jeudi 23 décembre 2010

Bertall ou comment sortir de la grisaille quotidienne en passant la porte de sa maison…



A l'heure ou Internet vous permet de rester connecté sur le monde, tout en restant à la maison ; à l'heure où les gens se font livrer l'essentiel et le superflu à domicile sans jamais mettre le nez dehors ; à l'heure où l'écran d'ordinateur a remplacé le bleu du ciel (quand il fait beau) sur nos rétines, proposer un ouvrage qui fait la promotion d'une vie hors de chez soi est une gageure…


Preuve que le problème est sous-jacent depuis le 19eme siècle, Bertall nous trace un tableau saisonnier de tous les bons moments qui égaient la vie dès qu'on enfile son manteau, ses moufles et ses chaussures… Et comme l'auteur est généreux, il nous transporte, à travers la table des matières, dans toutes les régions de France (Nice, Paris, Lourdes, etc…), porté par sa plume et le trait de ses dessins !


Charles Albert d'Arnoux (Charles Constant Albert Nicolas d'Arnoux de Limoges Saint-Saens), dit Bertall (1820 – 1882), est un illustrateur, caricaturiste et graveur français, connu pour avoir été l'un des illustrateurs les plus féconds du XIXe siècle. Sur le conseil de Balzac, qui le protège à ses débuts et dont il est l'un des illustrateurs attitrés, il signe ses œuvres du nom de Bertall, d'après l'anagramme de son deuxième prénom. Vous me direz qu'avec un nom à rallonge comme le sien, il n'avait guère le choix ! Il travailla principalement avec l'éditeur Barba, qui éditait des romans sur 2 colonnes, dits "à quatre sous", en illustrant les romans de Paul de Kock et de Cooper. Il dessina par ailleurs beaucoup pour la Bibliothèque rose, et en particulier les textes de la Comtesse de Ségur. Il laisse une production très abondante à L'Illustration et à La Semaine des enfants, au Journal pour rire et au Grelot. Il dessine pour Le Magasin pittoresque, Le Musée des familles… Il va sans dire que son caractère fécond nuit aujourd'hui gravement à sa cote bibliophile ; l'idéal pour un illustrateur, un dessinateur, un graveur ou un peintre, au 19eme siècle, étant de mourir précocement, imbibé d'absinthe et si possible avec une oreille coupée...


Son œuvre majeure, La Comédie de notre temps, se présente en trois volumes, chacun complet en lui-même, et a été éditée entre 1874 et 1876. La vie hors de chez soi : L'hiver, le printemps, l'été, l'automne que je propose aujourd'hui en est le troisième volet. **Balzac dans sa correspondance avec La comtesse Hanska relate, fort à propos d’ailleurs, la genèse de cet ouvrage quand il évoque la vie de Bertall et de sa seconde épouse, Amelie Bodin de Montjoie . Celle-ci atteinte d’agoraphilie congénitale ne souffrait pas de rester chez elle. C’est à l’occasion de leurs nombreux voyages en train dans nos belles provinces françaises que vint à l’auteur, l’idée de ce guide illustré du tourisme, très prisé des salles des ventes, aujourd’hui. Il faut reconnaître à Plon, son l'éditeur, beaucoup de mérite de nous proposer un exemplaire, en édition (presque) originale, au joli format, aux grandes marges, au papier bien blanc exempt de rousseurs et aux illustrations in et hors textes de toute beauté.


Cet ouvrage par la qualité de son texte, de ses dessins et de sa présentation éditeur mériterait une cote bien supérieure, à mon humble avis. Il y a des livres qu'il faut défendre, vous ne trouvez pas ? Pierre


BERTALL (Albert d'Arnoux dit). La vie hors de chez soi. Comédie de notre temps. L'hiver-Le printemps-L'été-L'automne. Paris E.Plon cie, imprimeurs-éditeurs. 1876, 667p. 1 volume grand In-4. Reliure d'époque en demi-chagrin havane, dos à nerfs orné de caissons aux filets dorés, titre en lettres dorées, toutes tranches dorées, gardes moirées blanches. Deuxième édition. Ouvrage abondamment illustré de dessins et d'études au crayon et à la plume. Bel exemplaire. Vendu

6 commentaires:

Textor a dit…

Dans quelle catégorie faut-il classer ce genre d'ouvrage ? bibliothèque des voyages ? je ne le vois pas référencé à la librairie Le Bail ....
Ceci dit, il faut avoir votre talent de marchand de curiosités, Pierre, pour nous donner envie d'acheter un auteur qui nous propose pour tout horizon Bagnère de Luchon ou Amélie les bains !!

Textor, bibliophile grincheux

Textor a dit…

Pierre, pourriez-vous nous faire un petit codicille à votre article, pour nous parler un peu de Madame Bertall. Quelle femme était-elle ? quelle était la couleur de ses robes ? etc ..

Car il me semble que les motifs d’un tel ouvrage, « La vie hors de chez soi » doivent se trouver compris dans l’adage de Montaigne : « Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche. »

T

Pierre a dit…

Voilà qui est fait **. Rien est inventé car, comme à l'accoutumée, pioché dans des ouvrages de référence...

Une petite erreur s'est néanmoins glissée hier dans l'énumération des œuvres de Chamfort qui me laisse à penser qu'il ne faut pas croire tout ce qui est écrit sur Internet ;-)) Pierre

Textor a dit…

Alors là, Chapeau du Moulin, comme dirait Bertrand, je ne pensais pas que ma blagounette allait déboucher sur de telles précisions historiques !!
Madame Montjoie était agoraphile ? c'est le truc dont souffrent les fourmis et les abeilles ? Elle aurait du téléphoner au vétérinaire plutôt que d'obliger son mari à l'emmener partout en voyage...

T***

Bertrand a dit…

J'adore ce livre de Bertall et un autre de la même époque et du même accabit intitulé "La comédie de notre temps", c'est amusant, car ce sont deux beaux exemplaires, mais ces livres me plaisent trop... je ne les catalogue pas... donc je les ai depuis des années... près de moi...

Textor je reprendrai très vite votre citation de Montaigne... elle me plait !! ;-))

Bonne soirée à tous,
Bonnes fêtes,

Bertrand Bibliomane moderne

Anonyme a dit…

Bonjour,
Au sujet de "Balzac dans sa correspondance avec La comtesse Hanska relate, fort à propos d’ailleurs, la genèse de cet ouvrage quand il évoque la vie de Bertall et de sa seconde épouse, Amelie Bodin de Montjoie"
Pourriez vous nous faire parvenir les références de cette lettre (où la trouver, comment la consulter...)
Ma femme fait partit des descendantes de BERTALL et nous n'avons jamais entendu parlé de cette union avec Amélie Bodin de Montjoie. Nous sommes très intrigué et intéressé par cette découverte...
Vous remerciant par avance
Cordialement
Bernard