vendredi 18 février 2011

Analyse du jeu des échecs par Philidor. Edition Blocquel-Castiaux


Mauvais joueur d'échec, j'ai été néanmoins de ceux qui ont demandé un jeu d'échec électronique à Noël en pensant que cette machine allait m'aider à progresser. J'ai assez vite abandonné la bête, constatant que mon attirance pour le jeu diminuait si mon adversaire virtuel n'appréciait pas, à leurs justes valeurs, les blagues à se tordre de rire dont j'émaillais la partie ;-))


Il semblerait que, depuis cette époque, les ordinateurs aient fait des progrès techniques. La victoire de Deep Blue contre Garry Kasparov en 1997 fut historique. Pour la première fois, la puissance de calcul d’un ordinateur l’emportait face à l’expérience et l’intuition d’un champion ! A savoir si ces derniers modèles auraient enfin apprécié mes boutades ?


L'origine du jeu d'échecs est controversée. L’arrivée des échecs en Europe se fait sans doute aux alentours de l'an mille par l’Espagne musulmane. Une légende prétend que Charlemagne aurait reçu un jeu, conservé à la Bibliothèque Nationale de France, de la part du calife Haroun al-Rachid, conservé au trésor de Saint-Denis, mais ce jeu a en réalité été fabriqué en Italie au XIe siècle. En 1010, sa première mention écrite en Occident a été trouvée dans un testament du comte d'Urgel, en Catalogne. Dès son arrivée dans la chrétienté, l’échiquier et les pièces s'occidentalisent progressivement. Le plateau devient bicolore avec les cases rouges et noires (qui deviendront plus tard blanches et noires) et les pièces prennent des dénominations qui nous sont encore connues (dame, fou…).


Mais l’évolution la plus importante a lieu à la fin du Moyen Âge, vers 1475 en Espagne lorsque les mouvements de la dame et du fou sont remplacés par ceux que nous connaissons actuellement. Pour parer aux effets dévastateurs de ces pièces aux pouvoirs renforcés, le roque est inventé vers 1560 et, progressivement, il remplace le saut initial du roi ou de la dame. Vers 1650, on peut considérer que les règles du jeu moderne sont à peu près établies. Si les premiers livres traitant des échecs remontent à l'époque arabe, la stabilisation des règles en Europe donne naissance à une littérature théorique très riche et on observe notamment l'élaboration des premiers systèmes d'ouverture. C'est un ouvrage du XVIIIeme siècle que je vous présente, aujourd'hui, à la vente.


François André Danican Philidor surnommé Philidor "le Grand" (1726-1795) fut de loin le meilleur joueur d'échecs de son époque. Descendant d'une grande dynastie de musiciens, il fut aussi un grand compositeur et joua notamment à la cour du roi Louis XVI. C'est en entendant le virtuose qu'était son grand-père que le roi Louis XIII le compara au grand musicien italien Filidori… De cette comparaison "Philidor" fut ainsi ajouté au patronyme Danican et c'est Philidor qui survécut à la postérité !


J'ai côtoyé quelques joueurs d'échecs qui les accumulaient dans leur vie personnelle. Comme je m'en inquiétais un jour, auprès d'un joueur, celui-ci me répondit : "Comment voulez-vous qu'une fille normale ait envie de sortir avec un type qui réfléchit pendant plus de deux heures avant d'ébaucher le plus petit geste du bout des doigts ?" Tout à fait le genre de propos qui déconcentre l'adversaire… Pierre


PHILIDOR. Analyse du jeu des échecs. Nouvelle édition illustrée par cinquante planches représentant par des figures, les positions les plus intéressantes pour des coups difficiles et les fins de partie, à laquelle on a joint la règle du jeu des échecs, l'explication des termes qui lui sont propres, etc. A Paris chez Delarue libraire-éditeur et à Lille chez Blocquel-Castiaux. SD (1850). Exemplaire broché, couverture imprimée sur ses deux plats, in-12 de [2ff] dont page de titre et frontispice - XVI - 146 pp – 1f publicitaire de l'éditeur – XLII planches. Reproduction de l'édition de 1777. Philidor fut considéré comme l'un des meilleurs joueurs d'échecs du XVIIIe siècle. Quelques rousseurs clairsemées, brochage solide. Vendu

