lundi 30 janvier 2012

Causerie du lundi de Philippe Gandillet : Pour lire au lit…

Nombre de bibliophiles se sont posés la question de savoir quels sont les livres de chevet des membres de leur honorable assemblée. Pour savoir simplement ; pour comparer… Et il ressort des billets traitant du sujet qu'il y a autant de références littéraires dans les tiroirs de nos tables de nuit que de catégories de bibliophiles. Tel aura un ouvrage de méditation sur la mort, tel autre un traité d'économie politique, le troisième, un ouvrage bien grivois propice à enflammer les sens avant l'arrivée dans l'alcôve de l'adorable épouse dans son déshabillé vaporeux portant avec elle les fragrances de son bain parfumé. Nous avons donc parlé du contenu. Parlons maintenant du contenant ! Des lecteurs qui connaissent mon goût certain pour l'aménagement d'intérieurs me demandent, aujourd'hui, quelques conseils pour décorer leur chambre à coucher. Je me plie de bonne grâce à leur aimable requête :

Silence. Détente. Après la fatigue du jour, avant le repos de la nuit, quelle plus agréable façon d'attendre le sommeil qu'en lisant dans votre lit ? Ce qu'il vous faut alors : Le calme d'abord (et à cet égard, certains se posent la question de l'utilité du conjoint dans la chambre à coucher), une confortable installation, un éclairage adéquat et de bons livres.

Pour tromper l'attente du prince charmant, quel meilleur passe-temps, encore, que la lecture ? Dans cette chambre de jeune fille une haute table est prévue, à la tête du lit, pour poser livres, revues et sex-toys. La lampe sépia est du plus bel effet et teinte de reflets mordorés les murs tendus de velours beige. Original, la moquette épaisse de la même couleur que le mur accueille, à portée de main, le réveil des matins qui chantent.

Pour oublier les fatigues professionnelles, Monsieur, plus qu'aucun autre, aimera lire au lit. Prévue pour lui, cette chambre toute en simplicité. A portée de main, une table basse attend journaux et cigarettes. Un cendrier est judicieusement sculpté dans la tête de lit en bois exotique sur lequel un petit ventilateur est monté qui pousse les fumées de l'autre côté du lit. Un petit frigo s'encastre sous la table de chevet et le propriétaire pourra donc à loisir se servir de quelques verres de Gin glacé pendant la lecture.

Un très astucieux plateau de lit en rotin blanc flanqué de ses deux paniers offrira à la femme active la possibilité de finir d'essuyer la vaisselle tout en profitant à loisir de cette chambre à coucher au dessus de lit bleu. Une extension, accrochée au mur, fera glisser la table à repasser d'un seule geste de la main et la seule contrainte de cette femme moderne sera de se lever pour aller ranger le linge, une fois repassé. Quel progrès ! Le lit à colonne accessoirisé, à ses coins, de menottes recouvertes de satin rose accueillera les ébats amoureux auxquels cette femme libérée aspire après une journée sans relief.

Cet original dossier-pupitre sera fort pratique pour l'étudiant désirant avoir le dos bien calé sur l'oreiller. Les longues heures passées devant un écran d'ordinateur à jouer, en réseau, au poker nécessitent quelques installations que le progrès permet aujourd'hui. Le mur insonorisé par des panneaux de liège lui permettra d'écouter de la musique classique à fond la caisse et d'inviter des copines à réviser le "bacho" sans gêner les parents par le bruit de leurs conversations studieuses.

Avant le passage du marchand de sable, une petite fille trouvera dans un berceau ancien, transformé en porte-revues, ses livres et albums préférés, à moins que son papa ne lui fasse la lecture, assis dans un confortable fauteuil à bascule. Sur le mur, on peut ajouter des photos de Justin Bieber et de Nolwen Leroy collées au patafix. Au fond de la pièce, papa a fabriqué tout seul un lit de gingois transformé, comme par un coup de baguette magique, en vaisseau amiral par la maman-fée du logis qui a décoré la chambre.

J'ai emprunté quelques images à un recueil de revues anciennes - fort bien reliées par ailleurs - que Pierre, notre libraire, propose à la vente. Une mine d'idées si vous voulez être dans le vent ! Votre dévoué. Philippe Gandillet

Maison & Jardin. Revues N° 109 janvier 1965 à N° 128 novembre 1966. 6 volumes in quarto de 4 numéros. Reliure pleine basane noire, dos à 4 nerfs, titre et numéro en lettres dorées, plats bordés d'une rainure. Excellent travail de professionnel non signé. Très bel état. Parfait outil de travail pour un architecte d'intérieur. 150 € les 6 volumes + port

9 commentaires:

Bertrand a dit…

fragrances Philippe... fragrances ! les flagrances c'est autre chose ! :-)

La fragrance d'Elie sans terre dans les poires de l'or y fisse ami. (par exemple).

:-))

B.

Anonyme a dit…

Il est flagrant que j'ai commis une elleur de sens ;-))

Fragrance, bien sûr ! Philippe Gandillet

Bertrand a dit…

y'a pas d'mâle ! ;-)

B.

Textor a dit…

Pour replacer le sujet dans son contexte, je rappelerais tout de même que la table de chevet, du latin caput, capitis, à la tête du lit, n'a jamais été conçue pour recevoir un livre mais bien un pot de chambre...

Pierre a dit…

Il fallait, en effet, replacer l'objet dans son contexte, Textor ;-)) Et c'est vrai que, vue comme cela, la chambre à coucher gagne en réalisme ce qu'elle perd un peu en idéal romanesque...

Pierre

Nadia a dit…

Et c'était dans le pot de chambre qu'on faisait tremper son dentier alors ?

Pierre a dit…

J'avais oublié le verre à dents à côté du sex-toy et du pot de chambre...

Pour ce qui est de désacraliser l'amour romantique, vous êtes très fort, chers membres. Vous venez de créer le concept de la chambre expiatoire ;-))

Serais-je le dernier rempart à l'idéal romanesque ? Pierre

Textor a dit…

Oui Pierre, je crois que le romantisme est un concept du siècle avant dernier... :))
T

Bertrand a dit…

On peut tout à fait être romantique et priapique, l'un n'exclut pas l'autre, et vice versa.

B.