mardi 31 août 2010

François Guizot. Un écrivain au chevet de la France et au service de l'histoire...


Je n'ai vraiment découvert François Guizot qu'avec avec son dictionnaire des synonymes (le meilleur !). Si l'on évoquait, il y a encore quelques années une "Histoire de France" célèbre, je pensais tout de suite à Michelet et à son incontournable œuvre en 12, non ! 17, non…. (je reviens, je vais vérifier sur les rayonnages !) en 19 tomes chez Marpon et Flammarion qui trônent sur mes étagères. On me les achètera, un jour, peut-être ! ;-)) Mais, au fait, les ai-je présentés ?


Et donc, comme je vous disais, j'ai d'abord apprécié François Guizot pour la qualité de sa plume avant que de le connaître et de faire partager mon admiration pour son travail d'historien. Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement. Ce qui est énoncé clairement satisfait le lecteur. Ces 7 volumes in-4 superbement illustrés s'acquittent de cette tache avec brio.


Voilà un écrivain quand même gonflé ! Car il faut l'être pour commencer à écrire une "histoire de France" sur la fin de sa vie. L'avantage avec ce type d'entreprise est que l'on a plus de recul pour comprendre et analyser les évènements passés. L'inconvénient est qu'il arrive qu'on ne puisse pas terminer les derniers tomes avant l'arrivée de la terrible faucheuse… L'auteur étant mort pendant la publication du tome IV, le tome V a été rédigé par sa fille, Madame de Witt, d'après le plan et sur les notes de son père. Voilà qui était prévisible. Il en est de même pour les deux derniers volumes qui traitent du 19eme siècle.


François Guizot est né à Nîmes en 1787. Issu d’une famille bourgeoise et protestante dont le père est guillotiné en 1794 sous la Terreur, François Guizot part alors en exil avec sa mère pour Genève, où il reçoit une bonne éducation. Venu à Paris pour étudier le droit en 1805, à 18 ans, il se fait remarquer par ses qualités d’écriture. Il se marie en 1812 avec un écrivain, Pauline de Meulan, qui meurt en 1827, et dont il garde un fils, appelé également François (1819-1837). Veuf, il se remarie en 1828 avec une nièce de Pauline, Elisa Dillon, dont il aura deux filles, Henriette et Pauline, puis un fils, Guillaume (1833). Sa seconde femme meurt peu après… Après de tels événements, on ne peut pas être un mauvais homme.


Député et ministre de l'Intérieur en 1830, ministre provisoire de l'Instruction publique la même année, ministre des Affaires étrangères puis de l'Instruction publique de 1832 à 1837, il fut ambassadeur à Londres en 1840, ministre des Affaires étrangères et président du Conseil de 1840 à 1848. Il restera fidèle à Louis Philippe dans son naufrage…


Orateur politique, critique, grammairien, historien, il fit rétablir l'Académie des Sciences morales et politiques et en fit partie dès sa reconstitution. L'année suivante, il fut admis à l'Académie des Inscriptions et en 1836, il fut élu à l'Académie Française. Après 1848, il joua un rôle politique important qui l'entraîna dans une opposition irréconciliable à l'Empire. Exilé en Angleterre, il mourra en France en 1874.


Cette "histoire de France" que je vous propose se présente sous une belle reliure demi basane verte. Elle est en excellent état. Les illustrations de Neuville sont remarquables et cette édition peut se consulter, même les jours de panne d'Internet… Un cadeau pour une communion, par exemple ? (il faut trouver des arguments qui portent quand on propose des ouvrages de la sorte, aujourd'hui !) Pierre


GUIZOT. F & De WITT. L'histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1789 & L'histoire de France depuis 1789 jusqu'en 1848. 7 volumes. Paris, librairie Hachette, 1873-1879. Reliure demi-basane verte. Dos à 5 nerfs, pièce de titre et tomaison dorées. In-4 , 578-574-561-570-598-751-789 pp. 5 volumes de l'histoire de France jusqu'en 1789 racontée a mes petits enfants par M. GUIZOT illustrés de gravures dessinées sur bois par de Neuville. Tome 1 - 75 gravures, tome 2 - 66 gravures, tome 3 - 74 gravures - tome 4 -94 gravures - tome 5 - 85 gravures. Le 5eme volume (Louis XV, la Régence, Louis XVI, les Etats-Généraux) est rédigé par Mme de Witt, d'après M.Guizot, son père. Index in fine. 2 volumes de l'histoire de France depuis 1789 jusqu'en 1848 illustrés de gravures dessinées sur bois. Tome 1 – 104, tome 2 – 116. – Quelques rousseurs usuelles sur quelques pages mais bel état d'ensemble avec très peu de rousseurs. Dos insolés mais homogènes....Vendu

7 commentaires:

Pierre a dit…

Un commentaire de Guizot que j'ai toujours trouvé pertinent : "Le caractère dominant de la barbarie, c'est l'indépendance de l'individu, la prédominance de l'individualité"

C'est pourquoi une société, même imparfaite, m'a toujours satisfait. Pierre

Bertrand a dit…

C'est pas faux comme dirait un ami fan de Kamelot.

En même temps on peut croire aussi l'inverse, que la société contribue à pervertir l'homme.

Mais il est tard... et Série noire n'est pas terminé. J'y retourne.

B.

Jeanmichel a dit…

Ce qui diffère, c'est la perception de la douleur, peut-être est-elle moins intense quand on se fait trouer la langue sur une place publique par un bourreau assermenté, soutenu par ses convictions et des idées qu'on n'a pas apostasiées que lorsque c'est un hideux maniaque qui nous fait subir le même supplice dans une cabane au fond d'un bois, pour rien, pour le plaisir.
La série des Guizot est sûrement intéressante, mais il faut voir, il faut toucher.
"Dos insolés mais homogènes"... Le fait que ce soit homogène transforme-t-il le défaut en qualité ?
Une chaise bancale dont on a scié les trois autres pieds est-elle pardonnée ?

calamar a dit…

dos insolés mais homogènes... on suppose que ça veut dire que tant qu'on ne sort pas les livres de la bibliothèque, le défaut ne se voit pas. Alors que s'ils sont insolés différemment suivant les tomes, ou (cas extrème) sur un même tome, évidemment, le défaut est plus pénible à supporter. Mais bon... l'exemplaire parfait reste à découvrir.

Pierre a dit…

Ahrghhhh ! Je souffre... ;-))

Ne pas mettre "dos insolé", même si un qualificatif de degré eût été judicieux, c'est tromper l'acheteur qui aurait constaté, dépité, une différence de couleur entre le plat et le dos...

Écrire que l'insolement est "homogène", c'est reconnaitre une qualité au résultat perçu. La nouvelle teinte identique sur les 7 tomes est plus belle que celle voulue par le relieur à l'origine. C'est donc un défaut transformé en qualité ;-))

Comme je suis magnanime, je n'augmente pas le prix des ouvrages à cause de cela.

M'en suis-je bien tiré ? Pierre

Pierre a dit…

J'aime votre argumentation, Jean-Michel. La barbarie au nom de l'aveuglement de la société est plus facile à admettre que l'acte individuel qui est révoltant.

Je pensais en disant cela à Saint Laurent, je crois, qui a fait preuve de beaucoup de sollicitude envers son bourreau et à qui il donna des conseils jusqu'à la fin dernière... (vous pouvez me retourner, je suis assez cuit sur ce côté !) Pierre

Pierre a dit…

Bertrand, pas vous ! Pas du Rousseau !!
Je mets çà sur l'heure tardive. Pierre