51 commentaires:

Jeanmichel a dit…

J'ai pu maintes fois constater la propension des enlumineurs représentant une partie d'échecs à être plus symbolistes que réalistes, les échiquiers ayant parfois tendance à compter quarante-deux case (six sur sept). Qu'importe ! Le quadrillage, l'alternance des couleurs des cases, les pièces, les joueurs, et nul ne peut s'y méprendre : il s'agit bien d'une partie d'échecs.
Dans l'image présentée il y a bien les soixante-quatre cases réglementaires, mais l'échiquier a malencontreusement subi une rotation de quatre-vingt-dix degrés : la case en bas à droite des joueurs aurait dû être une case blanche.

Pierre a dit…

Toutes mes félicitations à votre ophtalmologiste pour la qualité de correction de vos verres. Pas un détail ne vous échappe ! Ou bien, est-ce l'esprit qui est aiguisé ?

Amitié. Pierre

Bertrand a dit…

Pierre voulez-vous une confidence de grand malade ?

J'ai été (je préfère conjuguer au passé même si...) collectionneur de jeux d'échecs électroniques... j'ai eu ces dernières années jusqu'à plus de 200 jeux d'échecs électroniques de marques diverses et variées, des meilleurs au plus faibles du marché, des premières années dans les années 80 aux derniers de la fin des années 90 ... aujourd'hui ces machines étant devenues désuètes du fait de l'émergence des jeux en soft sur PC... Mephisto, Saitek, Novag, Fidelity... les amateurs comprendront...

Il y a deux ans j'ai tout revendu ou presque... je n'ai pas pu m'empêcher tout de même d'en conserver quelques beaux modèles (une cinquantaine tout de même)... comme Novag Expert C ou le Citrine de chez Novag également... des échiquiers en bois autorépondeurs... un délice... j'ai même eu des jeux dont un bras articulé robotisé déplaçait lui-même ses pièces à la manière d'un humain (enfin presque)... un bijou rare, de collection, une fortune...

En fait j'avais deux choix possibles... vendre mes chessboard ou changer de femme (eh oui... incompatibilité spaciale entre une femme et 200 boites en carton de tailles diverses qu'on doit stocker au sec... (contrairement aux femmes...)

Bref, ancien joueur de club, passionné aussi mais manque de temps pour m'y consacrer pleinement... comme plein de choses d'ailleurs...

En mars je vais à la pêche (ultra léger pour commencer) et en mai (mouche)...

Tiens, c'est moi ou j'ai fais ma Sandrine !! ;-))

Bon aprem,
B.

Pierre a dit…

Il faut collectionner les livres traitant des échecs ! Cela prend moins de place, ils sont souvent riches de gravures (les échiquiers sont, malgré tout, un peu répétitifs... ) et fort intéressants. Pierre

Bertrand a dit…

Je fais aussi... je vends mes doubles... ;-))

B.

calamar a dit…

Bertrand, vous étiez jeudéchecomane, plutôt que jeudéchecophile ?

Bertrand a dit…

Calamar je suis mane en tout ! ;-)) Phile aussi ... je ne dissocie pas l'amour passionné des choses et des êtres ... l'amour raisonné des choses et des êtres m'ennuie... ;-))

Là je digresse... ;-)) désolé Pierre. Censurez-moi ! Par pitié ! ;-))

B.

Nadia L* a dit…

Non, non, Pierre, ne censurez pas Bertrand.
Vive les passionnés...

Je vous cite juste un paragraphe de ce célèbre poème de P. Neruda :

"Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d'émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés"

Laissez vous donc aller !
(Madame a de la chance, ça vaut bien de supporter quelques boîtes)

pascalmarty a dit…

Pour ma part je n'ai jamais été bien doué aux échecs. J'étais plutôt content quand Apple a fourni un jeu avec les applis d'origine, mais m'étant fait ridiculiser d'entrée je ne m'y suis pas vraiment risqué de nouveau.
Non, moi, les échecs ça me fait plutôt penser à Alice (par delà le miroir). Et ça, j'aime !

