samedi 16 avril 2011

Dicksonn ou quand les prestidigitateurs nous révèlent leurs trucs (façon XIXe siècle)…


Je suis ce que l'on appelle un "bon public". Un tour de carte magique, une femme qui disparaît dans un voile, un lapin qui sort d'un chapeau, un assistant découpé à la tronçonneuse me laissent bouche bée et dessinent sur mon visage un sourire niais… Et vous ? Vous laissez-vous prendre à la magie ? Au XIXe siècle, la mode était aux tables qui tournent et on voyait, ou plutôt on ne voyait pas, des esprits désincarnés partout …


Un prestidigitateur, du nom de "Professeur Dicksonn", mena une campagne sévère contre l'immense armée des spirites. Dicksonn constate que malgré la primauté de la science, trop nombreux sont encore les humains qui se laissent toujours duper par des prétendus phénomènes de matérialisation. Il cite le fait d'un médium, un certain Home qui, en 1857, avait pris un tel ascendant sur l'Impératrice, que celle-ci le fit venir à Biarritz, où la Cour impériale était en villégiature.


Au cours d'une séance spirite, le médium fut démasqué par un courtisan du nom de Mario. Au moment où l'Impératrice sentit une main parfumée effleurer son visage, le courtisan alluma la lumière. L'empereur découvrit alors que l'audacieux esprit qui se permettait de telles privautés à l'égard de l'Impératrice n'était autre que…le pied du médium. "Chaussé de souliers larges et découvert sorte d'escarpins, ses chaussettes pourvues de doigts comme des gants, Home avait la faculté de se servir de son pied droit comme d'une troisième main." Furieux d'avoir été mystifié, l'Empereur fit expulser le médium du territoire français.


Le prestidigitateur continue sa démonstration de démystification, en dénonçant les pratiques de deux américains, Ira et William Davenport qui, le 2 septembre 1865, donnaient une séance au château de Gennevilliers, devant des écrivains et journalistes. Ils pratiquaient l'armoire hantée, dans laquelle ils se faisaient enfermer, pieds et poings liés, parmi de nombreux instruments de musique. Au milieu d'un concert infernal provenant de l'intérieur de l'armoire, celle-ci s'ouvrit laissant voir les deux américains toujours garrottés. Puis, le truc fut découvert. Avec de l'art et de l'entraînement, les deux frères pouvaient très facilement se débarrasser de leurs cordes et s'engager en un clin d'œil dans des nœuds truqués.


Dicksonn raconte que dans sa longue carrière, il reçut des confidences de gens qui lui attribuaient un pouvoir occulte... Il put ainsi juger de lui-même "des ravages causés sur le cerveau humain par les pratiques du spiritisme."


Mais la vérité parvient souvent à déjouer la supercherie. Ce livre devrait vous aider à garder votre lucidité. Pourtant on aimerait tellement que la magie existe vraiment ;-)) Pierre


NB : Ce livre est partiellement décousu et sans sa couverture. Idéal pour un relieur amateur qui cherche un ouvrage intéressant à se mettre sous la main…


DICKSONN. Trucs et Mystères dévoilés. Edition : Paris, Albert Mericant. Sd (1900). 280 pages, broché, 19 cm. Anecdotes sur la crédulité publique, Mystifications, Les voyants, Spiritisme, Récréations, Au salon, Au théâtre, Exhibitions. Nombreuses illustrations. Idéal pour impressionner vos amis. Papier jauni. Dans l'état. Vendu

23 commentaires:

Jeanmichel a dit…

La magie est très certainement beaucoup plus intéressante pour les incrédules, c'est-à-dire ceux pourvus d'à peine un grain de bon sens, que pour les convaincus. Ceux-là savent qu'il y a un truc, s'échinent à le trouver et s'émerveillent de ne pas le découvrir alors que ceux-ci sont simplement passivement promenés.
Pour autant qu'il m'en souvienne un de nos présidents, élu en 1981, discutait également souvent avec une magicienne adepte du mysticisme. Mais n'est pas Raspoutine qui veut...

"Idéal pour un relieur amateur", cette appréciation m'en rappelle une autre, celle volontiers émise par les agences immobilières : "A rafraîchir ; idéale pour les amoureux de la nature" qu'il faut comprendre comme la description d'une grange accessible uniquement en tracteur et qu'il faudra raser entièrement. :-)

Pierre a dit…

Pareil, Jean-Michel ! Je sais qu'il y a un truc et ce qui me fascine c'est que ce "truc" est sous mes yeux et que je le vois à côté. En fait, je préfère souvent ne pas le connaitre pour laisser un peu de mystère à la vie.

