jeudi 10 mars 2011

Ouvrage de controverse. Bossuet : Conférence avec M. Claude


J'arrive de mon exposé à la médiathèque du Lycée Saint Joseph, d'Avignon. Tout s'est parfaitement passé et je crois avoir œuvré pour la bonne cause en mettant en valeur, différents aspects de la bibliophilie.

Étant d'humeur badine, j'ai pensé qu'un ouvrage de réflexion sur les dogmes de la religion allait vous désopiler la rate ;-)) Il s'agit d'un petit ouvrage de controverse, dénonçant les erreurs (prétendues) de la Réforme, très à la mode avant la révocation de l'Edit de Nantes. Les échanges entre protestants et représentants de l'Église catholique d'alors ont donné lieu à la publication de quelques comptes-rendus, comme le livre que je vous propose aujourd'hui.

Le 18 octobre 1685, à Fontainebleau, le roi Louis XIV révoque l'Édit de tolérance signé à Nantes par son grand-père, Henri IV, en 1598. Par ce nouvel édit, le Roi-Soleil signifie qu'il n'y a plus de religion autorisée en France en-dehors de la religion catholique. C'est un coup dur pour la minorité protestante, encore assez nombreuse malgré les brimades et les persécutions antérieures.

L'ouvrage "Conférence avec M Claude, Ministre de Charenton" se divise en deux parties. La première partie traite de " la matière de l'Eglise". La seconde partie relate des "Réflexions sur un écrit de M Claude ". Le tout étant précédé d'un avertissement. Il s'agit de l'un des grands ouvrages de controverse de Bossuet.‎


Mademoiselle Marie de Duras, nièce de Turenne, calviniste ébranlée dans ses convictions par la lecture de "L’exposition de la foi chrétienne", organisa un face-à-face contradictoire entre Bossuet et Jean Claude (1619-1687), pasteur de la communauté de Charenton, considéré comme la plus grande autorité calviniste en France. Le débat eut lieu le 1er mars 1678, devant cinq personnes, et dura cinq heures. Marie de Duras abjura le 22 mars. Bossuet mit par écrit la conférence et des copies manuscrites circulèrent sous le titre Relation de la conférence de M. Claude. Une copie ayant été imprimée à Toulouse à son insu, Bossuet fit publier ce traité de controverse en 1682. Jean Claude lui opposa quelques mois plus tard Réponse au livre de Monsieur de Meaux intitulé Conférence avec M. Claude, ministre de Charenton, sur la matière de l’Eglise (La Haye, 1683).


Quand on y pense, il faut admettre qu'il y a beaucoup de différences entre les dogmes admis par les catholiques et ceux admis par les protestants. Mais ce qui est le plus visible, le plus connu de tous, c'est que les pasteurs peuvent se marier alors que nos curés sont soumis au célibat. Et c'est encore plus vrai avec les moines qui font vœux de chasteté ! Et comme je suis d'humeur badine (je l'ai déjà dit ?) , je vous relate une histoire qui pourrait-être dans l'ouvrage de Bossuet :


Un jeune novice arrive au monastère. La tâche qui lui est assignée est d'aider les autres moines copistes à recopier les anciens canons et règles de l'église. Il remarque que ces moines effectuent leur travail à partir de copies et non des manuscrits originaux.

Il va voir le Père abbé, lui faisant remarquer que si quelqu'un a fait une petite erreur dans la première copie, elle va se propager dans toutes les copies ultérieures.

Le Père abbé lui répond : "Cela fait des siècles que nous procédons ainsi, que nous copions à partir de la copie précédente, mais ta remarque est très pertinente, mon fils. Aussi j'irai vérifier moi-même les originaux dès demain".

Le lendemain matin, le Père abbé descend dans les profondeurs du sous-sol du monastère, dans une cave voûtée où sont précieusement conservés les manuscrits et parchemins originaux. Cela fait des siècles que personne n'y a mis les pieds et que les scellés des coffres sont intacts. Il y passe la journée toute entière, puis la soirée, puis la nuit, sans donner signe de vie. Les heures passent et l'inquiétude grandit à tel point que le jeune novice se décide à aller voir ce qui se passe...

