mercredi 11 mai 2011

Joseph APOUX : Les Danseuses


Un lecteur me faisait le gentil reproche de vous avoir promis, en début de semaine dernière, la présentation de gravures de Joseph Apoux alors qu'il ne voyait rien venir depuis cette date... C'est qu'il n'est pas facile de publier un article étayé sur un graveur qui brille autant pour sa réputation sulfureuse que par sa discrétion ostentatoire…


Philippe Gandillet vous aurait enrobé tout ça dans des digressions oiseuses et potaches qui auraient nuit à la qualité de l'œuvre présentée. Je vous fais juge du brouillon trouvé dans la poubelle, ce matin :

En bibliophilie, il y a des "Apoux" et des "pas-Apoux". Parmi les " Apoux " il y a des "papas Apoux " et des " Apoux pas papa". Mais il y a aussi des "papas pas Apoux " et des "pas Apoux pas papas". De plus, il y a des " Apoux pas papas à poux" et des "papas pas Apoux à poux". Mais il n'y a pas de "papas Apoux à poux" ni de "pas Apoux pas papas à poux". Sachant qu'il y a plus de "Apoux pas papous" que de "Apoux papous" et de "Apoux pas papas à poux" que l'inverse, on peut donc affirmer qu'il y a plus de "Apoux pas papas à poux pas papous" que "d’Apoux papous" …

On croit rêver. Comment voulez vous faire un billet sérieux avec ça ? Autant saborder ma vente !!


Joseph Apoux (1860- ?) fut peintre, aquafortiste, graveur à l'aquatinte et à la pointe sèche. Il étudia avec Jean-Léon Gérôme et exposa au Salon à partir de 1880. En 1886, l'artiste participa à l'Exposition internationale du Blanc et Noir. Apoux fut l'auteur de nombreuses caricatures et de curiosas. Il est aussi le créateur des suggestives lettrines décoratives appelées "Alphabet Pornographique".

Cet esprit libertin de la belle époque est de la veine des illustrateurs qui ont participé au mouvement décadent fin de siècle au même titre que d'autres artistes ( Penot, Félicien Rops, ...). D'un savoureux érotisme grivois les gravures de Apoux ne laissent pas indifférents l'amateur des belles choses… Pierre


APOUX, Joseph. Danseuses. Gravures originales à l'eau-forte signées dans la plaque, frontispice et 6 gravures. Joly, Paris, sans date (fin 19°). Un portefolio 32 x 23cm, couverture illustrée, petites rousseurs marginales et sur le plat du portefolio. Vendu

6 commentaires:

Bertrand a dit…

Un sacré bonhomme, une belle oeuvre. J'achèterai bien... mais comme ce serait pour garder pour moi... j'entends d'ici les cris d'orfraies de la gente ménagère in situ ... (sourire).

A moins que je ne l'offre pour la fête des mères... (sourire)

A moins que ce ne soit déjà vendu...

B.

Pierre a dit…

Bien vu, la fête des mères !

C'est vrai, on tourne en rond avec les fleurs, les colliers de perles et les diamants ;-)) Pierre

calamar a dit…

mais non, ça ne marche pas dans ce sens ! les livres, c'est pour la fête des pères (mais il faut donner la bonne inspiration avant, bien sûr).

sandrine a dit…

ON EST PEU DE CHOSE.
Bien à vous.
OufFFFF.....
Sandrine.

Pierre a dit…

Je reprends : Sandrine s'inquiétait, comme beaucoup d'entre-nous du plantage de Blogger. Tout revient dans l'ordre ou presque puisque seul le message de jeudi a disparu... et reviendra peut-être. Pierre

Pierre a dit…

Bon, pour ce qui est de la fête des mères, il faudra penser à autre chose que le portefolio de Apoux ;-)) Un lecteur a pris l'idée.

Vous pouvez vous replier sur les fleurs... Pierre