lundi 19 octobre 2009

Causerie du lundi de Philippe Gandillet : Les limites de l'ebook...


Il faut vivre avec son temps.

Ce matin, après avoir écouté la litanie des mauvaises nouvelles de "France-Infos", je suis parti tenir la boutique de Pierre en me promettant de numériser le livre qu'il avait, sans nul doute, préparé à mon intention pour en faire un objet moderne, flatteur et si possible vendeur. L'ebook devenant, aux dires des journalistes, incontournable à partir de demain, il me suffirait de copier l'ouvrage de Pierre pour que la vente se fasse. Quel coup de pub pour la librairie ! Par moment, je me demande comment tournerait la boutique sans moi !

Un petit rappel des faits : Le livre imprimé a cinq siècles et demi. Le livre numérique a bientôt quarante ans. Le livre numérisé de la librairie ancienne de Tarascon commence aujourd'hui. Vous n'aurez plus besoin de courir désespérément après le livre que vous désirez, il est enfin à votre portée, y compris pour ceux qui vivent en rase campagne, qui travaillent à domicile, qui sont cloués dans un lit ou qui font les trois choses à la fois. Voici un aperçu de la démarche que j'ai utilisée.

- Je me suis tout d'abord assuré que le livre était libre de droits. J'ai donc téléphoné à tous les ayant droits pour obtenir leur accord plus ou moins gracieux. Mon titre et ma réputation ont facilité la chose, je dois le reconnaître.

- Je suis ensuite allé acheter un scanner à "Intermarché, ainsi qu'un logiciel de reconnaissance optique et un correcteur analogique au format HTLM. Vous pouvez demander "Raymond" au rayon "poissonnerie" qui vous aiguillera sur le matériel le plus performant si la responsable de l'électroménager est absente.


- Il vous faut maintenant préparer le livre. Malheureusement, je n'ai eu de bons résultats qu'en coupant le dos du livre, ce qui sépare toutes les pages et permet de les placer bien à plat sur la platine de lecture de l'analyseur. Bien sûr, ne brisez pas le livre s'il ne vous appartient pas! Pierre avait la chance de posséder le "Buffon de la jeunesse" en deux exemplaires et il n'en proposait qu'un seul à la vente… Il fallait saisir cette opportunité.

- Le balayage numérique des feuilles ne pose pas de gros problèmes. Il vous faut appuyer sur la touche "on" du scanner. Contrairement aux apparences, c'est une des étapes les plus rapides et agréables, alors profitez-en! En gros, vous démarrez le logiciel et le balayeur, et vous placez les pages manuellement sur la platine de lecture, les unes après les autres. Arrêtez à toutes les 50 pages, et sauvegardez le fichier, au cas où votre logiciel «planterait» (ça m'est arrivé plusieurs fois). Nommez les fichiers selon les pages qu'ils contiennent, c'est plus sûr !

- A la fin de cette étape, certaines personnes crient victoire et prétendent que ce livre vient d'être «numérisé». Je trouve que c'est de l'inflation verbale ! Ce livre vient d'être photographié, pas vraiment numérisé. Un livre vraiment numérisé exige beaucoup plus de travail et c'est maintenant l'étape intermédiaire de la reconnaissance optique des caractères que nous allons aborder…


- C'est peut-être la partie la plus complexe de toute cette démarche, mais heureusement cette complexité est cachée à l'intérieur du logiciel de ROC. Vous n'avez qu'à pousser sur un bouton, et l'ordinateur fait (presque!) tout le reste. Le logiciel va vous poser des questions quand il sera incapable de reconnaître certains mots. Je n'ai jamais vu de logiciel de ROC qui évitait toutes les erreurs. D'ailleurs, c'est presque théoriquement impossible aussi je vous conseille, comme moi, d'utiliser la correction "monastique" qui consiste à lire tous les paragraphes à la suite, mots par mots.