Il descend et trouve le Père abbé complètement hagard, les vêtements déchirés, le front ensanglanté, se cognant sans relâche la tête contre le mur de pierres vénérables. Le jeune moine se précipite et demande : "Père abbé, que se passe-t-il donc" ?

Aaaaaaaaaaaaaahhhhh...les cons!!!!...Quels CONS !!!!...Mais quels CONS !!!!... C'était vœu de "charité"... et pas de "chasteté" !


BOSSUET (Jacques Benigne) : Conférence avec M. Claude, ministre de Charenton sur la matière de l'église par Bossuet, Evêque de Meaux, conseiller du Roy en ses conseils, cy devant précepteur de Monseigneur le Dauphin, premier aumônier de Madame la Dauphine.
Sebastien Mabre-Cramoisy, 1682. In-12, plein cuir d'époque, dos à 5 nerfs, titre doré, caissons ornés de dorures. 507 pages. Edition originale. 1 vignette en début d'ouvrage. Titre, avertissement, table des articles, conférence, réflexions, privilège. Dans l'état. Restauration amateur solide, quelques traces de mouillures claires en fin d'ouvrage (10pp). Vendu

7 commentaires:

Nadia L* a dit…

Quelle délicieuse histoire, mon très cher Pierre, je parle de celle que vous relatez en italique... il faudra que vous me citiez vos sources !

Heureuse que votre présentation se soit bien passée... vous voyez, vous n'avez rien oublié des préliminaires.

Pierre a dit…

J'ai fait mon exposé dans le cadre même de la bibliothèque, où se mariaient la présentation de livres anciens dans de jolies vitrines, des rayonnages bien pourvus et du matériel informatique performant. Le personnel encadrant était motivé, j'ai vu au fond de la salle le directeur qui suivait ma présentation avec bienveillance et les étudiants semblaient intéressés. On se serait cru dans une école privée !!

Je dois reconnaitre que je suis reparti avec le moral d'autant que l'établissement n'est pas une petite école mais un lycée de 1200 élèves dont une partie importante d'internes. Dans ces moments là, on a la fugace impression d'être utile ;-)) Pierre

Pierre a dit…

Pour les histoires fines, je me sers chez les meilleurs professionnels, Nadia ! Pierre

Pierre Bouillon a dit…

L'histoire du novice, du Père Abbé, et des documents originaux est savoureuse.
Merci de l'avoir partagée.
Pierre B.

sandrine a dit…

Bonjour Pierre, et doublement merci. j'ai bien ri;
et,vous avez une façon claire, de plus, en deux mots, de résumer une période, l'histoire... j'ai vecu avec une réforme tous les ans de la 6ème à la Terminale... Ce qui fait que j'ai appris pendant au moins 5 ans la même période/ la seconde Guerre Mondiale, qui n'a plus de secret pour moi... l'Histoire De France et les dates, les rois, dans le désordre, aucune chronologie, ni d'espace...
j'ai depuis rattraper un peu les choses en lisant, l'histoire pour les nuls et autres auteurs, romans historiques... mais cela reste toujours trés confus ...
Je ré-apprends avec ma fille, il semble que les inspections académiques soient revenues à des choses plus logiques... En marchant vite, on peut dire ça.
La copie...Tituluvulus, diablotin sévissant dans les sciptoriums, volant les syllabes et les lettres... sévit toujours dans les claviers.
bonne journée
bien à vous.
sandrine.

pascalmarty a dit…

Félicitations pour la bonne réussite de votre conférence, Pierre. Mais nous n'en attendions pas moins de vous…

Pierre a dit…

Prochaine conférence devant une assemblée de bibliophiles - option régionalisme - le 15 avril. Un astuce pour retenir leur attention : Programmer l'apéritif après l'exposé ! Pierre