Jeanmichel a dit…

@ Bertrand : vous organisiez des simultanées ou vous faisiez se combattre entre eux vos différents jeux ? :-)

Plus sérieusement je me souviens d'avoir admiré à la foire de Paris le premier échiquier en bois auto répondeur, une merveille hors de prix. Comme il se disait à l'époque en toute logique : aussi performante soit-elle jamais une machine ne vaincra l'esprit humain dans des jeux de stratégie et de réflexion.

Bertrand a dit…

Nadia en citant Néruda vous mettez le doigt .... Merci.

Néanmoins Madame n'est pas toujours de votre avis... à vivre tous les jours... ça lasse... ;-))

B.

Nadia L* a dit…

Tout peut lasser, du moment que c'est répétitif... apprenez à alterner. Madame sera surprise.

Pierre a dit…

@Jean-Michel. Les différentes version post Deep Blue ont montré que certains humains pouvaient, dans certaines conditions, faire jeu égal avec certains ordinateurs modernes. Mais pas le commun des mortels ! Oui ! Ils sont quand même très forts ces ordinateurs...

En contre partie, c'est quand même nous qui les avons inventés, ces sacrés appareils ;-)) Pierre

Bertrand a dit…

Bon, redevenons sérieux cinq minutes... je crains que Pierre ne se fâche...

Ma dernière acquisition sur le sujet est arrivée par la poste la semaine dernière : "Traité complet, théorique et pratique sur les fins de parties au jeu des échecs. Illustré de trois cent quarante diagrammes. Par Jean Preti. Se vend chez l'auteur, rue Paradis-Poissonnière, 8, au café de la Régence, rue Saint Honoré, 161, et chez les principaux libraires de France et de l'étranger. Paris, 1858. De l'imprimerie de L. Tinterlin et Cie, rue neuve des Bons Enfants, 8. In-8 de 400 pages. Il est amusant de constater que cet ouvrage que je n'avais jamais rencontré contient en tête une liste des souscripteurs dont en tête S.A.I. le Prince Napoléon (pour 2 exemplaires), S.A. le prince Antoine Bonaparte (pour 10 exemplaires), nous avons compté 205 souscripteurs seulement... dont... Alfred de Musset (mort pourtant le 2 mai 1857 ??) ...

B.

Pierre a dit…

Nadia ! Ne titillez pas Bertrand et ne nous laissez pas supposer plein de choses ;-))

Je vous rappelle que beaucoup d'entre nous sont au boulot et qu'ils vont rentrer émoustillés pour dîner. Allez donc expliquer à votre épouse que vous en pincez pour elle parce que vous avez lu un article présentant un ouvrage ancien sur le jeu d'échecs... ;-)) Pierre

Bertrand a dit…

et qu'il va falloir penser à alterner ce soir... ;-))

B.

Nadia L* a dit…

Variante : dessiner un jeu d'échecs sur le dos de Madame...


(là, c'est moi qui cours à la censure ! et il n'est même pas 23 h, heure où tous les enfants sont couchés).

Bertrand a dit…

un lien juste pour vous donner une idée des petits bijoux de technologies qui ont vu le jour... http://cgi.ebay.fr/Novag-Constellation-Expert-wooden-chess-schach-computer-/320657943457?pt=UK_Toys_Games_Games&hash=item4aa8b3eba1

Les prix vont de 10 euros à plus de 1.000 euros pour les plus luxueux et les plus rares et recherchés.

B

sandrine a dit…

Quel bonheur, on digresse, on digresse... me voilà donc,
de retour revenue;
Une question est-ce que quelqu'un sait la relation entre les echecs et le jeu de Dame à la polonaise... Ce n'est pas une blague, ni une affaire d'alternance, c'est affaire de jeu.
Bien à vous
sandrine

Bertrand a dit…

Bah Dame ! Les polonaises... j'en ai connu... enfin ce que je dis... hein... elles vous mettent souvent mat (ce fut mon cas).

là je vais me faire virer moi...

