jeudi 10 novembre 2011

Anacréon commenté par Jérôme Doucet et illustré par Louis-Edouard Fournier...

Cupidon (ou Éros chez les Grecs) est le plus souvent représenté sous la figure d'un enfant de sept à huit ans nu, muni d'ailes, l'air désœuvré, mais malin. Il est armé d’un arc et d'un carquois rempli de flèches ardentes, quelquefois couvert d'un casque et d'une lance et couronné de roses. De vêtement, point !


Tantôt, il est aveugle, car l'amour n'aperçoit pas de défauts dans l'objet aimé [tantôt, il fait semblant car il a déjà été marié une fois]. Quelquefois, on le voit entre Hercule et Mercure, symbole de ce que peuvent être en amour la valeur et l'éloquence [quand on ne peut séduire par le physique, il faut utiliser le baratin]. Parfois il est placé près de la Fortune ayant comme lui un bandeau sur les yeux [l'amour n'est pas un bon placement financier]. Il est toujours peint avec des ailes, et ces ailes sont de couleur d'azur, de pourpre et d'or. Il se montre dans l'air, le feu, sur la terre et la mer. Il conduit des chars, touche la lyre, ou monte des lions, des panthères et quelquefois un dauphin, pour indiquer qu'il n'y a point de créature qui échappe au pouvoir de l'Amour...

Il arrive aussi qu'il soit représenté sous les traits d'un jeune homme adolescent, avec les mêmes attributs mais en plus gros [je blague…].

Si je vous parle de Cupidon c'est parce que je vous présente aujourd'hui le texte d'un écrivain qui lui est souvent adossé. En effet, comme l'écrit Jérôme Doucet dans la préface de l'ouvrage que je vous propose aujourd'hui : Anacréon ! Ce mot en notre pensée en évoque immédiatement deux autres : L'amour mouillé [sic]


Faites-en l'essai, prononcez ce nom : "Anacréon" au milieu d'une assemblée, même de lettrés, et je gage qu'aussitôt le titre fameux, L'amour mouillé, sera lancé sans hésitation par plusieurs bouches. D'autant que des savants affirment que cette pièce n'est pas de lui…


Naguère, à l'heure de minuit, alors que déjà l'Ourse tournait sous la main du Bouvier, que toute la race humaine, courbée sous la fatigue, se reposait : l'Amour s'en vint heurter à ma porte.
"Qui frappe ? Demandai-je, qui vient interrompre mes rêves ?"
"Ouvre, répondit l'Amour – ouvre, sans crainte, je suis un tout petit enfant, je suis mouillé, et par la nuit sans lune, j'ai perdu mon chemin".
Emu de pitié à ces mots, j'allumai aussitôt ma lampe : J'ouvris.

Je vis en effet un enfant, il portait un arc, un carquois ; il avait des ailes.
Je le fis asseoir auprès du foyer, je pris ses menottes en mes mains pour les réchauffer, j'essuyai l'eau ruisselant de ses boucles blondes.
Et lui, à peine réchauffé : "Voyons un peu que j'essaye mes armes, je redoute que la pluie ait détendu ma corde".
Il bande son arc, me lance une flèche droit au cœur, puis, riant aux éclats, bondit et m'interpelle :
"Allons, mon hôte, ris avec moi, mon arc est sauf… mais ton cœur est malade…".


Les bibliophiles comprendront que l'intérêt de l'ouvrage vaut autant pour cette petite édition numérotée que pour la reliure élégante qui la recouvre. Un cadeau d'anniversaire, d'anniversaire de mariage, par exemple… Pierre


DOUCET (Jérôme). Anacréon (Introduction et Pièces choisies). Illustré de huit compositions de Louis-Edouard Fournier, eaux-fortes de Pennequin. Paris, Librairie des amateurs, A. Ferroud, 1903. Reliure demi maroquin à coins rouge brique, plats avec délimitation par filet doré en marge du papier coloré, dos lisse orné de motifs et d'un titre dans la longueur encadré d'un filet doré, page de garde en papier coloré, tranche supérieure dorée. Format grand in-8. [3ff blancs], [5ff dont couverture conservée et page de titre], VII - 28pp, [2ff.nch.dont table], [3ff blancs]. Tirage total à 225 exemplaires numérotés, celui-ci 169 des 150 sur vélin du Marais. Huit vignettes en en-tête de Louis-Edouard Fournier gravées à l'eau-forte par Pennequin. Très belle reliure signée Flammarion. Quelques rousseurs dans le texte. Ex-libris. 185 € + port

5 commentaires:

calamar a dit…

très beau livre en effet... bon auteur, bon présentateur (Doucet), bon illustrateur, bon éditeur, bon relieur. Que des qualités !
Ferroud a publié beaucoup de petits volumes, avec de nombreux tirages de tête. Il s'était un peu spécialisé dans ces presque bijoux, non ?

Pierre a dit…

Je ne connais cet éditeur qu'en petit tirage. C'est à se demander s'il ne faisait pas que des éditions numérotées. Une mention particulière pour le doreur à qui on doit le titre horizontal très classe. Pierre

Anonyme a dit…

Anacréontique /a.na.kʁe.ɔ̃.tik/ masculin et féminin identiques (??)

1.(Littérature) Qui a le ton, la manière des pièces d’Anacréon, en parlant d’un certain genre de poésie caractérisé par la laudation de la volupté.

Harrg !


Textor

Pierre a dit…

Une laudation à demi-mesure, néanmoins. Je n'ai plus en tête le texte mais je crois qu'il préconisait de couper l'eau et le vin et de profiter modérément de la chair. Pierre

Bertrand a dit…

ou l'inverse (sourire) ...

B.