mercredi 11 novembre 2009

Commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918


11 novembre : Armistice 1918

Cette année, c’est une première pour la commémoration de l’armistice du 11 novembre car la France a invité Angela Merkel, la chancelière allemande en signe de réconciliation définitive entre la France et l’Allemagne. Après quatre ans de combats épuisants dans les tranchées, le bilan fut lourd pour les différents pays car l’on recensa près de 18 millions de morts au total ! Sans oublier les millions de mutilés et d’invalides. Avec la capitulation de l’Allemagne, le cessez-le feu entra en vigueur à 11 h le 11 novembre 1918.

J'ai trouvé sur mes rayonnages une petite plaquette éditée en 1915 qui rappelle la souffrance des femmes et des mères touchées par la disparition d'un mari ou d'un fils. J'en reproduis la préface. Elle cautionne le sacrifice des soldats à la patrie. Elle en explique les raisons. Elle en excuse les conséquences. Le raisonnement sonnait juste à l'époque.


"A celles qui pleurent…Aux femmes chrétiennes et françaises que la guerre endeuille si douloureusement chaque jour, je dédie ces simples pages où, sous forme de lettre à une mère dont le fils est mort au champ d'honneur, j'ai essayé, en m'inspirant de l'Evangile et de la doctrine de l'Eglise, de dire la parole de réconfort, de consolation et de surnaturelle espérance dont ces cœurs meurtris ont besoin.

Et je prie Dieu d'avoir pitié de ceux qui sont partis, comme de ceux qui restent et qui les pleurent. Je le prie de bénir et de féconder le sang des uns et les larmes des autres, pour la victoire de nos armes et la résurrection de la patrie…"

"Alliance du sabre et du goupillon", que de crimes avons-nous perpétués en ton nom !

Pierre

GAMBER (S. Abbé). A celles qui pleurent. Marseille, Imprimerie provençale, 1915, plaquette in-8, 24pp, une tache coin sup droit du premier plat, cahier mobile mais ensemble très propre. Vendu.

PS : Pour finir sur une note plus gaie, le 11 novembre c'est aussi le jour de mon anniversaire !

4 commentaires:

Bertrand a dit…

Alors, un petit cadeau spécial dédicace pour l'anniversaire à Pierrot !

Pour déstresser au bureau...

http://www.planetdan.net/pics/misc/sarkozy.swf

Bon clic !

B.

Jeanmichel a dit…

C'est qu'à l'époque la patrie avait encore le sens que lui donnait Volney quand il écrivait :"J'entends [par patrie] la communauté des citoyens qui, réunis par des sentiments fraternels et des besoins réciproques, font de leurs forces respectives une force commune, dont la réaction sur chacun d'eux prend le caractère conservateur et bienfaisant de la paternité. Dans la société, les citoyens forment une banque d'intérêt ; dans la patrie, ils forment une famille de doux attachements ; c'est la charité, l'amour du prochain étendu à toute une nation."
La justice est pour la société (Ne fais pas à autrui le mal que tu ne voudrais pas qu'il te fit) ; la charité est pour la patrie (Ne fais à autrui que ce que tu veux qu'il te fasse).
Partir en guerre contre une chose délétère pour la famille, c'était faire la charité.
Cette terrible guerre a bien changé la donne...

Pierre a dit…

D'où la référence à la surnaturelle Espérance...

La charité, deuxième vertu fondatrice de la croyance, qui porte à désirer et à faire le bien du prochain s'est mise en place logiquement.

Il ne manquait plus que la Foi pour que la trilogie soit complète.

Pierre

Pierre a dit…

A bien y réfléchir, il y a beaucoup de choses désespérantes dans la vie. C'est ainsi !