B.

Textor a dit…

Bertrand, la Sandrinite vous gagne !! :)

j'ai eu le malheur d'avoir voulu apprendre à ma petite soeur à jouer au échec. Elle devait avoir 10-12 ans et évidemment je ne pouvais pas savoir qu'elle allait devenir docteur en physique des particules; Bref, quand elle a eu compris les règles, elle m'a battu. Et je n'ai plus jamais gagné contre elle. Alors j'ai acheté un jeu électronique une pièce de musée aujourd'hui .. :) et même avec le niveau 0 , je suis mat à tous les coups.. de là j'ai sombré dans l'alcool et la bibliophilie ...

T

Textor a dit…

Vous lirez "aux échecs", au pluriel, c'est plus facile à prononcer.

Bertrand a dit…

Quelqu'un qui nous lit ici je pense sait que je me suis fais battre par son fils de 6 ans... j'ai honte ;-))

B.

Pierre a dit…

Aux échecs, l'arbre du jeu compte en tout quelque 10 "puissance128" nœuds, soit mille milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de fois plus de positions qu'il n'y a d'atomes dans l'univers (Cf. Science & Vie, décembre 2002, p. 86). Cette information, si elle est juste, nous permet d'espérer que, aux échecs, l'intuition est supérieure à la technique et qu'il y a toute de chance de battre un ordinateur...

Personnellement, un modèle SX2 à 35KO de mémoire sur son disque dur me convient parfaitement. Pierre

Bertrand a dit…

Vous connaissez l'histoire ou la légende du Vizir Pierre ? Un vizir, à qui son calife propose (en remerciement d'avoir inventé le jeu d'échecs) une pièce d'or par case du jeu d'échecs, refuse poliment mais accepte, en revanche, qu'on remplace les pièces d'or par des grains de blé et qu'on mette, non pas un grain de blé sur chaque case, mais un grain de blé sur la 1ère case, le double sur la 2ème case, le double de la 2ème case sur la 3ème case, le double de la 3ème case sur la 4ème case,et ainsi de suite jusqu'à la 64ème. On sait que le calife ricane, mais que le vizir ricane encore plus parce sur la 64ème case, il y aura des tonnes de grains de blé.

Soit 2 puissance 64 = 18 446 744 073 709 551 615 grains de blé soit 650 000 000 000 tonnes !!

Cette quantité de blé a été estimé comme étant une quantité qui recouvrirait la surface de la terre d'une épaisseur de blé de plusieurs dizaines de mètres....

Étonnant non ?

PS : Pour info, c'est l'histoire du jeu d'échecs que j'ai présenté pour mon épreuve de de communication orale (devant un public...) pour mon diplôme de fin d'études universitaires... étonnant non ?

B.

Textor a dit…

Maitre Bertrand, vous qui avez des lettres (et des lettrines) savez-vous d'où vient ce mot "Roque"? je n'ai pas trouvé sur wikitruc.

Bertrand a dit…

en fait autrefois (jusqu'à la fin du moyen-âge), la pièce qui aujourd'hui s'appelle Tour s'appelait Roc ou Roque... d'où quand on bouge cette pièce... Roquer... il faudrait trouver les dates exactes... mais le sens est là.

B.

Bertrand a dit…

d'ailleurs en anglais le mot pour désigner la Tour n'est pas Tower mais Rook ...

B.

sandrine a dit…

Bonjour,
Bon tout ça, c'est bien passionnant mais, rien sur les polonaises... qui fut pourtant le sujet d'un livre de M. Commard Laurent en 1823, chez guillaume libraire... Mais c'est bien plus simple que les echecs.... où je me fais battre sue le jeu d'echec Harry Potter de ma fille , avec des glings, des lumières et des baguettes magiques à aimants, qui font avancer les piéces toute seule...
Bonne journée
La sandrinite... je ne connais qu'un seul reméde efficace.. la digression totale et irrémediable en perfusion du matin au soir, avec le cerveau droit au boulot et le gauche qui digresse au chocolat 90% de cacao... secouez le tout, et vous avez un possible retour dasn les cases.

