mercredi 28 octobre 2009

Histoire du costume d'Arles. Odile et Magali Pascal


Les étagères d'une librairie ancienne peuvent accueillir des ouvrages récents s'ils sont de grande qualité, s'ils abordent un thème qui a un rapport avec notre patrimoine, s'ils appartiennent à la catégorie des livres rares ou s'ils peuvent contribuer à fournir un chiffre d'affaire conséquent à son propriétaire.

La trilogie retraçant l'histoire du costume d'Arles par Mesdames Odile et Magali PASCAL fait partie de ces ouvrages qui regroupent, à la fois, ces quatre qualités essentielles. Je vais essayer de vous les présenter un par un, en sachant que je suis un peu étranger à ce domaine.

Commençons par le dernier tome qui retrace l'histoire du costume au temps des crinolines et abordons un peu d'histoire de France. La révolution passée, c'est le Romantisme – entre ouverture et repli nostalgique- qui va influencer les costumes et avec eux, ceux de l'ancien régime. Il vont alors donner les plus inventifs et les plus raffinés que l'on ait connu depuis leur création.


Le voyage à Arles de Napoléon III et de l'Impératrice Eugénie, le développement industriel et le progrès technique, seront comme le catalyseur de cette évolution. L'apparition de la machine à coudre, des grands magasins et des journaux de mode fera le reste en influençant, modifiant et faisant évoluer la tenue des Arlésiennes.

Coiffes et coiffures, rubans, jupes, fichus, châles et pèlerines vont être autant de témoins de ce 19eme siècle. Pour l'étude de cette période, malgré les débuts de la photographie, ce seront les peintres qui seront les meilleurs alliés de l'historienne.


Sous leur pinceau apparaîtront la jeune grisette aguichante des bords du Rhône (une grisette mignonne est une jeune personne…pareille à "Véronique" de Mr Messager !), la bourgeoise élégante, la jeune Arlésienne adoulentido aux Alyscamps, la femme du quartier de la Roquette ou la très jeune fille parée comme une châsse et portant diamants et bijoux somptueux.

Ils sont ici restitués, classés et catalogués par les auteurs qui possèdent la plus belle collection de costumes et d'ornements de la région. Il faut aussi mentionner que les photographies ont été prises par Mme Pascal elle-même et que les modèles (Ahrrr ! de toute beauté) sont les enfants et petits enfants de la famille.


Ce livre est vraiment exceptionnel, je vous l'assure. Il conviendra parfaitement pour un cadeau de Noël que vous vous ferez où que l'on vous offrira sans nul doute. Pierre

PASCAL (Odile et Magali). Histoire du costume d'Arles. Tome III. Le temps des Crinolines. 1840 – 1870. Ed CRC, grand In-4, 320 pp, percaline noire avec jaquette illustrée. 90€ + port

6 commentaires:

Bertrand a dit…

On aurait bien envie de tourner la page des dessous féminins avec laquelle vous nous aguichez sans tenir vos promesses...

Enfin... calmons-nous...

B.

Anonyme a dit…

Et les beaux costumes des tableaux d'Antoine Raspal du musée Réattu, on en cause j'espère !

Montag

Pierre a dit…

Bertrand, Montag,

La page 117 était là pour attiser la curiosité. La page 118 aurait provoqué un achat impulsif ! C'est beau la littérature.

Mais c'est beau aussi la peinture... et la famille Réattu n'est pas oubliée dans cet ouvrage qui est un hommage à Arles, son histoire, ses artistes et ses Mireilles. Pierre


Pierre

Jeanmichel a dit…

Est-ce quelque réminiscence issue des années de jeunesse de l'auteur de ce blog qui lui fait poser deux "l" à capeline, par contamination du mondialement connu et reconnu "chemin des capelles" ?
L'habillement et le costume sont d'une richesse inouïe, ainsi que leur vocabulaire, chaque pièce ayant une dénomination particulière selon un infime changement de forme, de taille, d'assemblage ou d'époque.
Le choix est immense et il me fait dresser l'oreille de surprise ( ça peut se dire "chauvir") à chaque fois que j'entends une femme s'exclamer : "Je ne sais pas quoi me mettre !"

Pierre a dit…

En effet jean-Michel,

Pourquoi aller mettre deux "l" à capeline si ce n'est, dans mon subconscient, pour revenir disons, %µ$¤ ans en arrière !

D'ailleurs l'orthographe française est bien faite qui ne met deux ailes qu'à "phalline", néologisme que je viens d'inventer - être d'humeur phalline de bon matin - et théophylline qui donne des ailes aux coureurs en manque d'adrénaline...

Bon ! C'est vrai il y en a sûrement d'autres.

Pierre

Anonyme a dit…

Bonjour,
Auriez vous en librairie:
La trilogie: histoire du costume d'Arles d'Odile Pascal.
A quel prix? Merci

Mr Robert Theisen 0686733306