vendredi 28 août 2015

On ne pourrait plus publier de livres aussi luxueux ! Auguste Vitu et la Maison Quantin...


On ne pourrait plus publier de livres aussi luxueux ! Simple question de prix à la conception ou parce que les éditeurs ne peuvent plus rivaliser avec que ce qui a déjà été fait ? Injure secondaire, la cote de ces ouvrages est injustement sous-évaluée quand ils sont en bon état… C'est alors aux libraires d'ouvrages anciens de les défendre avec le risque concomitant de passer pour des voleurs !


Selon Wiki, Albert Quantin, né en 1850, est d'abord directeur-associé en 1876 de l'imprimerie de Jules Claye avant de créer sa propre imprimerie en 1855, qui fut l'une des plus grandes sociétés de presse parisiennes du Second Empire. Située au 5 & 7 rue Saint-Benoît, la fabrique est agrandie par Albert Quantin.


Le succès de l'imprimerie appelée Claye Quantin & May et de la maison d'édition exigera des disponibilités financières que Quantin trouvera dans la transformation de son entreprise, en 1886, en société anonyme dénommée " Compagnie générale d'impression et d'édition " précédée de la mention " Maison Quantin ". Entre temps, il coédite l’œuvre complète de Victor Hugo en association avec Pierre-Jules Hetzel, son voisin.


En 1890, la Maison Quantin fusionne avec le groupe des " Imprimeries réunies ", représentées par Claude Martinet et Claude Motteroz. La nouvelle association adopte la raison sociale " Librairies-Imprimeries réunies - anc. Maison Quantin, Motteroz, Morel, Martinet ", puis plus simplement " May & Motteroz ", mais garde l’appellation " ancienne Maison Quantin " comme vous pourrez le constater sur l'ouvrage que je propose aujourd'hui à la vente.


J'ai déjà présenté cet ouvrage sur le blogue. L’auteur, Auguste Vitu (1823-1891), fut tour à tour éditeur, historien politique et militaire, critique littéraire et de théâtre, romancier, auteur de manuels de finance. Il a collaboré à nombre de journaux parisiens et a fondé Le Bons sens d'Auvergne à Clermont-Ferrand et L'Ami de l'ordre à Grenoble, à des fins de politique locale. Vitu est surtout connu pour son ouvrage Paris, images et traditions, plusieurs fois réédité. Il a également publié un ouvrage sur le jargon populaire du XVème siècle et un sur Napoléon III dont il avait adopté la moustache et la barbichette… Pierre


VITU Auguste. Paris. Ancienne Maison Quantin, Librairies-Imprimeries Réunies, sd (1889). Un fort volume in folio. Reliure éditeur, illustrée en couleurs représentant une péniche sur la Seine avec en toile de fond l'Ile Saint Louis, titre or encadré d'une bordure bleu azur, blason de la ville de Paris rouge et bleu entrelacé dans un motif fleuri signé G. Fraipont gravé par Aillot, dos lisse avec titre imprimé rouge, Tour Eiffel couleur or imprimée, vignette de l'éditeur gravée en couleurs sur le deuxième plat, plats biseautés. Ouvrage illustré de gravures en noir hors le texte signées par G. Fraipont, et de nombreuses gravures en noir dans le texte et hors texte par un florilège de graveurs de l'époque. En fin d'ouvrage, en pleine page, on trouve un chapitre sur l'Exposition Universelle de 1889 et un panorama de la Seine, l'ouest de Paris, pris du Trocadéro pendant l'exposition universelle et un index alphabétique. Plan des principales voies de Paris actuel en noir hors le texte. Dos et coiffes fendillés, usures modérées du cartonnage, quelques rousseurs. Très bel exemplaire, néanmoins. 507 pp. 220 € + port

2 commentaires:

Jean Michel Poulain a dit…

Alors tiens, juste pour dire une chose n'ayant aucun rapport, à part celui d'une orthographe un peu factice, signifiant en outre qu'on apprécie bien ces articles :
Adam, auquel il manque une côte, garde toujours la cote.
Jean-Michel

Pierre a dit…

Un billet non relu avant une journée banalisée (promenade au flanc des dentelles près de Gigondas) révèle souvent ce défaut chez moi : la précipitation ! Merci d'être vigilant quand je n'y suis pas, Jean-Michel ;-))