Par contre, je déteste que l'on me prenne pour une truffe comme ce professeur de chirurgie de notre École Vétérinaire qui avait fait venir dans ses locaux un disciple de uri Geller qui opérait à main nues... Souvenir ? Pierre

Pierre a dit…

Arrrhhhhhhhg! L'attaque est sournoise ;-))

J'aurai du dire "idéal pour un apprenti magicien désargenté qui souhaite posséder un ouvrage en bel état intérieur mais dont l'état de la couverture nécessite qu'il doive le confier à une amie relieuse bénévole pour qu'il puisse l'étudier à loisir sans prendre le risque d'en abimer son contenu" mais c'était un peu long ;-)) Pierre

Anonyme a dit…

Fichtre, une amie relieuse bénévole... Vous ne voulez pas l'envoyer chez moi que je vois si elle travaille correctement.
TRUC, definition:
T our de main,
R eussissant à,
U tiliser,
C orrectement une technique.
Bien à vous,
Sandrine.

pascalmarty a dit…

Ayant eu un grand-père prestidigitateur, je suis bien au fait de certains trucs (mais ne comptez pas sur moi pour vous les révéler. D'ailleurs, certains demandent une telle adresse qu'ils ne sont peut-être pas si éloignés que ça de la vraie magie et ne sont en tous cas pas à la portée du premier venu.)
Pour autant, j'ai déjà eu l'occasion de constater personnellement des choses qui sortaient indubitablement du cadre de la stricte rationalité. Alors j'essaye de m'en tenir à une attitude tenant le milieu entre la crédulité benette et l'incrédulité cartésiano-rigoriste. Du coup, personne ne m'aime…
D'autre part, avant que Nadia ou Sandrine ne le relève, n'y a-t-il un poil de machisme dans le fait que le relieur amateur soit devenu(e) une relieuse bénévole ?…

sandrine a dit…

:D, Hum, je n'y aurais pas pensé.
Etant donné que ce métier se perd, largement feminisé depuis plus de 20 ans, dans sa forme la plus artisanale et artistique. Ce qui est loin d'être le cas quand il est semi, voir industriel. Ne se perd pas encore et est essentiellement masculin. Sauf pour les petites mains.
On revient au 19ème siécle, avec partage des tâches, femme à la couture, au café, à la photocopieuse, et homme à la couvrure... Quoiqu'il en soit rendement ou alors intervention magique de Dieu le pére... occupé à se débattre avec des tours de magie radioactifs impropables.
Un grand pére prestidigitateur, c'est comme une grande malle au grenier qu'on ré-ouvre, un jour de grand ménage. Cela remplit bien le coeur, ça.
S.

Jeanmichel a dit…

Une photocopieuse au dix-neuvième siècle ! Même le bélinographe attendra le début du vingtième. :-)

Très vague souvenir, Pierre, de ce disciple d'Uri Geller, une ondelette qui ne me fait pas frémir. Je n'y assistais pas et le regrette.
Que faisait-il ? Il transformait les ciseaux courbés sur le plat en ciseaux courbés sur le chant ?

pascalmarty a dit…

En ce qui concerne la presti, je dois quand même préciser que ce n'est pas devant ma propre adresse que je m'extasiais. Il peut y avoir un monde entre savoir comment on fait (ça tient en une phrase) et savoir faire (ce qui peut prendre des années). Un peu comme le rempliage du dos en reliure, si vous voyez ce que je veux dire.

sandrine a dit…

La photocopieuse au 19ème... façon de parler, Pierre.
@Pascalmarty : Le rempliage du dos n'est pas si dur à faire???? Il faut l'avoir vu faire une fois et aprés on se lance, non?
La perfection aprés, ça ,c'est autre chose. On sait bien que plus on en fait, plus ça devient précis.
Je crois que vous étes relieur, cela serait interessant de voir comment vous faites, parce que franchement, j'ai peu de confrontation avec les autres relieurs depuis au moins 8 ans.
Il y a tellement de façon de faire. C'est bien le resultat qui compte, pour peu que cela tienne la route, la façon d'y arriver est -t-elle si importante que cela?
S.

pascalmarty a dit…

Pour l'heure je ne suis qu'un relieur débutant, Sandrine.Et je vous assure qu'au moment de faire passer le truc sous le machin, pour l'instant je n'en mène pas large !…
: D

sandrine a dit…

J'ai mis des légendes aux photos.
Y-a-t-il quelques choses que vous ne comprenez pas et que je puis vous dire?
Je vais essayer de faire des photos plus parlantes alors. Parce que le but de mon blog, c'est de montrer pas de donner dans l'auto satisfaction.
Il y a dans la position des doigts, je pense un truc à comprendre.
Il faut tenir et pousser en même temps les cartons vers le bas avec une main et avec l'autre rentrer la peau, s'aider du plioir s'il faut.
et ensuite les remonter dans le mors. c'est pour ça qu'on y revient plusieurs fois sur cette coiffe et que la parure est importante;
Pardon Pierre pour ces digressions. c'est un peu magique quand même le façonnage d'une coiffe non?
S.

