mercredi 29 août 2012

Histoire du canal du languedoc, au fil de l'eau, par les descendans de Pierre-Paul Riquet de Bonrepos...

Le projet de Pierre-Paul Riquet date de son enfance et de l'époque où il assiste à la présentation d'un projet de Canal des deux mers aux Etats du Languedoc auxquels son père siège. Cette idée le suivra toute sa vie. Pendant 40 ans, il est fermier des Gabelles du Languedoc et amasse une fortune personnelle considérable. C'est en 1662, à l'âge de 58 ans, alors que l'espérance de vie moyenne de l'époque est de 40 ans, sa carrière achevée, qu'il se penche de plus près sur son projet. Mais un problème se pose : L'alimentation en eau du Canal ! Plusieurs solutions avaient été envisagées auparavant mais aucune d'elles n'était fiable. C'est en arpentant la Montagne Noire qu'il connaît bien, accompagné d'un sourcier, qu'il trouva le premier la solution.

Il restait à convaincre l’État de financer ce projet. Par l'entremise de l'archevêque de Toulouse qui présente le projet à Colbert, Riquet obtient un rendez-vous avec celui-ci. Colbert voit rapidement les intérêts d'un tel ouvrage mais Riquet doit mettre dans la balance sa fortune pour que le Roi accepte. De plus, il est confronté à des jalousies, notamment de M.de Clerville, commissaire général des fortifications de France qui s'était lui aussi penché sur ce Canal sans en trouver la solution. Les tractations avec l’État et les États du Languedoc que Colbert veut voir participer au financement traînent en longueur et la décision Royale d'ouverture des travaux ne viendra qu'en 1666.

Une fois les émissaires du roi convaincus, les travaux commencèrent avec l'aménagement de l'alimentation en eau dans la montagne noire. La construction du bassin de Saint Ferréol, plus grand réservoir d'eau artificiel du monde, débute en 1667. Il sera terminé en 1672.

Les travaux auront lieu en 3 tranches. Le tronçon de Toulouse à Trèbes, financé par Paul Riquet lui-même, incluant les bassins et systèmes d'alimentation en eaux constituera la première tranche. Dès qu'il fut terminé, le tronçon fut mis en eau et son exploitation put commencer avec une liaison régulière de la barque de poste entre Toulouse et Castelnaudary. La seconde tranche financée par l'état débutera le 30 Juin 1668 entre Trèbes et l'Etang de Thau. La troisième tranche consistera en la construction du port de Sète (dont l'orthographe d'alors est Cette), petit port de pêche qui deviendra la ville et le port d'importance que l'on connaît aujourd'hui.

Le Canal est terminé en 14 années, quelques mois après la mort de son concepteur. Il fallut sans arrêt négocier le financement et le tracé du Canal, subir les controverses que provoquaient le traitement de faveur dont bénéficiaient ses ouvriers, déjouer la trahisons de l'ingénieur militaire François Andréossy qui l'aida dans son travail avant de le trahir au profit du Chevalier de Clerville... Mais Riquet fera de son rêve une réalité. Il ne verra pas la réalisation complète de son œuvre car il meurt le 1er octobre 1680 à Toulouse. La mer n'était plus qu'à une lieue !

Ce n'est que le 24 mai 1681 que fût inauguré le Canal du Midi par Daguesseau, intendant du roi. A Béziers, la barque royale franchit une à une les 9 écluses de Fonserannes accompagnée d'un spectacle grandiose. Le lendemain, jour de Pentecôte, la barque traverse l'étang de Thau et vient s'amarrer dans le port de Cette…

L'édition originale et unique édition de l'ouvrage peu courant que je propose à la vente aujourd'hui, réside notamment par le fait que les descendants de Riquet de Bonrepos tentent de prouver, ici, la part importante prise par leur ancêtre dans la construction du canal du Languedoc, au détriment de celle d'Andreossy. Pierre


RIQUET DE BONREPOS (Pierre-Paul)]. Histoire du canal du languedoc rédigée sur les pièces authentiques conservées à la Bibliothèque Impériale et aux Archives du Canal, par les descendans de Pierre-Paul Riquet de Bonrepos. A Paris, Chez Deterville, de l'Imprimerie de Crapelet, An XIII - 1805. Un volume In-8. Demi basane, dos lisse avec filets et pièce de titre en lettres dorées. [2ff], viij, 399 pp, [1fbl]. Un frontispice avec le portrait de Riquet surmontant une gravure sur cuivre (Mirys et Delvaux), un tableau replié de l'état des Employés pendant la construction du Canal, rédigé par feu M. Mercadier, archiviste du Canal. Sans la grande carte dépliante qui manque souvent, une page d'errata. Défauts de reliure mais exemplaire aux cahiers solidaires. Vendu

8 commentaires:

Pierre a dit…

Un grand merci à Nadia qui m'a montré comment faire des photos présentables avec un appareil qui ne l'est plus ;-)) Pierre

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Une édition peu commune, d'un éditeur peu commun qui mériterait d'être mieux connu.

pascalmarty a dit…

Bon, je voudrais pas que Pierre s'imagine que ses commentateurs fidèles l'abandonnent. Le fait est que je n'ai pas grand chose à dire sur le percement du canal du Midi (et que le rythme des billets ne faiblit pas malgré le cagnard), alors je rappelerai juste que cette orthographe Cette n'a été modifiée que très récemment (enfin, à l'échelle historique) et qu'elle a dû subsister jusque dans les années 30.
(Tâcherai de faire mieux la prochaine fois.)

calamar a dit…

oui, c'est bizarre cette manie de changer les noms des villes et villages. L'insee a comme ça changé de nombreux noms, dans les années 50 et 60, et parfois sans demander l'avis des communes concernées.

Pierre a dit…

Pour ceux qui aiment s’arrêter sur le canal du midi, je leur propose un arrêt bibliophile au Somail.

Une librairie ? Oui ! Le Trouve Tout du Livre est située dans un petit port du Canal du Midi et contribue au charme de ce lieu pittoresque. Cette ancienne cave sert d'écrin aux 50 000 livres que propose la librairie. En face, des petits restos où l'on prend le temps de contempler ses achats ;-)) Pierre

sebV a dit…

Pour avoir maintes fois fait le tour du bassin de St Férréol (Saint-Fé pour les intimes) en courant, je peux vous en confirmer les dimensions importantes.
C'est en effet encore le lieu privilégié des prof de gym du coin pour faire travailler l'endurance à leurs élèves.

Olivier a dit…

Je confirme pour le Somail et pour le lac de Saint-Féréol.
Dire que les arbres du canal ont la lèpre et vont être replantés, sniff. Repassez dans 300 ans...

Olivier

Pierre a dit…

Nous reviendrons, s'il le faut, dans 300 ans, Olivier, car le lieu est vraiment très sympa ;-)) Pierre