mardi 3 mai 2011

La naissance du style "Art-Nouveau" avec Eugène Grasset. L’Histoire des quatre fils Aymon, exemple emblématique du "Nouveau livre de luxe"…


Avec Félix Vallotton et Théophile Steinlen, Eugène Grasset compose la Sainte Trinité des Vaudois de Paris, vers 1900. Né à Lausanne en 1845, il est un des chefs de file des illustrateurs de ce siècle.

Grasset avait commencé par la sculpture. Il y renoncera vite, comme à la peinture. Alors qu’explose en Grande-Bretagne l’idée des "arts and crafts", exigeant le retour au métier artisanal pour lutter contre la laideur de l’âge industriel, il se plongera dans les arts mineurs. Pourquoi ne pas redonner des lettres de noblesse au mobilier, au bijou, au vitrail, à l’illustration ou se consacrer à cet art alors tout neuf que constitue l’affiche en couleurs ?


Différents contacts permettront à Grasset, naturalisé Français en 1893, de se réaliser. Il y aura d’abord Charles Gilliot, un imprimeur. Ce dernier lui demandera de créer des livres beaux mais populaires, et de travailler pour lui à titre personnel. Grasset planchera deux ans sur les images et la maquette de l’Histoire de quatre fils Aymon, un roman médiéval que je propose aujourd'hui à la vente. Mais Grasset se fera aussi connaître par la maison Larousse. C’est pour elle qu’il créera sa plus célèbre image féminine. La dame souffle ici sur un pissenlit : «Je sème à tous vents» On ignore si c’est la semeuse qui a popularisé le dictionnaire, ou le contraire...


Eugène Grasset peut être considéré comme l’un des pionniers de l’Art nouveau. Son influence sur Alphonse Mucha sera considérable. En dépit de belles réussites, il faut avouer que les arabesques de Mucha, son disciple, sont mieux connues du public et des bibliophiles que les siennes !


L’Histoire des quatre fils Aymon comporte 250 pages toutes illustrées par Eugène Grasset. Il s’inspire d’un poème épique du XIIeme siècle. Ce livre occupe une place de choix dans l’histoire de l’imprimerie. C’est en effet le premier livre imprimé grâce à la photogravure. Ce procédé de gravure chimique en relief (ou chromotypographie) permettait d’imprimer simultanément textes et illustrations de plusieurs couleurs. Il fut mis au point par Charles Gillot (1853-1903) et fit disparaître la gravure traditionnelle sur bois qui accompagnait les textes de cette époque. L’invention de la photographie eu des répercutions de premier plan sur la technique de l’imprimerie et divisa les bibliophiles (Béraldi en premier).


Eugène Grasset fut donc le premier illustrateur à utiliser cette technique. Gillot avait adapté cette technique et fondé en 1876 le premier atelier français de photogravure. Les dessins au trait et en couleurs d’Eugène Grasset pouvaient être ainsi reproduits par superposition de plaques encrées avec des couleurs différentes.


Lecteur et disciple de Viollet le Duc, Eugène Grasset mis plus de deux ans à dessiner les exploits chevaleresques, les architectures anciennes, les costumes et les armes qui firent impression. On admira les connaissances de l’artiste sans voir que ces minutieuses reconstitutions du haut moyen age, ces ornements tirés des manuscrits Irlandais, côtoyaient des nuages, des arbres en fleurs, des vols de canards japonisants, ainsi qu’un certaine flore décorative qui sera bientôt envahissante... Tout l’Art Nouveau est déjà là !


Dans ce livre Grasset multiplia des audaces de mise en pages que Gustave Doré n’avait jamais imaginé. Tardivement reconnue comme un important jalon dans la formation de l'Art nouveau, l'illustration des Quatre fils Aymon fut d'abord accueillie avec indifférence. Seul un petit groupe d'amateurs, autour d'Octave Uzanne, la saluèrent. Marius Michel vers 1891, puis Charles Meunier s'enthousiasmèrent pour les Quatre fils Aymon, dont ils couvrirent de cuirs incisés les exemplaires de luxe. Un exemplaire sera prochainement proposé à vil prix chez Christie's ! [Collection Michel Wittock ; estimation 4000 à 6000 €]. Pierre


