samedi 26 février 2011

Le monde et la science : La fée électricité...


C'est une information relayée par René de BLC qui m'a donné l'idée de lui demander un billet. On allume une ampoule, la lumière jaillit et on ne s'émerveille jamais à ce petit miracle ! Je ne dis pas qu'il faille faire un " Ohhhhhhhhhh!!!!......" à chaque fois que l'on tourne un interrupteur mais une petite moue de gratitude serait la bienvenue.


Longtemps, les lampes à incandescence utiliseront un filament de carbone. Réputées pour leur longévité, quelques unes étaient encore en service dans le métro parisien à la fin des années 1950. Ainsi, depuis 1901 au plafond de la caserne des pompiers de Livermore (Californie), brille sans interruption une ampoule, l'Ampoule centenaire, désormais filmée en permanence par webcam, les deux premières étant d'ores et déjà, quant à elles, tombées en panne...


Obsolescence programmée :

Le réfrigérateur qui tombe en panne après quelques années de fonctionnement, l'automobile qui commence à se transformer en oxyde de fer dès les premiers kilomètres, l'ampoule économique dont la durée de vie annoncée de 10000 heures se voit réduite de moitié si ce n'est plus, tout cela fait partie d'un programme d'obsolescence voulue.


Cette désuétude programmée n'est d'ailleurs pas seulement basée sur les défaillances techniques mais aussi sur les défaillances psychologiques des utilisateurs : Le téléviseur qui fonctionne encore très bien mais qui ne peut pas recevoir la TNT, qui ne peut restituer les images en 3D est sur le chemin de la déchetterie où il sera accompagné par le dernier portable auquel il manque l'éplucheur de patates et le presse-agrume motorisé. Ne parlons pas des ordinateurs dont la vitesse et la capacité mémoire ne cessent de croître pour digérer les programmes de plus en plus pléthoriques et les publicités animées qui polluent, jusqu'à la nausée, la plupart des sites Internet. (Et alors, Pierre, où sont vos pubs ?)


Un des premiers objets d'utilisation courante à avoir été la victime d'une mort annoncée fut semble-t-il l'ampoule à incandescence. Après de nombreux tâtonnements à la fin du XIXeme siècle les ampoules à filament de carbone avaient atteint une longévité qui laisse rêveur.


Le livre moderne est-il lui aussi victime de cette course à la consommation imposée ? On ne peut que répondre par l'affirmative quand on considère la vitesse avec laquelle le livre de grande production perd ses feuilles sans attendre l'automne ! Les auteurs eux-mêmes se consomment et se consument à vive allure. Quelle place le livre électronique va-t-il occuper dans ce contexte déprimant ? Et, pour reprendre les affiches de Pierre, ici , quelle place sera réservée au libraire, dans l'avenir ? Ce petit billet n'est pas innocent puisqu'il va permettre à notre libraire tarasconnais de mettre en vitrine, sous un éclairage éco-responsable, un de ses précieux ouvrages sur la science et l'Électricité, en particulier ;-))

Une expérience qui m'a été suggérée par Bernard sur une ampoule à filament de carbone :

video

Lorsqu'on en approche un aimant, le filament est animé d'un tremblement à 50 Hz. Je n'ose pas approcher l'aimant trop près du filament car il se met à vibrer tellement fort que je crains qu'il ne se brise ! Ô mânes des hommes illustres, Oersted, Ampère, Faraday, ... Vibrez à l'évocation de votre nom par des expérimentateurs du XXIe siècle, derniers vestiges contemporains des dinosaures. René


COLLECTIF : BLERIOT / BRANLY / CHARCOT / DE LAUNAY / CARNOT .... Le monde et la science, Tome I. De abattoir à Eaux minérales… Paris, Librairie Folatre. Sans date (1930). Reliure éditeur demi basane. 250 x 320 mm. Plusieurs illustrations et photographies par page. 959pp. Aviculture, architecture, aviation, champagne, confiserie, cuir, cinématographe, porcelaine, fonte, fer et électricité… Bon état. 50 € + port

16 commentaires:

Nadia L* a dit…

Vous vous perfectionnez en liens hypertexte.

Je regrette les ampoules d'avant, moi, perso. N'en déplaise aux environnementalistes.
Les autres sont chères (paraît-il amorties dans le temps) et surtout, se mettent à éclairer à leur plein rendement au bout de plusieurs minutes. Et si j'ai besoin de lumière immédiate pour attraper un truc dans une pièce de laquelle je ressors aussitôt, hein ?

Bon w. end à tous.

Pierre a dit…

Je m'améliore ! En tout cas pour ce qui est de la présentation des billets ;-))

Merci à René pour ce billet qui va rappeler le débat sur l'opportunité de ces nouvelles ampoules basse consommation, hautes fréquences et prix élevé... Elles seront vite obsolètes, n'en doutons pas ! Pierre

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je ne saurai trop vous ramener à la lecture de Mac Luhan dans "pour bien comprendre les médias", qui dés le début dit: La lumière éléctrique est de l'information pure"..." Le contenu de la parole, c'est l'écriture, tout comme le mot écrit est le contenu de l'imprimé et l'imprimé, celui du télégraphe"... etc.. etc...
René de Bic a ses références et lit mon blog; merci rené.
Merci Pierre pour cet excellent billet, aussi.
Bon weekend
Bien à vous
Sandrine

NB: Et la petite etincelle qui jaillit du fond de note cerveau de primate éduqué.

