jeudi 24 mars 2011

Catalogue des ouvrages en langue italienne parus avant le XVIIIeme siècle par Nicola Francesco Haym.


Un débat intéressant sur l'évolution (ou la disparition) de la profession de libraire s'est déroulée sur le blog du bibliophile, ces derniers temps. Un jeune ingénieur idéaliste, humaniste mais non désintéressé en est la cause. Désireux de mettre en place un nouvel outil informatique adossé au marché du livre ancien en SVV, il crée l'émoi dans un monde peuplé, semble t-il, de quelques libraires qui ont choisi cette profession pour se défaire, justement, des contraintes inquiétantes du progrès. Il me rappelle Hugues, en plus jeune… (bon, je ne connais pas Hugues mais j'imagine que c'est un vieux Monsieur cacochyme accroché à ses maroquins aux armes !).


A cette occasion, certains libraires et non des moindres se sont posés la légitime question de savoir si, la valeur ajoutée de la fiche d'un livre disparaissant avec sa mise en ligne, il ne faudrait pas que ces mêmes libraires se défassent de leur propre documentation. Bertrand, du bibliomane moderne, l'évoquait avec le sourire mais je ne suis pas sûr qu'il n'y pense pas quelquefois en se rasant le matin… Je vous livre son commentaire " Intéressant tout ça ! Vraiment ! Il y aurait là un bon sujet de conférence pour les tables rondes du SLAM pendant le Grand Palais, non ? Eh ben vous savez quoi, de savoir tout ça et bien je crois que je vais illico mettre en vente ma documentation papier devenue obsolète... Brunet, Graesse, catalogue Rothschild, Grand-Carteret, Biographie Michaud, tout va y passer !! Qu'on se le dise !! Tout est à vendre !! "


Jean-Paul, vieux sage parmi les sages, a bien essayé de l'en dissuader mais je pense que c'était pour empêcher de voir les SVV inondées de ce type de matériel bibliographique pendant qu'il bradait le sien (477 € à Reims) : " Bertrand, ne fais jamais ça, tu le regretteras jusqu'à la fin de tes jours... Les livres de documentation restent des livres : Quelle différence que de feuilleter le Graesse papier et chercher sur l'écran la page 152 du tome III !"


Il se trouve que j'ai quelques ouvrages de bibliographie qui peuvent encore intéresser les libraires. Si notre jeune ingénieur se propose de piller notre patrimoine français et l'ensemble des informations confidentielles détenues par les SVV, on peut imaginer qu'il laissera aux libraires l'ensemble de la littérature étrangère qui leur permettra, en dernier ressort, de ne pas vivre dans le dénuement le plus total…


L'ouvrage que je vous présente est donc un document bibliographique de la littérature en langue italienne avant 1726. Je ne parle pas bien l'italien mais la page de titre mentionne, et j'ai pu le vérifier, que les notices des ouvrages sont fournies avec leur prix d'achat en regard ce qui en fait un recueil tout à fait intéressant. Cet ouvrage est attribué à Nicola Francesco Haym (1678/1729) , violoncelliste, librettiste, compositeur d'opéra, gestionnaire de théâtre et numismate. Italien d'origine allemande, il s'installe et finira ses jours en Angleterre. Il est connu pour sa riche collaboration avec Giovanni Bononcini et Georg Friedrich Haendel au niveau musical et pour ce catalogue, bien connu en Italie. Pierre


HAYM (Nicola Francesco). Biblioteca italiana o sia notizia de' libri rari nella lingua italiana. Divisa in quattro parti principali, cioé Istoria, poesia, prose, arti e scienze. Annessivi tutto il libro dell'eloquenza italiana di . Giusto Fontanini col suo ragionamento intorno alla stessa materia. A Venise et Milan, chez Michel Antonio Panza, 1741. Reliure plein veau marbré d'époque, dos à cinq nerfs orné de motifs dorés dans les caissons, pièce de titre en lettres dorées sur maroquin cerise, coupe à deux filets et toutes tranches rouges, Joli papier coloré de type "marbré coquille" caractéristique du 18eme siècle en pages de garde. [2 bl], [7ff avec pièce de titre et table alphab], 266p, [2 bl]. L'index est en page 1 et l'ouvrage se termine par une table complète. Il est indiqué, dans la page de titre qu'une annexe de Mgr Fontanini sur l'éloquence est ajoutée à cette deuxième édition. Le livre est divisé en histoire, poésie, prose, arts et sciences, avec un appendice d'ouvrages sur la rhétorique. Coiffes absentes, mors fatigués mais ouvrage en bon état général. Vendu