sandrine a dit…

j'en ai oublié: le bien àvous, (sincérement pensé) et le bonne journée
Sandrine

Jeanmichel a dit…

Bertrand, il me semble que vous êtes bien prompt à ensevelir la terre sous le blé.
En supposant le chiffre de 650 000 000 000 de tonnes exact, il ne correspond qu'au poids de 650 Km3 d'eau ; en divisant ce nombre par la surface de la terre on n'obtient que 1,3 mm.
La densité du blé étant de 1,325 on peut réduire cette épaisseur à grosso modo 1 mm, moins que celle d'un grain.
Sauf erreur ou omission comme on dit.
Les chiffres exprimés de manière brutale rétablissent parfois une réalité dont on commençait à s'éloigner avec délice, mais qui ouvrent d'autres horizons. Un exemple des plus frappants conduit à calculer avec effarement que si la Tour Eiffel était recouverte d'un globe, le poids de l'air sous ce globe serait plus important que celui de la tour elle-même.
Et si ça ce n'est pas de la digression...

Nadia L* a dit…

Ce blog est étonnant, on passe de la bibliophilie pure aux dérives douteuses, en faisant un crochet par la physique, et un arrêt certain sur les mathématiques.

On a pas encore parlé de cuisine. Un jour ?

Pierre, votre espace est diablement convivial. Ferions nous la même chose, dans votre boutique, autour d'un café, tous ensemble ? ça pourrait être sympa, mais il n'est pas évident qu'on se lâcherait autant.

Bon w. end à tous.

Bertrand a dit…

Vous avez peut-être raison Jeanmichel, j'ai lu ça sur un site qui ajoute : La production mondiale annuelle de blé est de 230 000 000 tonnes (entre les cases 53 et 54). Disons donc qu'en gros, sur tout le jeu d'echecs se trouve tout le blé produit depuis 1 400 ans, c'est-à-dire sous Louis IX (Saint-Louis) en admettant que depuis tout ce temps-là, on aurait produit annuellement autant de blé qu'actuellement, ce qui est évidemment faux. Une autre estimation : si on mettait tout ce blé dans une pièce comme une cuisine, les murs auraient une hauteur égale à 51 fois la distance Terre-Lune... Étonnant, non ?"

Bon, tout ça ne nous dit pas si l'ami Pierre va vendre son Philidor en 1 jour ou en 1 an... Ah les incertitudes de la vie des hommes !!!

Digressif à souhait le samedi matin...

B.

christophe a dit…

Bonjour, puisque personne ne s'autorise un commentaire sur la digiblague du maitre de ce blog, je vous cite celle-la:
J'ai récemment dîné avec Kasparov. Il y avait une nappe à carreau. Il a mis deux heures pour me passer le sel !

Nadia L* a dit…

Et combien de baguettes de pain obtiendrait-on avec tout ce blé ?

(une baguette = 250 gr farine, soit 333 gr de blé, puisque 100 kg de blé = 75 kg farine - source Internet, mon boulanger est en vacances)

Je laisse les hommes calculer. Ma calculatrice n'a plus de piles.

Bertrand a dit…

J'aime les femmes calculatrices ! ;-))

B.

Bertrand a dit…

je tiens à préciser pour affiner mon précédent commentaire, que cela ne veut pas dire que j'aime celles qui ont des boutons... calculatrice... boutons... vous voyez... ;-))

PS : désolé Pierre pour ces digressions.... je cours chercher mon cilice...

B.

Nadia L* a dit…

Bertrand : je n'avais même pas pensé aux potentiels boutons, ayant depuis longtemps quitté l'âge de l'adolescence, et même si le printemps à venir peut titiller mes hormones, celles qui produisent les boutons se sont enfuies (d'ailleurs, je dois dire fièrement que je n'en ai jamais eu !).

Apparamment, il flotte partout un air primesautier ce matin...

Pierre a dit…

Les conversations les plus improbables ont lieu à la librairie, Nadia, et je m'en réjouis car elles reculent, à chaque fois, les limites de mes certitudes...