Anonyme a dit…

Pour prétendre à une durée de vie égale à celle annoncée par le fabriquant, les ampoules dites économiques doivent rester allumées en permanence ; mais dans ces conditions on ne voit pas très bien où est l'économie ! Comme Pierre dit, avec raison, elles seront très vite obsolètes elles aussi.
René.

Anonyme a dit…

Avec vous René, Pic de la Mirandole de la Germanie Inférieure, plus de risque de confondre l'ampoule de Vater avec la lampe des ch...

Merci pour votre billet qui éclaire bien le sujet.


Montag

Textor a dit…

Passionnant Merci René pour cet article lumineux.
Personnellement, je trouve ces mutations technologiques trop rapides, je préfère en rester à la chandelle, dont le chatoiement fait de jolis reflets sur les maroquins de la bibliothèque.
J’ai regardé le film jusqu’au bout, la fin est un peu décevante, on s’attend à une implosion générale, avec les doigts de l’expérimentateur partir au quatre coins de la pièce et ben, non, rien. Un film français sans doute ….

T

Pierre a dit…

Je dois reconnaitre que, au niveau des effets spéciaux, on est loin d'Avatar... mais le film est moins déprimant que "Au delà" dont je reviens, à l'instant... déprimé ! Pierre

Jeanmichel a dit…

Ce billet distrayant nous éclaire et nous rappelle combien les manuels de physique amusante étaient appréciés au dix-neuvième siècle, heureuse époque où l'électricité n'avait pas encore trouvé d'application industrielle ou même simplement utile mais où l'on savait décolorer la teinture de chou rouge au moyen d'un aimant.
Fiat lux et lux fit...

"J'ai regardé le film jusqu'au bout" est une réflexion particulièrement amusante.

sandrine a dit…

C'est trés poëtique cette histoire de décoloration avec un aimant... Pourriez vous en 2 ou 3 mot me dire ce qu'est cette expérience?
je suis mauvaise en physique, mais j'adore la poésie de ces recettes racontées par quelqu'un.
Quant au film, effet spéciaux années 50 guarented... Que du bonheur.
Merci bien;
Bien à vous
sandrine

Jeanmichel a dit…

Cette expérience révèle le mysticisme qui nimbait alors la science naissante qui promettait d'être omnipotente. Aucun domaine ne lui semblait inaccessible, et l'inexplicable était déjà cause entendue.
"Si l'on plonge, pendant deux ou trois jours, un barreaui aimanté dans la teinture de chou rouge, elle est complètement décolorée" - SIC - et cette phrase ressemble à une recette extraite d'un grimoire d'alchimie, elle n'explique absolument rien. Un barreau de fer doux, voire pas de barreau du tout, et la teinture se fût peut-être mêmement décolorée, qui le sait ?
Cette expérience est importante pour rappeler la foi immense qui existait alors dans la science : elle était capable d'expliquer tout, on n'y comprenait rien mais on croyait à tout ce qu'elle disait.
A cet égard le "deux ou trois" est particulièrement évocateur.

Textor a dit…

Pourtant, le chou comme les épinards contiennent du fer et le chou rouge n'est qu'un chou oxydé. Il est donc parfaitement normal que l'oxyde de fer du chou rouge soit attiré par un aimant.
Pour la transformation du plomb en or , je cherche encore et je vous dis...
T

Anonyme a dit…

Les extraits de plante - chou rouge, sirop de violette - furent jadis utilisés comme indicateurs colorés (acide-base) avant d'être remplacé par des colorants de synthèse et finalement par la mesure du potentiel d'une électrode, ce qui est bien moins poétique.
Je ne connaissais pas cette prétendue expérience de la décoloration par l'aimant qui est, comme le dit Jean-Michel, probablement due à une réaction avec le fer.

René

sandrine a dit…

De bonne humeur... pour la journée au moins, à la lecture de ses commentaires.
C'est une histoire de planétes en fait... je n'ai retenu que ça de tous ces mystéres physicaux-chimiques.
Et cette phrase merveilleuse:
"la foi immense qui existait alors dans la science :
elle était capable d'expliquer tout, on n'y comprenait rien mais on croyait à tout ce qu'elle disait."

Prenez n'importe quel domaine, soyez convaincu au point de laissez croire que les vrais besoins des autres et le confort des uns, en depend, et vous emporterez les foules.
Les applications des sciences ont considérablement amélioré nos conditions de vie. La course à la consommation est une autre
discipline.... vaste débat quand même. Je ne suis pas sûre de vouloir me passer du confort... Une panne d'élèctricité un peu longue et, je n'ai plus de chauffage, d'internet et autres moyens de communication, d'eau chaude, de quoi cuisiner chaud... Il est à espérer que la solidarité des voisins et leur bon sens, leur ait fait cultiver un potager et garder une cheminée...
Bonne journée
Bien à vous
Sandrine

Pierre a dit…

Ils ont enlevé le papier coloré aux étudiants ? Je me rappelle encore ma boite du petit chimiste avec ses bandes de papier rouge ;-))

Pour ma part, j'avais réussi avec ce matériel à transformer du plomb en or. A moins que ce ne soit l'inverse ?

Ce qui expliquerait que mes parents m'aient poussé vers la biologie ;-)) Pierre

Anonyme a dit…

Merci pour votre article, je cherche des images des ampoules ancienne de usine Compagnie Généraled'Electricité qui produit des ancienne ampoules avant 1910. Vous conaissez un image?

Cordialement

Lennart
lennartbooij@bkb.nl

Pierre a dit…

Désolé, mais je n'ai rien trouvé sur la toile. Je peux vous mettre en contact avec René (Belgique) qui est à l'origine de ce billet. C'est incroyable de nombre de choses qu'il connait dans le domaine de la science... Pierre