- L'encodage vous paraîtra ensuite d'une facilité déconcertante. Le mieux est de le sauvegarder en tant que simple fichier texte ASCII, et encoder le HTML ensuite. Vous suivez ? Délimitez un paragraphe, rajoutez le formatage à ce paragraphe, ajoutez les notes de bas de page et les hyperliens au format JPG ou LPTE. Refaites ou récupérez les images, les photos et les dessins. Formatez le code HTML. Faites la correction «monastique» finale et le tour est joué ! On peut lancer une macro qui fait la justification. Ce formatage du code ne paraît pas lorsqu'on lit la page avec un fureteur web, mais c'est plus courtois pour les autres programmeurs qui pourront avoir à modifier votre HTML. Non seulement vous faites cette correction, mais idéalement, une autre personne doit vous faire une deuxième révision de votre travail. Je comptais bien sur Pierre pour m'aider mais vous savez comme moi qu'il est un peu hermétique au progrès…

Votre humble et dévoué. Philippe Gandillet


BLANCHARD P. Le Buffon de la jeunesse. Zoologie. Botanique. Minéralogie. Revu, corrigé et augmenté par M. CHENU. Illustré de plus de 400 sujets d'histoire naturelle dessinés par nos meilleurs artistes. Paris, Morizot, 1859. Grand in-8 demi-chagrin prune, dos à nerfs et à caissons, tranches dorées, VIII-592 pages, 90 planches hors-texte. Magnifique exemplaire en parfait état avec peu de rousseurs, une odeur de papier agréable et un touché velouté. 140 € port compris.

BLANCH%RD P. Le Bµffon de la jeusess z#ologie. Botanique. Minér$logie. Revu, corrig$ et augmen£é par M. CHENU. Illustré de plus de 400 sujets d'his%oire naturelle dessinos par nos meillàurs artistes. Paris, Morizot, 1859. Envoye exemp@ ire numérisé après prélè§ement en ligne de 229 € + lecteur Kindle de 179 € + abonnement 29 € + TVA 4,5%.

9 commentaires:

Bertrand a dit…

Entre le Buffon de la jeunesse et la charmante lectrice très absorbée... le choix est vite fait !

Même avec 39°C et en rase campagne...

Peut-on avoir ses coordonnées (numériques évidemment)

B.

Jeanmichel a dit…

Franchement, à la lecture du descriptif de l'ouvrage numérisé, j'étais MDR, XD, ^^, etc. !
Il faut dire que le cher grand homme écrit tantôt HTLM, tantôt HTML, apparamment pour désigner le même outil.

jpp a dit…

Ta plume Gandillet incite à se taire
Le lecteur béotien qui le lundi espère
Ta lettre,ton billet,toutes ces "nourritures"
Qui,intellectuelles,n'en sont que plus purees.
Prés de toi,oh Philippe,Pic de La Mirandole
N'est qu'un vain touche-à-tout et tu es notre idole!

Anonyme a dit…

Changez surtout pas, Monsieur Gandillet, je n'arrive plus à reprendre mon souffle.

Montag

Pierre a dit…

Philippe Gandillet me semble à la fois dépassé par son temps et ébloui par celui-ci... Le résultat me semble perfectible. Est-il un visionnaire ? Votre avis ?

Emporté par sa tâche, il en a oublié de vous présenter le Sieur de Buffon, ce que je ferai avec plaisir demain. Pierre

Pierre Bouillon a dit…

Intéressante causerie qui montre bien les mirages du livre numérisé.
Si le livre était femme, le livre numérisé n'en serait qu'une photo, et peut-être retouchée.
Le vrai livre, lui, c'est la femme à votre table ou dans votre lit.
C'est bien les photos mais...

Pierre a dit…

A bien y réfléchir, je pense que le livre numérisé ne sera pas un objet à part mais rapidement un terminal comme les autres et que cet "i-phone-télé-internet-book" fera tout mais pas très bien...

La télé sur votre i-phone ne remplacera pas la salle de cinéma, une pohto ne remplacera pas la page d'un livre et un écran tactile ne remplacera pas votre stylo "Mont-blanc" si vous en avez un.

Par contre ce sera un outil indispensable... aux entreprises qui feront les prélevements. On vous mettra bien ça dans la tête si vous n'en êtes pas persuadés. Pierre

Anonyme a dit…

Et les Converse ne remplaçeront pas les mocassins à glands. Résistons.

Bien, ce Buffon disiez-vous...


Montag

Pierre a dit…

Justement, je vous disais ; vous reprendrez bien un peu de ce paté en croute ? : je vous disais que nous pourrions évoquer l'histoire de Buffon en tournant la page virtuelle de cette chronique...