Grasset (Eugène). Histoire des Quatre fils Aymon, très nobles et très vaillants chevaliers. Illustrée de compositions en couleurs par Eugène Grasset. Paris, Charles Gillot pour H. Launette, 1883. in-4, reliure parchemin à effet marbré, dos orné d'une pièce de titre en lettres dorées sur maroquin havane et de filets dorés. Page de garde en papier coloré. Tranche supérieure dorée. Couverture conservée. [3ff blancs], [6ff imprimés], 224 pp, [10ff imprimés], [3ff blancs]. Très riche illustration en couleurs sur chaque page totalement intégrée à la mise en page. Ex-libris. Très bel exemplaire dans une très belle reliure. Vendu

16 commentaires:

Bernard a dit…

J'adore!
Il va falloir que je pense à changer de thème de bibliophilie.
Bernard

calamar a dit…

oui, c'est magnifique ! Grasset est sans doute le plus connu de ces illustrateurs, en mettant à part Mucha, évidemment. Mais il y en a de nombreux autres ! de quoi se faire plaisir...

calamar a dit…

D'ailleurs pas plus tard qu'hier soir, j'ai acheté un livre illustré par Giraldon. C'est moins spectaculaire, mais bien typique, et très agréable (enfin, j'espère, je verrai quand je le recevrai :))

Bertrand a dit…

Et en grand papier c'est possible ? Non ? Ok je sors...

L’exigence en bibliophilie est mère de sûreté. (proverbe Bérèsien)

B.

Pierre a dit…

Je dois reconnaitre que je ne suis pas peu fier de cet ouvrage. Vos commentaires me vont droit au cœur. Bien sûr, en grand papier, ce serait mieux... Nous verrons l'adjudication de Christie's pour voir si c'est possible !

Puisque vous avez l'air d'aimer cette période, je peux donc continuer ?

Pierre ;-))

sandrine a dit…

C'est un beau livre, qui me reconcilie un peu avec cette fin de siècle... les livres rouges, j'ai ma dose pour cent ans.
Même en éduquant, la première réaction c'est : pas chère, je vais pouvoir restaurer... Affaire.
c'est dur, la vie à la campagne, parfois; de grand moment de solitude.
Tiens, c'est un peu comme cet abruti qui met des messages online pseudo pharmacologiques.
S.

Pierre a dit…

Oui, il y en a plein ! Je vais exploser mes statistiques de visiteurs... Quel est l'intérêt ?

Je vais essayer de les effacer au fur et à mesure. Pierre

Jeanmichel a dit…

Pierre est fou de présenter de tels ouvrages à un public de convaincus.
J'ai presque été tenté un instant d'aller cliquer tout en haut à gauche sur une des trois petites cases, celle située entre "Partager" et "Blog suivant".

Pierre a dit…

Voilà encore une fonction que je découvre, Jean-Michel !

Partager ? Mais avec qui ? Je vais essayer mais c'est gênant... Je préfère vendre que partager ;-)) Pierre

Bertrand a dit…

On dira ce qu'on veut, mais Uzanne était dans le mouv' ! (sourire)

B.

Jeanmichel a dit…

Non, non, pourquoi partager ? Je parlais bien de la case du milieu, "Signaler un abus", propice aux dénonciations pour incitation à la toxicomanie, ou pour apologie de produits délétères.

Pierre a dit…

Il faudra résister jusqu'à la fin de la semaine ;-)) Mais j'abuse, peut-être... Pierre

Bertrand a dit…

ça me fait tout de même un peu quelque chose d'avoir le n°1 sur Japon (1/100), broché, neuf, entre les mains.

B.

Pierre a dit…

Belle acquisition, Bertrand ! Et puis, le N°1, c'est la grande classe... Pierre

Bertrand a dit…

Je vais avoir du mal à m'en remettre... mon banquier aussi :-)

B.

Pierre a dit…

Le garder quelques temps ; en être fier. Le revendre à un amateur éclairé plus fortuné (son banquier, par exemple) ; en être fier, aussi.

Nous ne sommes que des passeurs. Pierre