dimanche 5 décembre 2010

Pierrot le bouquiniste...




La quête de la maigre pitance journalière oblige le libraire d'ouvrages anciens à des compromissions avec ses rêves d'excellence…

L'opportunité de se défaire à bas prix de quelques kilogrammes de livres de seconde main traitant des sujets les plus divers m'a amené, avec ma chère et tendre épouse, à tenir un stand sur le marché de Noël de notre bonne ville.

Je ne sais pas si c'est comme cela chez vous, mais il fait plutôt froid en Provence en ce moment ;-)) Cette expérience m'a rapproché des bouquinistes des quais chers à Charles Dodeman

[….] et encore ne mangeait-il pas tous les jours ! Quand la faim le tenaillait trop, il empruntait cinq sous à ses voisines et il se régalait d'un boudin cru, d'un bout de pain et d'un cigare. .. Mais enfin, il vivait. Il vivait et il avait l'espoir. Par certains côtés, l'espoir est préférable à la certitude.

J'ai beaucoup de chance car je ne fume pas. Je pourrai acheter un bout de pain plus gros que je partagerai avec mon épouse. Bon ! Il faut que je réinstalle le stand maintenant. Pourvu qu'il ne pleuve pas !

Pierrôt, le bouquiniste

12 commentaires:

Pierre a dit…

Il pleut ... ;-((

Mais il ne neige pas ;-))

Pierre

Jeanmichel a dit…

On excusera volontiers les quelques lapsus clavigeri présents dans le billet. Utiliser un clavier en portant de telles mitaines, disproportionnées pour les basses plaines provençales, ne doit pas être bien aisé.
Et pour rendre la monnaie, comment fait-on ?

Livres XIX°.Cartonnages Romantiques a dit…

Ah! si j'avais su au lieu de me geler au marché gare de Carpentras ou il ni avait rien de rien à chiner, j'aurais été à Tarascon partager avec Pierre quelques uns des treize déserts de Noël arosé d'un petit Sérignan Blanc et nous aurions étés quatre mitaines pour des ouvrages de seconde main.....

Nadia L* a dit…

Ah mais c'est vrai que vous avez l'air gelé ! ils ne vous ont pas offert un intérieur douillet, pour ce marché de Noël ? c'est dehors ? et vous osez entraîner Brigitte dans cette aventure ? faites lui part de toute ma compassion et suggérez lui, toujours de ma part, une virée au restaurant ce soir, pour la remercier de son abnégation à être à vos côtés par ces températures...

Pierre a dit…

Je tiens seul le stand, ce dimanche, et ma femme fait les galeries marchandes avec ma fille. Il va sans dire (mais cela va mieux en le disant) que je partagerai le quignon de pain d'aujourd'hui avec moi-même ;-))

Le temps est exécrable depuis ce matin. J'ai mis mes livres bien à l'intérieur du chalet qui m'étais octroyé et du chalet mitoyen devenu vacant suite au déluge à venir. Il est évident que l'accès aux ouvrages est malaisé . Si je ne me sentais pas l'obligation morale d'être présent, je serais déjà rentré à la maison comme les quelques badauds qui arpentaient l'allée ce matin. Je m'imagine déjà près du feu qui crépite, du chat qui ronronne et du ragout qui mijote... Pierre

Pierre a dit…

Bien l'idée d'un petit Sérignan Blanc ! Le producteur en face de moi vend du vin du Jurançon. Bien aussi...

Nadia L* a dit…

Pas bon du tout, en plus, j'imagine, l'humidité pour ces ouvrages.

Vous êtes installé où ? rue des Halles ou sur le Cours ?

Pierre Bouillon a dit…

Photos prises au Québec ?
Pierre B.

Anonyme a dit…

Brûlez quelques incomplets...
Succès de curiosité garantie.

Vous êtes de ces héros comme ceux que nous aimons, ceux en cartonnage rouge et or qui affrontent les éléments.

Montag

Textor a dit…

En ce temps que j'ay dit devant,
Sur Noël, morte saison,
Que les loups se vivent du vent
Et qu'on se tient en sa maison,
pour le frimas, pres du tyson,
Me vint ung vouloir de briser
La tres amoureuse prison
Qui faisoit mon cueur debriser

Courage Pierre ! Parfois, malgré l’amour des livres, le bouquiniste aurait envie de quitter son chalet de Noel pour un foyer plus douillet. Mais il faut résister !

Anonyme a dit…

Vers immortels, comme on n'en écriras plus jamais.

Courage Pierre le climat se réchauffe ...

René

Pierre a dit…

Merci, chers lecteurs pour vos soutiens amicaux !

Pour ceux qui connaissent notre petite ville, ce marché se déroulait sur la place de la gare réaménagée. Les services municipaux avaient fait leur possible pour nous faciliter l'installation et on ne peut quand même pas leur reprocher le temps maussade qui nous a été servi ;-)) En fait, l'après-midi a été plus serein...

Le métier de bouquiniste est, il faut le constater, très différent de celui de libraire en chambre ou en boutique. Non pas parce que le matériel qu'un forain manipule soit très différent de celui du boutiquier (le bouquiniste de marché amène des ouvrages adaptés au lieu où il expose) mais parce que la clientèle qu'il croise est beaucoup moins fidélisée. De là, un achat plus déterminé par le prix que par la qualité de l'ouvrage...

Je découvre la vente itinérante et rend un vibrant hommage aux bouquinistes qui font cette activité toute l'année au péril de leur dos ! Il y a, bien sûr, un petit côté "défi" qui est amusant mais on approche le livre de façon trop superficielle à mon gout. Idéal pour se défaire de livres encombrants ! Certains font ça sur Ebay. Ce soir, je peux les comprendre ;-)) Pierre