mardi 4 janvier 2011

Les harmonies de l'être exprimées par les nombres. L'Abbé Lacuria et l'ésotérisme Chrétien…


Il me fallait, si possible, pour commencer l'année vous présenter un ouvrage très rare [je ne mâche pas mes mots], en édition originale, curieux [dans le sens où le texte n'est pas un énième plagiat d'auteurs plus anciens] et dans une belle livrée pour s'attirer la bienveillance des bibliophiles qui lisent mes billets.

J'ai donc regardé sur le catalogue collectif de la B.N.F si les deux tomes que je propose aujourd'hui à la vente répondaient à ces critères. Bingo !

Un seul exemplaire est présent dans le patrimoine public de la nation française et encore incomplet puisque la bibliothèque Sainte Geneviève ne possède que le tome I…[ DELTA 56947 (1) FA PARIS - Bib. Sainte Geneviève PEB soumis à condition]. Un libraire ayant un tant soit peu le sens du bien de la patrie l'aurait proposé à la B.N.F. J'ai pensé qu'il pourrait trouver une nouvelle vie dans les mains d'un bibliophile passionné.


Mais revenons sur l'histoire de cet ouvrage du milieu du 19eme siècle. Il est ici écrit, dans son édition originale, sous un pseudonyme - l'Abbé Gaspard. Des rééditions le verront attribué à son vrai auteur – L'Abbé Paul Lacuria (1806 / 1900).

Les harmonies de l'être exprimées par les nombres de l’Abbé Lacuria, écrites en 1844, publiées en 1847 sous son nom, est un ouvrage philosophique plutôt que théologique, mais qui replace la philosophie dans le cadre de la philosophie chrétienne comme Saint Augustin, St Thomas d’Aquin, Descartes ou Malebranche. Mais où l'ouvrage fit polémique c'est qu'il propose, à partir de l'étude des nombres, des interprétations plus ou moins ésotériques et scientifiques à la Foi. Ce courant de pensée eut son heure de gloire, il faut le savoir. Le magnétisme et les fluides s'adossant sans problème à la philosophie, à cette époque.


Mais la ronde endiablée de ces mystiques dérangeait et les rapports de la foi et de la raison sont quelque fois opposés… Ses argumentations à partir de certains symboles universels prédestinés comme celui de la croix, propice aux spéculations mathématiques ne firent pas l'unanimité. Son œuvre unique fut d'ailleurs assez mal reçue par ses confrères d'Oullins. Avant de procéder à une nouvelle réédition en 1847, il envoie une lettre au Père Lacordaire et sollicite une approbation qu'il n'aura pas. Il quitte Oullins en 1847.


En conséquence, l'Abbé Lacuria ne tira aucun bénéfice de ses écrits et n'eut pas de carrière ecclésiastique. Il fut tenu en suspicion puis mis en marge après la publication pourtant discrète des Harmonies de l'être exprimées par les nombres. Il devint précepteur, vivant dans le dénuement tout en continuant à célébrer la messe et à collaborer aux travaux du milieu ésotérique de Paris. Malgré tout, il finit ses jours entouré de la vénération des occultistes pour son seul ouvrage… Ou presque. Il écrivit quelques articles et deux contes riches en symbolisme et a laissé de nombreux manuscrits rassemblés par une fondation ayant pour but de faire connaître la pensée de ce grand mystique du 19eme siècle. Pierre


GASPARD (Abbé). Pseudonyme de LACURIA (P.F.G). Les harmonies de l'être exprimées par les nombres. Paris, au comptoir des imprimeurs unis, Edition originale de 1844 sous le nom d'Abbé Gaspard. Reliure demi basane. Dos lisse orné de faux caissons. Filets et lettres dorés. Tranches mouchetées. Format In-8, tome I : XV, 386 pp et deux planches dépliantes, tome II : 377 pp. Parfait état, pas de rousseurs. Vendu

6 commentaires:

Pierre a dit…

J'ai cherché si cet ouvrage était passé, un jour, en salle des ventes. Si vous avez une piste... Pierre

Bertrand a dit…

rare oui... assurément... me plait bien...
me tenterait certainement en plein maroquin aux armes de Louis Philippe... ;-))

B.

Pierre a dit…

Simple question de réemboitage... C'est vrai que l'ouvrage est rare, curieux et relié dans une livrée d'époque mais qu'il lui manque, quand même, une provenance prestigieuse ;-)) Pierre

Anonyme a dit…

Pierre : juste une petite précision. Ce n'est pas le catalogue collectif de la BNF mais le CCFr que vous avez interrogé. Et attention au CCFr il ne recense pas toutes les bibliothèques municipales (Reims par exemple y est absente)..

Bien à vous
Léo Mabmacien

Pierre a dit…

Merci pour cette précision, Léo. J'ai toujours fait cet amalgame à tort. J'utilise ce site souvent car il est très simple d'utilisation et très réactif. Pierre

Anonyme a dit…

L'édition très rare aussi de 1847, en reliure surtout d'époque avec un ex-libris plus que prestigieux passera bientôt en vente sur leboncoin ou delcampe aux dires d'un libraire de la place. Vers la fin de ce mois je crois. Avis aux amateurs comme moi.
Votre exemplaire est des plus que rares.