mercredi 30 septembre 2009

Reflexions d’un jeune libraire sur le commerce des livres…

Philippe Gandillet présentait la semaine dernière (21 septembre 2009) une chronique spirituelle agrémentée de photos d’une magnifique bibliothèque mise en vente en Allemagne par un commissaire-priseur de la maison Hampel. Du maroquin aux armes de..., beaucoup d’ouvrages illustrés (voyages de Cook), des grands formats et tout ceci dans une mise en scène luxueuse…

Alors que je lisais l’article, le lendemain, je restais ébahi par cette magnifique présentation que je mis illico en fond d’écran sur l’ordinateur de la librairie. J’enviais alors l’acheteur de ce trésor que j’imaginais en vieil aristocrate dont les rayonnages d’acajou attendaient les hôtes armoriés. Je le voyais, dandy désabusé, tirer de légères bouffées de ses cigarettes anglaises en contemplant les livres de cette bibliothèque d’exception minutieusement rangés dans les caisses de bois. « Des Esseintes, Nodier et Gustavo Barcelo » réunis !

Le nouveau propriétaire après avoir signé un chèque de 520.000€ taxes non comprises devait être un fin bibliophile, à n’en pas douter.

Et là, catastrophe ! Grâce à la sagacité de lecteurs de blogs amis, j’apprends l’insoutenable :

Cette bibliothèque n’en est pas une !!! Les livres ont été pour beaucoup achetés sur Ebay par le commissaire-priseur et réunis, pour l’occasion, avant la vente.

La présentation qui mettait en exergue des ouvrages emblématiques dans des reliures en maroquin cachait de nombreux dépareillés dans des livrées flatteuses.

Cette transaction met donc à jour une nouvelle pratique détestable dans les salles de vente qui risque d’entrainer de légitimes méfiances chez les acheteurs. Il est vrai que ces derniers ne sont pas des enfants de cœur, non plus, mais quand même ! Ce manque de transparence dans la provenance des lots proposés est contrariant pour les idéalistes de mon acabit. Je croyais pourtant que le commissaire-priseur, bien qu’exerçant dans une société commerciale, ne pratiquait pas le commerce (il n’achète pas pour revendre, il revend pour le compte d’un client : c’est un acte civil). Le commissaire-priseur, en tant qu'officier ministériel, ne doit donc acheter ce qu’il revend et nous devons nous poser la question de savoir si des prête-noms ont été utilisés. Pas de libraires ayant pignon sur rue, j’espère…

Je découvre donc un nouveau visage du commerce des livres luxueux. Jusqu’à là, il se présentait sous la forme de jolis catalogues illustrés que j’achetais sur les quais de Seine et que j’entreposais sur les étagères les moins faites pour cela. Ce commerce comptait des personnalités hautement respectables et respectées tel Pierre Berès, le Prince des libraires, dont on soulignait à la fois le sens du commerce et le haut degré de connaissance bibliophilique.

Cette vente « Bling-Bling » ne sert pas la cause de la bibliophilie et peut tromper un néophyte comme moi. Je ne connais encore rien de ce métier mais j’apprends vite. Apparemment, certains modifient les règles du jeu au fur et à mesure de mon apprentissage. Cela promet !

Achetez-vous en salle des ventes pour revendre sur Ebay ?

Achetez-vous sur Ebay pour revendre en salle des ventes ?

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Ventes fastes, ventes raffinées...

Gardez-nous votre innocence et votre fraîcheur si revigorantes

Montag

Bertrand a dit…

"A trop croire aux anges on finit par adorer le diable"

Ne cherchez pas l'auteur de cette citation, il est juste derrière le clavier, inspiré par ce beau billet que le Candide de Voltaire n'aurait pas désavoué !

On pourrait aussi vous la faire genre Audiard :

"Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages" ou encore "Quand passent les faisans"...

Se faire faisander n'est grave que si le faisan n'est pas une poule mouillée et si le chasseur ne tire pas à blanc...

Comprenne qui pourra (en fait il n'y a rien à comprendre),

Pierre vient de découvrir l'Homme !

Bravo Pierre,
J'ai quelques lectures divertissantes à vous proposer pour poursuivre votre éducation Humanoïde, comme La conquête du pain ou paroles d'un révolté. Je vous laisse le plaisir de deviner l'auteur.

B.

Jeanmichel a dit…

Je pressens comme un besoin d'ajouter un mot rassurant.
Les vrais amateurs ne sont pas des spéculateurs.
Un amateur d'horlogerie ne se procure pas une Vacheron Constantin "Tour de l'île" à 120 000 € pour la serrer illico dans le coffre d'une banque, il a besoin d'une montre pour la voir marcher ou admirer souvent son cadran émaillé.
L'amateur de livres a besoin mêmement de les regarder vieillir doucement.
Quant à ebay !...

Pierre a dit…

Je ne voulais pas faire preuve de scepticisme sur la nature humaine (encore que...)ni vous faire croire à une innocence (tendance niaiserie) que je n'ai pas.

Il n'empêche que je considère qu'il y a tromperie sur la marchandise pour ce lot d'ouvrages et que la pratique de ce commissaire priseur est condamnable par rapport à ses obligations ministérielles.

Qu'on le pende ! Pierre

Bertrand a dit…

Haut et court comme dirait Clint !

B.

Vincent P. a dit…

Attention Pierre: en France oui, mais en Allemagne quid des obligations du CP?? Il me semble bien que nous n'avons plus occupé la Bavière depuis Napoléon Ier...

Vincent P.

Pierre a dit…

Je viens à l'instant de regarder le statut juridique de l'équivalent du comissaire-priseur en Allemagne et il me semble avoir compris qu'il ne pouvait vendre ses propres biens.

Pour avoir raison, je suis prêt à envahir la Bavière s'il le faut... Pierre

Bertrand a dit…

Il faut écouter du Wagner Pierre... Ah c'est vrai ! cela ne fonctionne que pour la Pologne...

B.

Pierre a dit…

Belle référence à Woody Allen qui a dit (cela n'a rien à voir mais à chaque fois que j'y pense, cela me fait rire tout seul) : Ma vie sexuelle est tellement nulle que je me suis inscrit à un concours. Demain matin, je fais la demi-finale avec le pape !

Sourire. Pierre

Bertrand a dit…

Bon allez Pierre, je vous livre un scoop...

Ce beau livre part en Allemagne chez Hampel...

http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&item=400076092246&ssPageName=STRK:MEWAX:IT

Non content d'avoir berné une fois, il s'apprête visiblement à préparer une seconde vente...

En même temps, tant qu'il y aura des c...

B.

Anonyme a dit…

Bonjour
J'ai lu votre article et les commentaires. Ayant déjà fréquenté très souvent les salles de ventes j'ai pu me rendre compte que certaines ne sont pas sérieuses et que certaines pratiques sont plus que douteuses.
Bien à vous
Charles