lundi 8 avril 2013

La stimulation amoureuse par le texte et l'illustration chez Pierre Louÿs...


Je cherchais à faire concurrence à un billet entrevu (et même vu) sur le Bibliomane moderne en vous proposant deux petites bluettes de Pierre Louys mais j'ai rapidement admis que la lecture de textes érotiques ou la vue d'illustrations suggestives dans les ouvrages anciens étaient de la roupie de sansonnet face à la redoutable efficacité des procédés modernes de stimulation du plaisir…

Pourtant, Pierre Louys, quand même…
Pierre-Félix Louis dit Pierre Louÿs, naît d’un second lit le 10 décembre 1870 à Gand, de Pierre-Philippe Louis, remarié à Claire-Céline Maldan. En 1890, il fait la connaissance de Paul Valery à Montpellier, il commence à fréquenter les rencontres littéraires de Mallarmé et le salon de Jose-Maria de Heredia. En 1896, Pierre Louÿs publie au Mercure de France « Aphrodite », dans une relative indifférence jusqu’à un article dithyrambique de François Coppée en une dans « Le journal » ; le succès est immédiat et colossal. Suivent des voyages en Algérie, dont il ramènera même une maîtresse dans un chassé croisé avec Marie de Heredia, avec qui il a une liaison depuis 1897. Celle-ci donne naissance à un fils, qu’elle va appeler…Pierre ! Louÿs est officiellement le parrain de cet enfant, surnommé Tigre, dont il est le véritable père. En 1899, Pierre épouse Louise, la sœur de Marie, avec laquelle il entretient toujours une liaison jusqu’en 1902.


La production littéraire de Louÿs permet au couple de vivre et de voyager ; et de s’installer dans un hôtel particulier qu’il loue dans le 16ème arrondissement, 29 rue de Boulainvilliers. Pierre Louÿs y restera jusqu’à sa mort.


A partir de 1907, des difficultés créatrices vont de paires avec les difficultés financières. En 1910, Pierre est incapable de régler la note de l’hôtel lors d’un séjour à Tamaris. Il divorce de Louise en 1913 et reprend alors une vie mondaine et des liaisons avec de jeunes actrices (Jane Moriane, Claudine Roland, Musidora). En 1916, il tombe sur des notes rédigées à l’époque de sa liaison avec Marie et reprend un poème qui sera un chef d’œuvre : Le Pervigilium Mortis qui se trouve, bien évidemment dans le recueil de poèmes que je vous propose à la vente, aujourd'hui.


A partir de 1917, Pierre Louÿs va doucement sombrer : ses ennuis financier le poussent à vendre sa bibliothèque de bibliophile… Je serais curieux de feuilleter le catalogue de la vente.


L'auteur aura néanmoins marqué de son empreinte, une jeunesse avide de sensations amoureuses et désirant se libérer du carcan d'une éducation puritaine au travers de textes et d'illustrations érotiques. On ne peut assurer si la morale qui permettait à l'homme de s'enivrer de ces situations libertines permettait à la femme de s'émanciper conjointement. On n'en parlait pas, hier. Nul doute que notre époque ne permette à nos compagnes de rattraper ce retard puisque, après le droit à la simulation, on leur accorde maintenant le droit à la stimulation  ;-))  Pierre


LOUYS Pierre. Poèmes. Monte-Carlo, Editions Du Livre, 1947.  Un volume petit In-8. Broché sous couvertures rempliées, chemise et emboîtage. 240 pp. Tiré à 3000 exemplaires sur papier vergé Renage. Suite de figures libres en feuillets volants.  Très bel état intérieur et extérieur.Vendu

LOUYS Pierre. Aphrodite. Moeurs Antiques. Monte-Carlo, Editions Du Livre, 1948. Un volume petit In-8. Broché sous couvertures rempliées, chemise et emboîtage. 289 pp. Tiré à 3000 exemplaires sur vélin blanc. Lithographies hors-texte de Collot, frontispice. Très bel état intérieur et extérieur. Vendu

8 commentaires:

Pierre Bouillon a dit…

J'achète les deux.
Pierre

calamar a dit…

A noter que les poèmes sont illustrés par Suzanne Ballivet, qui n'est pas encore l'épouse de Dubout.

Pierre a dit…

Les premiers ouvrages de la collection du livre Monte-Carlo présentaient les illustrations sous forme d'une suite libre, en fin d'ouvrage. Le résultat est, dans ce cas, fort agréable au regard. Pierre

Pierre a dit…

Merci, Pierre, pour cette commande. Je vous contacte en externe pour la finalisation de l'achat. Comme l'a précisé calamar, les dessins de Poèmes sont de Suzanne Ballivet, future compagne d'Albert Dubout, avec qui elle travaillera pour Pastorrely, entre-autres. Pierre

Textor a dit…

Un vent d'érotisme souffle sur les blogs de bibliophilie. Du coup je me retrouve tout bête avec mon dernier article sur Saint Ambroise qui reste très (trop) convenable et que Bertrand risque de refuser, c'est sur !! :)
Textor

Bertrand Hugonnard-Roche a dit…

J'accepte tout !!

B.

Textor a dit…

Le plus dur restera à trouver une transition ... :)
T

Pierre a dit…

Grâce à vous et à Saint Ambroise, Textor, un doux zéphyr de spiritualité va souffler sur le blog de Bertand. Nous en sentons déjà les premières fragrances... Pierre