mercredi 26 novembre 2014

Estimation de lettres manuscrites : facile ?




Lettres et autographes : Pour une fois, c'est moi qui vais vous demander un conseil, un avis ou une ligne de conduite qui pourraient m'aider à argumenter mes estimations pour les documents manuscrits. J'étais à une présentation d'ouvrages dans une salle des ventes, cet après-midi, et je peux vous assurer que je n'étais pas le seul à méconnaitre cette facette de la bibliophilie. Dommage car, j'ai noté que le marché du manuscrit allait devenir très porteur dans l'avenir puisqu'une société d'investissement à placement spéculatif qui phagocytait le marché, jusqu'à là,  avait quelques démêlés avec la justice ! Voici une nouvelle qui va réjouir, à la fois, les particuliers qui pourront de nouveau s'approprier une part de leurs "idoles" et les modestes libraires qui pourront tirer un honnête bénéfice de cette activité…


Bon ! La première étape reste quand même, pour le libraire, à trouver du "matériel", c'est-à-dire à trouver des lettres ou des autographes de personnes célèbres ! Ensuite, il faut proposer une estimation étayée de cet envoi si le vendeur qui vous amène la lettre a encore moins de compétence que vous ! Et c'est là que je bloque ! Il est évident qu'une lettre de Victor Hugo à son plombier a moins de valeur qu'une lettre du même auteur à son éditeur pour lui soumettre le nom du héros de son dernier roman… Mais quelle est la cote des auteurs ou des personnalités qui ont marqué notre histoire ? Et comment juger ? On fait ça au mot… à la ligne ? Je vais vous donner trois exemples avec des lettres de Valéry – Paul, pas François ! - et vous pourrez me soumettre vos réflexions et vos estimations. Pour simplifier, vous pouvez me proposer l'estimation que vous auriez faite pour une enchère de départ dans une salle des ventes. Munissez-vous de vos loupes, c'est parti ! Pour l'authentification, il faut me faire confiance.

Les outils de l'amateur de manuscrit...
1ere lettre – juin 1924 : Paul Valery remercie des amis qui lui ont envoyé des oiseaux corses à bequeter… Si ce n'était le style flamboyant du maître, cela pourrait paraitre un peu léger. Où l'on apprend que Paul Valéry était de constitution fragile…


2eme lettre – avril 1932 : Le même à la même. Toujours de constitution fragile et débordé… Il se propose de soudoyer une partie de ses confrères pour une affaire de la plus haute importance que nous ne connaitrons pas. Le "finishing-joke" est sympa !



3eme lettre : juillet 1924 : Lettre à un autre compatriote corse.  Encore une ténébreuse affaire dont on ne connaitra pas le fond. Paul Valéry écrit sans rien dire… 


Voilà ! Vous pouvez m'aider. Mais vous n'êtes pas obligé ;-)) Des experts ès-manuscrits vont vraisemblablement revenir sur la place pour proposer de nouveau leurs services. Pierre

2 commentaires:

Eric a dit…

Vous raisonnez trop en libraire à vouloir faire une offre précise.
Pour une vente en salle, laissez jouer le jeu.
Estimation basse à 200 euros pour faire espérer à une bonne affaire aux acheteurs et estimation haute à 400 euros pour faire rêver le vendeur (et je crois que cela pourrait même faire plus... :) ).
Vous gagnerez ainsi à tout les coups !

Pierre a dit…

Eric, votre clarté d'esprit m'impressionne ! C'est là que je constate, encore une fois, que je suis un tourmenté comme tous les post-romantiques qui se respectent...

Bonne idée que celle d'encadrer son estimation entre les aspirations de l'acheteur et celles du vendeur. Cette formulation, si elle vous appartient, mériterait qu'on la dépose au pavillon de Breteuil et qu'on en fasse un mètre-étalon.

Pierre ;-))