samedi 26 novembre 2011

Marché aux santons de Tarascon...

C'est à Marseille, à la fin du 18ème siècle, qu'est née la première figurine qui s'appellerait désormais santon, santoun en provençal qui signifie "Petit Saint"... Les santons sont ces petits personnages que l’on met dans les crèches pour les fêtes de Noël, vous le savez. Ils perpétuent les traditions provençales, la vie des hommes et de leur famille. Ils sont les témoins intemporels de la chrétienté et de la résistance du peuple de Marseille aux interdictions de la révolution française. Ils sont aussi une reproduction de la nativité, des vieux métiers et des personnages traditionnels des pastorales.










Les Provençaux se les transmettent de génération en génération et chacun y ajoute les personnages nouveaux créés par les santonniers de son époque. A la mi-décembre, on les sort des cartons dans lesquels ils ont dormis toute l’année, enrobés délicatement dans des feuilles de papiers. Pendant plus d’un mois ils seront dans la crèche, qui reproduit un vieux village au moment de la nativité, où l’on retrouve les traditions et l’histoire populaire de la Provence.










Un marché de Noël, des ateliers de décoration, des animations, des contes, des concerts et des défilés animent aujourd'hui la ville de Tarascon à l'occasion de son célèbre marché aux santons. J'ai décoré la librairie afin d'être à l'unisson des commerçants de la rue. J'en suis ravi ;-)) Pierre










Dans une boîte en carton,
Sommeillent les petits santons.
Le berger, le rémouleur
Et l'enfant Jésus Rédempteur.
Les moutons, en coton
Sont serrés au fond
Un soir, alors,
Paraît l'étoile d'or
Et tous les petits santons
Quittent la boîte de carton.
Naïvement, dévotement,
Ils vont à Dieu porter leurs vœux
Et leur chant, est touchant
Noël, Noël joyeux
Le berger comme autrefois
Montre le chemin aux trois rois.
Et ces rois ont pour suivants,
Des chameaux chargés de présents.
Leurs manteaux sont très beaux
Dorés au pinceau.
Il est là le divin enfant.
Et leur chant, est touchant
Entre le bœuf au poil roux
Et le petit âne à l’œil doux.
Et l'enfant vagissant
Murmure en dormant.
"Les jaloux, sont des fous,
Humains aimez-vous."

10 commentaires:

Pierre a dit…

Bon ! On voit pas sur les photos prises ce matin à l'ouverture de la boutique mais à cette heure, c'est la grande foule. Les Champs-Elysées, à côté, c'est de la rigolade... Pierre

Anonyme a dit…

A l'unisson des autres commerçants, cela veut-il signifier que sur l'étalage ne sont proposés que des centons de la Renaissance imités de ceux de l'Antiquité ?

Jean-Michel

Pierre a dit…

Les centons et les santons font bon ménage ;-)) Pierre

Anonyme a dit…

Avez-vous déjà croisé le santon colporteur de livres ? J'en cherche un.


Montag

Nadia a dit…

Ya du vin chaud quelque part ?

Bertrand a dit…

Pareil qu'anonyme, si vous trouvez un santon libraire ou un santon bouquiniste (je ne vais pas faire le difficile), je suis preneur !

J'ai un santon lectrice... c'est déjà ça ! (sourire)

B.

Pierre a dit…

Y a du vin chaud ! Hier soir, nous sommes allés manger une fondue savoyarde, histoire de se réchauffer (la porte de la librairie reste ouverte toute la journée), y avait du Génépis aussi ;-)) Pierre

Bertrand a dit…

Comme on dit par chez moi Pierre : "Quand j'vois du Génépis, j'le finis !"

Bon dimanche,

B.

Nadia a dit…

La porte ouverte toute la journée ?? si j'avais été votre secrétaire, Pierre, j'aurais démissionné hier.
Parce que des porte-jarretelles avec des chaussettes et des charentaises fourrées, ça manque de glamour !

Pierre a dit…

Le seul jour où le port du pantalon est autorisé ;-)) Pierre