vendredi 11 décembre 2009

Peut-on aimer un livre uniquement pour ses atours ?


Un homme d'affaire allemand présentait, il y a quelques mois, des ouvrages anciens à la vente aux enchères dans des reliures flatteuses et dans un écrin savamment étudié. L'enchère proposée pour tous ces livres donnait le tournis mais on avait quand même l'impression d'être devant un trésor ! Des protestations indignées de bibliophiles se sont alors élevées car cette bibliothèque vendue au poids, au nombre ou à la couleur selon votre vision des choses ne présentait pas les ouvrages accompagnés d'une notice bibliographique digne d'eux. Et puis, l'estimation globale de la bibliothèque privait le particulier d'en acquérir un en particulier. De plus, il s'agissait d'un investissement reconnu à but spéculatif et l'on sait que les français dont on connaît l'éthique et la morale désintéressée n'aiment pas parler d'argent !


Cette nouvelle façon de vendre des livres anciens en choqua plus d'un et nous ne sommes pas près de voir ça en France ! Ou plutôt, vous n'étiez pas près de voir ça en France car c'est moi qui vais commencer aujourd'hui…

Je le ferai à petite échelle, si vous le voulez bien, en ne vendant qu'un seul livre par cette méthode. Par défi, je le fais avec un ouvrage que j'aime particulièrement. Mais le principe est le même pour une bibliothèque complète.


Exceptionnel, voici un magnifique livre du 17eme siècle de 17cm sur 24 cm et pesant plus de 1,3 kg. Il est composé de près de 1200pages sur du papier très bien conservé. Il y a deux tomes et il est écrit en français. La reliure aux armes est en plein cuir avec des motifs dorés sur les deux couvertures et sur le dos. Pour avoir plus de détails vous pouvez regarder les photographies.

Outstanding here is a beautiful book of the 17th century 17cm 24 cm and weighing over 1.3 kg. It is composed of nearly 1200pages on paper very well preserved. There are two volumes and is written in French. The binding arms is in full leather with gilt decorations on both covers and spine. For more details you can view photographs

erausragend ist hier ein schönes Buch aus dem 17. Jahrhundert 17cm 24 cm und einem Gewicht von über 1,3 kg. Es ist fast 1200pages auf dem Papier sehr gut erhalten aus. Es gibt zwei Bände und ist auf Französisch verfasst. Die Bindung Waffen ist in vollem Leder mit goldenen Verzierungen auf beiden Abdeckungen und Wirbelsäule. Für weitere Informationen können Sie sich Fotos.


Ce petit billet est facétieux, vous l'avez bien compris. Il n'est pas dans ma nature de faire ainsi et j'aime passer du temps sur un livre pour en tirer une notice un peu détaillée qui respecte les codes en vigueur dans le petit monde du livre ancien. C'est ma façon de donner sa vraie valeur au livre et de justifier ma marge. Cet ouvrage le mérite. Mais, après tout, on peut acheter un livre pour ses atours ! Souvent l'acheteur en sait plus que le libraire et une belle collection de photographies est, en effet, parlante. Je réfléchis à tout ceci en tapant sur mon clavier... Ce n'est pas une blague, l'ouvrage est (était) vraiment à la vente. J'envoie la notice bibliographique au cas où.

22 commentaires:

Bertrand a dit…

Si je tenais le gredin qui a relié ensemble deux tomes qui ne sont pas de la même édition et surtout qui a massacré la première page de titre en la reliant de travers et en rognant outrageusement les marges, je lui tordrais le cou.

Sinon, sur le principe, c'est une position qui se défend de vendre des livres au poids... quand le prix au poids n'est pas celui de l'or.

Tous les weekend à Georges Brassens il y a au moins un vendeur de ce type (en haut à droite du marché du haut - les habitués reconnaitront). Je n'y trouve jamais rien. Mais il ne faut sans doute pas désespérer et c'est sans aucun doute dans ce fumier d'Ennius que si j'y étais tous les samedis et tous les dimanches que dieu fait, je trouverais des trésors.

