiteuses, d'agréables mignardises ou une petite scène de lutinage sous anesthésie s'offrent à notre imagination débridée. Voilà qui mettra le lecteur en émoi à l'égal des mémoires libertines de Casanova ! La suite du récit nous conte de glorieuses aventures en mer et sur tous les territoires du globe, un peu à la façon d'un voyage de Cook qui aurait embarqué la marquise des Anges... Mi-capitaine Fracasse, mi-Casanova, le héros nous tient en haleine tout au long de ses aventures. Il retrouvera la raison en fin d'ouvrage puisqu'un somptueux mariage et de belles retrouvailles clôtureront son aventure.


Ce type de récit n'est pas sans évoquer Alexandre Dumas ou Cecil Saint-Laurent. Dans la mesure où il a été publié en 1791, il est vraisemblable que la paternité en revienne au premier des deux, qui l'aurait écrit neuf ans avant sa naissance. Encore un argument de valorisation financière de l'ouvrage, me direz-vous ! De même, les bibliophiles qui nous suivent et qui ont reçu l'ouvrage de Jean-Paul Fontaine reconnaîtront sans peine, dans cette édition, un ouvrage attribuable à l'éponyme galvaudé mais non référencé par notre bibliographe. Le format et les dorures ne trompent pourtant pas : C'est un Cazin !


En raison des différentes ombres qui planent sur cet ouvrage, je vous soumets deux fiches, mais avec une évaluation financière identique. Vous pourrez donc acheter cette œuvre et y insérer, pour vos héritiers, la fiche qui vous convient le mieux. Pierre


LE MAIRE. Le Gil-Blas françois ou Aventures de Henri Lançon. Paris, 1791. Mention de seconde édition. 3 volumes in-18. Reliure pleine basane jaspée, plat à triple encadrement d'un filet doré, roulette sur les coupes et à l'intérieur du contre-plat, dos lisse à motifs et filets dorés, pièce de titre et tomaison sur maroquin noir et lettres dorées, papier de garde coloré, toutes tranches dorées. 251pp, 288pp, 324 pp. Charmante présentation en très bel état, complet de ses trois tomes. 120 € + port


LE MAIRE (pseudo de Honoré de BALZAC). Le Gil-Blas françois ou Aventures de Henri Lançon. Paris, 1791. Édition attribuable à CAZIN mais absente du FONTAINE dans sa première publication. Mention factice de seconde édition. 3 volumes in-18. Reliure d'époque en plein cuir jaspé, non signée par SIMIER, plat à triple encadrement d'un filet doré, roulette sur les coupes et à l'intérieur du contre-plat, dos lisse à motifs et filets dorés, pièce de titre et tomaison sur maroquin noir et lettres dorées, papier de garde coloré, toutes tranches dorées. 251pp, 288pp, 324 pp. Magnifique ouvrage d'une grande rareté, inconnu à La BNF et non référencé au BRUNET ou au QUERARD. État exceptionnel, complet de ses trois tomes. Seul exemplaire complet et de bonne facture connu à l'heure actuelle. Haute provenance supposée. Pour investisseur clairvoyant. 120 € + port

10 commentaires:

Léo Mabmacien a dit…

Bel article Pierre, il m'a bien fait rire. Je vois que vous avez attrapé le coup pour nous allécher...

J'ai bien sûr fait une petite recherche pour trouver d'autres exemplaires ailleurs. Vous avez raison Pierre pour "Inconnu à la Bnf", on ne trouve que la première édition de 1790...
Par contre la Bibliothèque nationale de Suède en détient un exemplaire ;-))
Bon c'est vrai l'état n'est pas précisé, ils sont peut-être remplis de vers, avec des pages arrachées. Je pense que vous pourriez rajouter dans la notice "seul exemplaire complet et de bonne facture connu à l'heure actuelle"... Soit dit en passant la troisième édition datée de 1792 serait encore plus rare ;-))


Léo

Pierre a dit…

La mention que vous nous proposez pour compléter la fiche, Léo, me va à ravir ;-)) Pierre

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Bravo Pierre pour cette découverte !.....
Puis-je ajouter, sans humour caché, qu'il s'agit fort probablement d'une impression neuchâteloise, malgré l'adresse de Paris ?

Pierre a dit…

Le ton très libertin et hautement amoral de l'ouvrage expliqueraient, alors, son format de poche et son impression neuchâteloise, Jean-Paul. C'est surtout une curiosité qu'on qualifierait aujourd'hui d'ouvrage " publié à compte d'auteur " ! Pierre

pascalmarty a dit…

L'attribution à Balzac neuf ans avant sa naissance me rappelle la réflexion de l'employé de l'état-civil au père Hugo venat déclarer la naissance de son fils Victor : « Félicitations, monsieur, vous venez de donner un génie à la France ! »
Les oulipiens parleraient plutôt de plagiat par anticipation
Jolis petits volumes, en tous cas.

pascalmarty a dit…

L'attribution à Balzac neuf ans avant sa naissance me rappelle la réflexion de l'employé de l'état-civil au père Hugo venat déclarer la naissance de son fils Victor : « Félicitations, monsieur, vous venez de donner un génie à la France ! »
Les oulipiens parleraient plutôt de plagiat par anticipation
Jolis petits volumes, en tous cas.

pascalmarty a dit…

Ah, milescuses ! Je ne crois pas que ce que j'écris soit deux fois plus intéressant si je l'écris deux fois. Chlaipa faiesprès, m'sieur, c'est Blogger qui m'a poussé !

Pierre a dit…

Nous le comptabiliserons néanmoins dans le nombre de commentaires, Pascal, ceci simplement afin de flatter l'égo du boutiquier ;-)) Pierre

sebV a dit…

N'y a t il pas quelques "notes érudites" en marge qui pourraient signer une "haute provenance" non identifiée ?

Pierre a dit…

Aucune note manuscrite, SebV... Seuls, les grands bibliophiles procèdent ainsi ! Cet ouvrage provient, sans nul doute, d'une bibliothèque prestigieuse. Pierre