samedi 12 septembre 2009

Imitation de Jésus-Christ par Michel de Marillac. Un texte emblématique dans une reliure exceptionnelle.


Si vous ouvrez les tiroirs de vos aïeuls, il se peut bien que vous y trouviez une "Imitation de Jésus-Christ" en plus de la Bible. Par contre, si vous cherchez des chewing-gum ou des préservatifs, il vaut mieux ouvrir les tiroirs de vos enfants…


Cette œuvre de piété accordée actuellement à Thomas a Kempis , qui vivait au XVeme siècle, est représentative d'un mouvement de réforme spirituelle de la fin du moyen age. Loin d'être un schisme, synonyme de grand feu de bois à cette époque, " l'Imitation de Jésus-Christ " est une suite d'aphorismes de bon goût sans aucune prétention théologique. Elle alimenta la dévotion et la prière de nombreuses générations de chrétiens et de laïcs, qui cherchaient dans leur vie quotidienne à vivre en respectant les préceptes du Christ. Et, en effet, pendant des siècles cette " Imitation de Jésus-Christ " a été le classique des classiques du christianisme, éclipsant même, à certaines périodes, les Evangiles.

Ce petit livre, qui s'offre comme une invitation à poursuivre l'idéal de tout chrétien suscite parfois des réserves car certains estiment qu'il donne trop d'importance à l'humilité, la résignation et l'abnégation. Sachant que la religion catholique est aujourd'hui une religion apaisée, je ne vois pas, personnellement, de gène à apercevoir la perfection sans l'atteindre…


Quelques maximes à méditer :

" Celui qui me suit ne marche pas dans les ténèbres "
" Vanité des vanités, tout n'est que vanité, hors aimer Dieu et le servir lui seul "
" Modérez le désir trop vif de savoir; on ne trouvera là qu'une grande dissipation et une grande illusion "
" Ne vous élevez point en vous-même, avouez plutôt votre ignorance "
" Qui a un plus rude combat à soutenir que celui qui travaille à se vaincre ? "
" C'est une grande sagesse que de ne point agir avec précipitation, et de ne pas s'attacher obstinément à son propre sens "
" Plus on pédale moins vite, moins on avance plus vite "
" Le superbe et l'avare n'ont jamais de repos, mais le pauvre et l'humble d'esprit vivent dans l'abondance de la paix "
" Si nous déracinions chaque année un seul vice, bientôt nous serions parfaits "
" Il nous est bon d'avoir quelquefois des peines et des traverses, parce que souvent elles rappellent l'homme à son cœur "
La tentation est la vie de l'homme sur la terre.
" Que sera-ce de nous à la fin du jour si nous sommes si lâches dès le matin ? "


J'ai ajouté une maxime plus légère qui provient d'un autre ouvrage. Les esprits les plus perspicaces débusqueront l'intrus… Les amateurs de belles reliures constateront qu'il n'est pas évident d'associer l'humilité extérieure (plein maroquin fauve à nerfs, de type janséniste) et la légitime fierté de la réussite sociale (contre-plat en maroquin bleu avec dentelle dorée, reliure signée, garde de soie doublée d'une double page colorée, papier turkey-mil, eaux-fortes, tranches dorées et j'en passe…). Bon dimanche. Pierre



MARILLAC (traduction de Michel de). Imitation de Jésus-Christ. Paris, Quantin 1878 Reliure plein maroquin janséniste brun, dos a nerfs, avec titre incrusté doré, double filet sur les coupes et les coiffes. Contreplat en maroquin bleu à filets, roulettes et motifs floraux dorés. Toutes tranches dorées. 1ere page de garde en soie brodée. 2eme garde en papier coloré. Magnifique reliure signée Armand, Avignon, 1891. Fort in-8 de, XIX + 406 pp, texte encadré d'un filet rouge, Réédition de celle de 1631 imprimée a Paris par Claude Calleville. 10 eaux-fortes de J. P. Laurens gravées par L. Flameng et légendées sur la serpente. Etat parfait, dos légèrement insolé. 490€ + port

5 commentaires:

Bertrand a dit…

Un seul mot : Amen !

B.

Lauverjat a dit…

Merci Pierre.
Et de qui est-elle signée cette belle reliure doublée?

Pierre a dit…

La reliure est signée de H Armand, Avignon,1891 (contre-plat). Je n'ai rien trouvé sur ce relieur mais son travail me semble de qualité. Bon ! Je file maintenant à Lourmarin où je vais essayer de faire la promotion de mes 1eres journées du livre ancien de Tarascon, la semaine prochaine. Et puis, je vais flâner aussi... Pierre

Anonyme a dit…

Je me demande si en écrivant vous ne lisiez pas de l'autre main "La Passion considérée comme une course de côte" du bon Jarry...

Montag

Pierre a dit…

Belle référence ! Merci Montag.

Je ne sais pas si on doit à la pratique régulière de la bicyclette ou à l'absinthe ce style inimitable. Il faut aussi attribuer à Alphonse Allais, son contemporain, un peu de la tournure.