samedi 22 janvier 2011

Le "Décembre-Alonnier". Un dictionnaire précurseur du Larousse du 19eme siècle ?



Vous cherchez des informations sur Gentil-Bernard, poète du XVIIIème siècle, vous n'avez pas près de vous l'Encyclopédie Universalis, le Larousse du XIXème siècle que vous convoitiez en demi-chagrin rouge, vous est passé sous le nez le mois dernier et la toile informatique est aussi blanche sur l'auteur que la robe de communion des petits chanteurs à la croix de bois…


J'ai trouvé LE DICTIONNAIRE biographique et historique qui répondra à toutes vos attentes ! Bien illustré grâce un nombre impressionnant d'élégantes gravures sur bois, d'un encombrement raisonnable et non parasité par la pléthore d'événements catastrophiques et de personnages emblématiques du XXème siècle, il mérite de figurer sur vos rayonnages. De plus, étant peu connu, donc peu recherché, vous pourrez vous offrir ces trois tomes pour le prix d'un bijou fantaisie pour votre femme…


Pas connu, le Décembre-Alonnier ? C'est vrai mais reconnaissez que le nom de l'auteur est difficile à mémoriser. Par expérience un nom de plus de deux syllabes, si vous désirez publier un ouvrage, vous mène quelque soit votre talent, droit vers l'anonymat. Ce n'est pas pour rien que Victor Hugo a fait raccourcir son patronyme. Sans cela, qui connaîtrait Victor Hugovinoroscky ? De plus, l'utilisation d'un papier peu flatteur et une présentation sur trois colonnes date un peu, si vous voulez mon avis… Mais on n'achète pas un dictionnaire pour sa présentation me direz-vous !


En fait, Décembre-Alonnier est le nom collectif de Joseph Décembre (né en 1836) et Edmond Alonnier (né en 1828). Ils ont toujours écrit en collaboration, le plus souvent sous ce nom collectif, mais aussi sous d'autres pseudonymes collectifs.


Décembre est surtout connu pour avoir tenté, dans le cadre de la Franc-maçonnerie dont il était un membre influent, de remettre à la mode le culte du La Théophilantropie née pendant la Révolution française et qui proposait une religion "naturelle", avec les "Amis de Dieu et des hommes". Ces cérémonies, qui mettaient en scène le Culte de la Raison et de l'Être suprême étaient l'idée de son fondateur, Jean-Baptiste Chemin-Dupontes, qui désirait peut-être combler le vide crée par la déchristianisation en devenant le calife à la place du calife !


Publié en fascicules dans les dernières années du second empire, le "Dictionnaire populaire illustré d'histoire, de géographie, de biographie, de technologie, de mythologie, d'antiquités, des Beaux-Arts et de littérature" se présente comme un dictionnaire peu onéreux, accessible aux classes populaires. La reliure éditeur qui regroupe tous les fascicules est simple mais solide. C'est un bon dictionnaire qui ne fera pas honte à votre Larousse. Il y a eu, je crois, d'autres tentatives avortées de "dictionnaire populaire" à cette époque. Nous pourrions en faire une petite liste ? Pierre


DECEMBRE-ALONNIER. Dictionnaire populaire illustré d'histoire, de géographie, de biographie, de technologie, de mythologie, d'antiquités, des Beaux-arts et de littérature. Paris, impasse des Filles-Dieu, 1862-1870, format in-4, 3 volumes en reliure de l'époque, demi-basane, dos insolé lisse orné de lettres dorées. Edition parue en livraisons hebdomadaires et fort de 2400 pages et de près de 1000 gravures sur bois par Trichon de Castelli, Yan d'Argent, Yundt, Lix et Lançon. Menus défauts de reliure. Des rousseurs et quelques taches de mouillure très claires parsemées. Bel exemplaire aux cahiers bien solidaires. Vendu

2 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Ouvrage peu commun, et très intéressant pour les renseignements qu'il donne, que d'autres dictionnaires contemporains ne fournissent pas.

Le typographe et éditeur Joseph Décembre (Metz, 1836-Paris, 1906), et son beau-père Edmond Alonnier (1828-1871), signaient leurs ouvrages faits en commun « Décembre Alonnier » sans trait d’union pour bien indiquer qu’ils étaient deux.

Pierre a dit…

Merci Jean-Paul pour cette précision. Pour être totalement sincère avec le portrait que j'ai fait, il faudrait aussi mentionner que Joseph Décembre n'a pas laissé le souvenir d'un honnête homme chez les franc-maçons auxquels il a consacré un annuaire.