lundi 7 février 2011

Causerie du lundi de Philippe Gandillet : L'art de photographier

Une fois n'est pas coutume, je ne vous parlerai pas de moi mais d'une lectrice du blogue.

Nadia a eu la gentillesse de nous expliquer comment fonctionnait la journée d'une femme à travers un reportage photographique particulièrement agréable et instructif. Par certains côtés, je me doutais de certaines choses ; on m'en avait expliqué quelques bribes. Aviez-vous remarqué, par exemple, qu'une femme peut hésiter entre plusieurs paires de chaussures et finalement en mettre une autre qui n'avait pas passé les premières éliminatoires ?

Il n'empêche que Nadia nous montre que la photographie est un art charmant ! Il s'agit, d'ailleurs, plus d'un reportage, comme aurait pu le faire un journaliste, le talent et l'œil du photographe en plus, que d'un album…


Parlons un peu de vous, chers lecteurs : Pourquoi est-ce que vos photos ont l'air "plates" ? Pourquoi est-ce que tout le monde baille d'ennui lorsque vous voulez les montrer ? Autant de questions que vous allez vous poser après avoir cliqué, ici , ou après avoir recopié ce lien.

http://www.flickr.com/groups/551801@N22/discuss/72157625869044417/


Il est, somme toute, aisé d'éviter les cadrages maladroits et les photos de travers. Il est également assez simple, lorsque l'on connaît quelques règles, d'orchestrer les éléments de l'image. Mais faire une photographie artistique est un art et un don. Photographier ne consiste pas uniquement à appuyer sur un bouton ! Même si le "Clic-clac-souriez !" donne souvent de bons résultats, il restreint les possibilités d'effets créatifs et se trouve impuissant à dépasser l'impression argentique ou numérique pour produire une impression artistique. Surtout, il n'invite pas à être actif, à s'interroger vraiment sur ce que l'on peut montrer au moyen d'une photographie.


Un portrait, par exemple, ce n'est pas simplement prendre ses proches en leur demandant : "Bon, je te prends en photo ; alors, tu regarde l'appareil et tu souris". Au final, la photo sera banale et tout juste bonne à rejoindre l'album de famille que personne ne feuillette plus depuis des lustres… Une photo artistique c'est avant tout une démarche : Vouloir montrer autre chose, ou un peu plus que la réalité brute. D'ailleurs, on reconnaît facilement le photographe professionnel au milieu d'un troupeau de touristes : C'est le seul qui cache son appareil !


Je ne suis pas un connaisseur en photographie. Il semble que Pierre n'ait pas grand-chose sur ses rayonnages, non plus. J'ai néanmoins trouvé un ouvrage de Willy Ronis qu'il avait présenté sur son blogue, il y a quelques temps, et qui mérite d'être remis à la vente, aujourd'hui en l'honneur de Nadia.

Seul bémol à cette passion, il semble qu'il faille aimer la solitude pour être photographe. Et moi, nous sommes 40… Votre dévoué. Philippe Gandillet


RONIS (Willy) & MAC ORLAN (Pierre) : Belleville Ménilmontant. Les Imaginaires. Paris, Arthaud, 1954. Format petit in-4. Exemplaire broché à couverture rempliée, jaquette photo avec bande de lancement. Édition originale sur Johannot d'Annonay. Photographies de Willy Ronis. Texte introductif imprimé en gris, plan et liste des lieux photographiés. Comme neuf. Vendu

9 commentaires:

Nadia L* a dit…

Alors là Pierre... chapeau bas ! (ça tombe bien, il y en a un dans mon expo !). Je ne m'attendais pas à vous voir rebondir ainsi, et en plus mettre un lien vers l'expo.

Je suis très touchée.

Merci infiniment pour ce billet là, moi qui déteste le lundi en général, celui-ci va être très spécial !

sandrine a dit…

Merci pour ce moment de poésie, Nadia. Ce reportage photo est un havre de paix, loin du quotidien qui est le mien, mais ô combien rêvé parfois, en un souvenir de la femme plus légére, lorsque je n'étais pas artisan.
Vous avez su saisir l'insaisissable féminin qu'il y a en nous. C'est valable pour les hommes qui ne rechignent pas à flâner de la sorte devant quelques étals de beaux livres...
Bien à vous
Sandrine.

Anonyme a dit…

Bravo Nadia pour ces jolies photos qui ont une âme, le lundi commence par une douce rêverie et on a l'impression que le week end se prolonge. J'aime beaucoup vos gros plans (le verre) et les reflets (le bouquet d'orchidée sur la vitre)...
Aimée

Nadia L* a dit…

Merci infiniment les filles...
(plus d'hommes sur ce blog ?)
D'autant plus confuse que ceci est l'espace de Pierre et Mr Gandillet.
Merci encore au maître du LAAT pour cette promo.

Jeanmichel a dit…

Ces photographies sont très mauvaises, et je m'y connais : j'ai un Nikon... là il faut bien sûr poser le point d'ironie d'Alcanter de Brahm, mais, n'ayant pas eu le succès escompté, celui-ci n'est pas présent sur mon clavier, du moins pas sans une manipulation dont le code m'est inconnu.
Certains cadrages sont remplis d'une indicible émotion et le chien est si beau qu'on croirait une peinture à l'aérographe. :-)

Anonyme a dit…

Je me doutais bien que vous tomberiez sous le charme. La ballade bordelaise est l'intrigue mais c'est l'image qui est le héros de l'histoire. Ph Gandillet

Nadia L* a dit…

Snif... j'écraserais presque une larme d'émotion, si la menace de mon rimmel (triple couche) coulant sur mon chemisier ne me faisait pas si peur !

Pierre a dit…

Nous sommes heureux de savoir que vous allez vous coucher avec le sourire et le sentiment du devoir accompli ; je ne parle pas du devoir conjugal, bien sûr...

Il m'arrive de ressentir cette même émotion quand un article me semble bon ou lorsque des statistiques de fréquentation sur le blogue sont conséquentes.

J'ai regardé les commentaires sur Flickr. C'est encore plus dithyrambique. Une expo, peut-être ? Pierre

Nadia L* a dit…

Il faudra que je me lance, un jour, pour faire une "vraie" expo, encadrements, tirages, accrochage, vernissage, et tout le fourbi...

(je sais votre amour des statistiques)