Ce matin, une étudiante en Médecine et un Expert en assurances ont devisé sur la féminisation de certaines professions. La féminisation du métier d'institutrice (médecin, magistrat) entérine t-il une baisse du statut social de "l'instituteur en blouse grise" ou en est-elle la cause ?

Je vous demanderai ne pas répondre à cette question, ici... Venez à la boutique ;-)) Pierre

Nadia L* a dit…

No problem.
Je télécharge un programme de téléportation gratuit, et si j'arrive à m'en servir correctement et à en sortir indemne, je devrais venir prendre le café avec vous d'ici peu.

Textor a dit…

Pierre, le nombre d'étudiantes qui entrent dans votre officine est proprement sidérant. J'ai bien du fréquenter des centaines de librairies, multipliés par plusieurs fois par mois, multipliés par 15 ans, multipliés par la hauteur de la Tour Eifel au repos, je n'ai jamais croisé une seule étudiante, en médecine ou en autre chose, d'ailleurs, peu importe. C'est cela la dure loi des statistiques, peu-être que si je rentrais dans la Laat j'en trouverais 5 d'un coup ?? qui sait ?
T

calamar a dit…

c'est normal qu'on ne voie pas d'étudiante dans les autres librairies, elles sont chez Pierre.

Pierre a dit…

J'ai eu beaucoup de stagiaires adolescentes quand je travaillais en clinique. Beaucoup sont devenues de charmantes jeunes femmes à qui j'essaie de vendre des livres… Je prends alors une voix suave qui m'assure la vente : Un livre, What else ?

Nadia L* a dit…

Textor a quelque chose avec les étudiantes... à fouiller.

Lui préciser - si d'aventure mes commentaires lui avaient inspiré son intervention - que j'ai quitté les études voilà fort longtemps.

Textor a dit…

Voilà une bonne nouvelle Nadia, moi aussi ! :)
Je faisais ce commentaire en passant, car Pierre nous parle toujours d'étudiantes alors qu'en bibliophile on croise tout de même plus souvent des vieux barbons sur le retour.

Textor a dit…

Pierre, vous ferez attention en sortant de chez vous de ne pas vous prendre un piano à queue sur la tête....

Bertrand a dit…

Ma femme m'interdit toute stagiaire de moins de 30 ans dans ma librairie sauf approbation par contrôle visuel négatif de sa part... allez savoir pourquoi...

B.

Nadia L* a dit…

Bertrand : à 30 ans, on est toujours dangereuse. C'est bien plus tard que ça commence à se gâter.

Bergamote a dit…

Bertrand : sur la dernière case de l'échiquier, il n'y aura pas 2 puissance 64 grains de blé, mais 2 puissance 63 (sur la 1ère case il y a 1 grain de blé, soit 2 puissance 0). Ceci dit, étant - tu le sais - moi aussi membre du club des "je me fais battre aux échecs par un enfant de 6 ans", je te pardonne ;-)

Jeanmichel a dit…

En effet Bergamote, mais ce n'est pas ce que Bertrand disait : il parlait du nombre total de grains sur l'échiquier, la somme des grains de toutes les cases. La seule bizarrerie qui apparaît alors est que 2 à la puissance n soit un nombre impair. Le vrai résultat est 2 puissance 64 moins un.

Bergamote a dit…

Bonjour Jeanmichel. Je suis d'accord avec vous quant au nombre total de grains sur l'échiquier(2^64 - 1) mais Bertrand a écrit : " On sait que le calife ricane, mais que le vizir ricane encore plus parce sur la 64ème case, il y aura des tonnes de grains de blé.
Soit 2 puissance 64 = 18 446 744 073 709 551 615 grains de blé soit 650 000 000 000 tonnes !!". A cet endroit, c'est 2^63.

Ce qui m'impressionne plus que le volume total de grains de blé sur l'échiquier, c'est le nombre d'années qu'il faut pour les produire (certains estiment qu'il faudrait cumuler toute la production mondiale de blé depuis 2000 ans... mais je n'ai pas vérifié).

J'aime voir mes élèves de quatrième se débattre avec leur calculatrice sur ce problème :)