Pierre a dit…

Après-midi ensoleillé propice à la balade et à l'entretien du jardin, le passage de la tondeuse étant une tâche éminemment masculine ce qui n'est pas le cas, bien sûr, de la reliure qui est également pratiquée par les hommes des deux sexes ;-))

C'est d'ailleurs un art où je sais comment on fait (tient en une phrase, comme le dit si bien Pascal) sans avoir de savoir faire... J'ai la chance d'avoir un ami relieur et restaurateur de livres anciens qui me renseigne très bien. Il m'arrive de faire de la restauration amateur, je le confesse. Mais c'est en toute discrétion et pour des proches à des tarifs qui frisent le bénévolat. Le mal est moins grand ! Pierre

Pierre a dit…

Je navigue sur le blog de Sandrine qui met beaucoup de passion et de professionnalisme à expliquer son métier. J'apprécie particulièrement la richesse en illustrations des billets et je dois reconnaitre qu'elle s'astreint, sur son site, à une concision et à une clarté qui est, il faut le rappeler, sa marque de fabrique ;-)) Bravo. Pierre

Pierre a dit…

Jean-Michel,

La spécialité du chirurgien aux mains nues, invité à l'école, était (je cherche le mot approprié) "l'extraction atraumatique" de calculs par palpation ventrale inspirée. L'Émérite Professeur G*** n'a détaillé la technique dans aucun mémoire à ma connaissance... Pierre

sandrine a dit…

:D
Merci Pierre...
Hum, la concision... Hum, est-ce à dire que je parle trop?
Non, imaginez en vraie, je suis le cauchemar du stagiaire concentré...:D
S.

Jeanmichel a dit…

Il y a quand même eu, sandrine, des relieuses qui n'étaient pas des lampistes au dix-neuvième siècle. La coreligionnaire de Louise Michel, Nathalie Lemel, en fut une.
La reliure mène-t-elle forcément à la sédition ?

sandrine a dit…

Bonjour,
Je ne sais pas si c'est la reliure en elle même. Je ne crois pas.
C'est plutôt l'état général des mentalités autour de moi qui me fait me battre pour imposer une façon de voir les choses.
Une anecdote : Dans 90% des cas, quand une personne, homme ou femme, entre dans mon atelier et que je suis avec l'un de mes élèves hommes... Devinez vers qui elle va s'adresser en premier pour lui confier son livre?

On en rigole, sauf que, il y a beaucoup d'élèments qui me font dire que les traitements faits aux femmes en matiére de salaires, de considérations et j'en passe et des meilleurs, sont en constantes augmentations, et ne régressent certainement pas.
Je n'ai même pas dit mauvais. j'ai dit une espéce d'ambiance généralisée proche du néant, de la non reaction, de l'acceptation passive des deux sexes... Qui me font réagir.
Fichtre.
En tant que femme famille monoparentale artisan d'art, qui plus est... Vous n'avez pas idée du terrain que je ne lâche pas chaque jour en face de ces messieurs les décideurs, remplacées parfois par des femmes tout aussi... Connes.
Désolée, je n'ai pas d'autres mots. Un p'tit tour de magie peut être?
Bien a vous et en toute amitié cordiale.
Sandrine.

Nadia a dit…

Sandrine a entièrement raison.
Et je ne joue pas la féministe-acharnée de base. Juste je constate aussi...

sandrine a dit…

Bonjour nadia,
Ben, moi non plus je ne suis pas une féministe acharnée.

S.

Pierre a dit…

Bonjour Nadia,

S'il vous plait, enlevez votre bonnet d'âne ! Je préfère votre fraicheur quartier d'orange. Et puis, j'ai bien vu que c'était un âne et pas une ânesse ;-)) Pierre

Textor a dit…

Pierre, etes-vous sur ? Je ne crois pas que cela soit un âne, mais plutôt un lapin, que Nadia a sorti de son chapeau comme par magie féminine ...

T

sandrine a dit…

Non c'est un âne... Le plus borné des plus fidéle compagnon de l'homme.
Très intelligent, vous ne lui ferait pas faire ce qu'il n'a pas envie. point.
S.

Textor a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.