En attendant cet hypothétique triomphe, j'achète partout où le prix du livre est en rapport avec sa qualité, qu'elle soit intrinsèque ou extrinsèque, je veux dire par là :

Les Feuilles d'Automne de l'ami Victor dans une reliure plein veau à la cathédrale de Thouvenin, c'est quand même plus que jouissif ! Et pour le premier acheteur et pour le deuxième et pour tous d'ailleurs.

Encore faut-il savoir jouir d'autre chose que de soi-même (tiens... ça me rappelle un titre XVIIIe ça !!??)

Bonne nuit (SOS vétérinaire - homme, femme, enfant, chat, tous malades... on va bientôt en appeler à la saignée et au émétiques...)

B. libraire qui ne pèse pas lourd...

Bertrand a dit…

Mon commentaire aurait-il fait pan !

B.

Anonyme a dit…

La reliure évoque celle des livres de prix des grands collèges, comme celui de la Flèche, mais le contenu n'est pas en accord. On s'attendrait à un bon gros Florus. Le montage est assez...original.

Raphael

Pierre a dit…

Bertrand,

Un afflux imprévu de richissimes clients prodigues venus, suite à ce billet, contempler l'ouvrage présenté dans sa belle reliure (basane aux armes de Louis XIV avec large encadrement de dentelles et semé de fleurs de lys) m'empêche de me consacrer à autre chose que les palabres d'une vente annoncée.

Les clients se déchirent à coup d'enchères indécentes et je rougirais de honte si j'avais encore quelques scrupules...

Non, vraiment les photos c'est super !

Pierre ;-))

Pierre a dit…

Raphaël,

Expliquez nous ce que sont ces livres de prix de La Flèche. Vous pensez que des livres dans d'aussi belles reliures puissent être des livres de prix ? Et pour quelle noblesse ? Pierre

Bertrand a dit…

Ah Pierre ! Il existe donc bien encore de cette espèce si prisée de bibliophile !

On m'avait dit qu'ils avaient tous disparus. Mais il n'en n'était rien, c'est heureux pour le libraire novis librorum.

B.

Anonyme a dit…

Un truc dans le genre :

http://bibliophilie.blogspot.com/2007_06_03_archive.html

Montag

Pierre a dit…

Montag,

Votre mémoire est exceptionnelle, et l'article présenté est exactement celui que j'aurais du faire si j'avais eu un peu de jugeote !

Je le reproduis pour les lecteurs à la suite de mon billet avec l'espoir que Hugues acceptera cette emprunt avec bienveillance. Je ne manquerai pas de faire référence à l'article dans la présentation.

Où l'on voit qu'une communauté de bibliophiles passionnés porte de bien belles valeurs.

Merci. Pierre

Pierre a dit…

Bertrand,

Pour croire qu'il existe des bibliophiles comme ceux que j'ai décris, il faut aussi croire au Père Noël ! J'ai toujours trouvé l'idée séduisante.

Joyeux Noël. Pierre

Pierre a dit…

C'est vrai que les premières pages de l'ouvrage nous montrent un beau travail de cochon ! ça s'arrête rapidement heureusement mais l'employé qui a fait ceci, même avec tout le respect que j'ai pour les gens du 17eme siècle est un #!µ?¤ du *£!§, et je m'y connais. Pierre

Anonyme a dit…

Et alors est-il vendu?
Cordialement,
Vincent P.

Pierre a dit…

Bien sûr que non ! Et reconnaissez que je n'ai rien fait pour qu'il en soit ainsi jusqu'à ce que j'insère, grâce au BDB une présentation correcte.