10 commentaires:

sandrine a dit…

bonsoir,
le joli papier coloré est appelé "un marbré coquille" typique du 18ème; c'est plus chic de decrire avec le bon terme, Pierre.
Si je fais le total des livres que j'ai envie d'avoir dans votre librairie... mon portemonnaie n'est pas assez grand.
Tampis mais ce livre est très tentant;
Bien à vous.
sandrine.

Pierre a dit…

Merci, Sandrine, pour cette précision. C'est vrai que : joli papier coloré , ça fait un peu cache-misère ;-)) Pierre

Textor a dit…

Je suis d'accord avec Jean Paul : Fouillez dans sa documentation papier reste un plaisir que ne remplace pas le tripotage d'un clavier.

Un libraire dont je tairai le nom (mais qui ne se rase pas tous les jours) m'a offert récemment un catalogue italien des années 50 consacré entièrement à un imprimeur milanais du XVIème, rien ne pouvait me faire plus plaisir.

Pierre, pour satisfaire Sandrine, pourriez-vous mettre en ligne toutes les autres pages de cette bibliographie Haym, à la typographie impeccable. ... pour le plaisir des yeux!

Textor

Pierre a dit…

Cela aurait été avec plaisir mais dans la mesure où le prix dérisoire des ouvrages à l'achat est donné dans ce catalogue, je ne voudrais pas que cela puisse entrainer une sous-évaluation de ce livre dans les estimations des experts des SVV. Pierre

Pierre a dit…

Heureux que vous soyez rentré de la vente officiée par Yann Le Mouel, à Drouot. On m'a dit que, pour avoir une place assise, vous aviez campé 3 semaines dans la salle. J'ai du mal à le croire ;-)) Pierre

Textor a dit…

Pierre, vous avez deviné juste ! 3 semaines de planque pour avoir une bonne place au premier rang, c'est la seule manière que je connaisse pour voir les lots vous passez sous le nez.
Sinon il parait que certains libraires achètent une place à l'expert, mais là je n'ai pas de preuves...

Pierre a dit…

Tout le monde sait ça, bien sûr ;-))

Certains vont encore perdre un peu de leurs illusions, aujourd'hui ;-)) Pierre

NB : J'ai quand même une tendre pensée pour tous ces experts qui sont entrain de se faire tailler des croupières depuis quelques temps. Personnellement, j'ai été inscrit pendant 18 ans près la Cour d'Appel D'Aix en Provence en tant qu'expert judiciaire et je comptais utiliser mes maigres compétences dans la procédure pour changer de liste. Mais du côté des livres anciens le titre ne semble pas flatteur...

Textor a dit…

Oui, chut, j'aime bien l'expert Benelli, mais ne le dites à personne. Ses estimations plus que raisonnables m'ont permis d'acheter sous son ministère quelques incunables qui ont fait ... le prix de l'estimation ! Il est vrai que les reliures en miette ne risquaient pas d'être taxées d'excroissance bourgeoises décadende... ( ceux qui ne comprennent rien à ce message doivent aller sur le blog du Bibliomane et se taper 70 messages pour être dans le coup ! :) )

sandrine a dit…

La bonne blague!!!:)))
S.

Pierre a dit…

Très bon débat, comme celui sur le blog de Hugues deux jours auparavant. Les bibliophiles sortent de leur hibernation avant le Grand Palais... Je ne pouvais raisonnablement mettre un commentaire car je méconnais le milieu des SVV. Le concept des E.B.D excroissances bourgeoises décadendes m'a bien fait rire... Pierre