Quelque chose me chiffonne, en fait, dans son estimation. Sa présentation n'est pas très fréquente, la reliure est très belle, son état honorable mais le texte (en français, ouf !) qu'il contient ; jusqu'à un retour du mysticisme prévisible en France dans les cents prochaines années ; ne déchaine pas la Passion (sic).

Je crois qu'il lui manque quelques gravures pour trouver un autre maître que moi.

Un avis de libraire ?

Pierre

Anonyme a dit…

Oui belle reliure il est vrai, mais le texte compme vous dites est "dur" à négocier...
Et la reliure a elle seule justifie-t-elle plus de 1500 euros?
Vincent P.

Pierre a dit…

Imaginons, mais il ne faut surtout pas le faire, qu'une personne découpe proprement un carré dans ce Grand in-8, enlevant par la même la datation et tout ou partie du texte pour y mettre son courrier du cœur ou quelques pièces en or. Que vaudrait alors la reliure ? Surement pas le prix que j'estime pour cet ouvrage.

Donc j'estime, peut-être à tort, que les deux pages de titre avec tout ce qu'elles indiquent sur la provenance de l'ouvrage, la datation, l'impression et le surtout le texte qui développe, explique et justifie la façon de penser, de procéder et de vivre des catholiques 15 ans avant la révocation de l'édit de Nantes (bien développé sur 1200pages) donne de l'attrait et un prix à ce livre.

Je ne crois pas me tromper en disant que ce livre, seul, pourrait être le sujet d'une thèse. Et en plus la provenance et la reliure sont jolies. C'est donné, non ?

Pierre

Anonyme a dit…

Malheureusement ce texte n'est pas un grand texte fondateur de l'Eglise catholique, ni un commentaire...Un texte de mysticisme et d'oraison personnelle je dirais...Bref très très loin de la littérature catholique recherchée: une production jésuitique très classique de cette époque...

Vincent P.

Eric a dit…

Auriez vous un ouvrage de référence ou une bibliographie à proposer pour guider les bibliophiles athées vers les grands textes religieux ?

Eric

Pierre a dit…

Vincent,

A bien y réfléchir, je pense que mon échelle des valeurs n'est pas encore au point et plus influencée par mes centres d'intérêt que la loi du marché. Certains "Hetzel" coutent plus et valent moins.

Agissons donc avec méthode.

Le texte peut se trouver pour 200 €
La provenance et la datation pour 200 €
La reliure pour 300 €
Ma marge (recherche, etc) est de 250 €

L'ouvrage pourrait logiquement être proposé à moins de 1000 € ? Cette méthode de calcul est-elle reproductible ?

Pierre

Pierre a dit…

Eric,

Je ne sais pas quel serait l'ouvrage de référence mais je vais chercher.

Un bibliophile athée peut s'intéresser à la chose s'il est du type "mystique agnostique" mais ce sera au prix de grands moments de doutes et de colères.

J'en devisais hier soir avec un horrible hérétique de mes amis qui me conseillait un excellent texte de Voltaire. On y retient l'épigramme "L'univers m'embarrasse, et je ne puis songer / Que cette horloge existe et n'ait point d'horloger"

Une fois admis l'axiome, tout un pan de cette littérature est à portée de lecture.

Pierre qui n'est pas un spécialiste de la chose ;-))

Anonyme a dit…

... au final, et arrivant trois ans plus tard, cet ouvrage a-t-il était vendu ?
Xavier

Anonyme a dit…

... été vendu (c'est la chaleur !)
Xavier

Pierre a dit…

En fait, c'était l'ouvrage d'un ami qui désirait s'en séparer. Après quelques temps, je lui ai rendu et l'ai ensuite aidé à le vendre en direct avec un confrère.

Un an après mon installation (janvier 2009), on voit que je tâtonnais encore dans ce commerce du livre ancien. Les reliures d'agonothètes n'étaient pas ma spécialité ;-))

Pierre

Anonyme a dit…

Bien heureux qui peut se prétendre spécialiste :-)
Merci,
Xavier