jeudi 3 juin 2010

Yosemite Legends par SMITH (Bertha H.) : Les découvertes des dieux indiens.


Enfant ("petit" enfant, dirons- nous, puisque je reste encore à l'état de gamin), je jouais, comme nombre d'autres, aux cow-boys et aux indiens. Allez donc savoir pourquoi, je me retrouvais toujours indien, toujours perdant donc à la fin de chaque aventure, mais encore et toujours en position transcendantale, à l'écoute des dieux et des hommes. Tel un petit mémorial, ce livre m'a révélé le nom et l'identité des divinités qui soutenaient mes embuscades entre deux voitures, ou buissons ; douée d'une poésie païenne naturaliste, cette œuvre est d'un charme !


Oui, mais voilà, l'œuvre est en anglais ; bien dur sacrifice que de s'aventurer au décryptage de l'œuvre lorsque cette langue vous est presque inconnue. Cependant, je vous garantie que la lecture d'un seul de ces contes nourrit assez bien l'imagination pendant une journée entière, par sa toute simplicité, en fin de compte… Il y en a six différents, et, si les mots ne vous parlent pas, les illustrations, diablement bien subtilisées au réel (tant pas leurs couleurs que par leur originalité), elles, peuvent vous permettre d'entrer dans ce monde mystique qu'est la culture des indiens d'Amérique.

Mieux encore, si vous n'aimez ni perdre, ni les indiens, revêtez une casquette de conquistador espagnol qui découvre ces histoires pour la première fois (évitez Hernan Cortès, il n'était pas très apprécié, bien qu'efficace), et faites l'effort de découvrir les faiblesses et la religion de ces "nobles sauvages". Ou embarquez avec Pohono, l'esprit indien du vent, pour voir un peu de nouveaux paysages, et boire en même temps qu'une bière les magnifiques chutes d'eau décrites dans ce même conte.


Pour parler un peu plus de l'objet en lui-même, bien que l'idée même que transporte le livre m'importe énormément, je dois admettre que cet ouvrage est dans un état exceptionnel pour une édition assez exceptionnelle, elle aussi. L'auteur, Smith Bertha H., est une parfaite inconnue, peut être une réincarnation d'un sage indien, destinée à rappeler les origines mystiques de la partie nord américaine des Etats- Unis d'aujourd'hui… Ne vous abusez pas, nous sommes bien à la recherche d'informations la concernant, mais google n'est pas, pour le coup, d'une grande aide… Pourriez-vous l'être? Ici suit une petite traduction, sommairement faite par Google (et je m'en excuse) de ce que je viens d'écrire pour nos amis anglophiles et bibliophiles (et ne vous empêchez pas de rigoler, il paraît que cela fait du bien). Romaric, remplaçant de Pierre pour la journée. C'est mieux n'est-ce pas ?

Child ("small" child, shall we say, since I still have the status of child), I was playing, like many others, cowboys and Indians. Go figure why I always found Indian loser always be at the end of each adventure, but always in transcendental position, listening to the gods and men. Like a small memorial, this book has revealed the name and identity of the gods who supported my ambushes between two cars, or bushes, a gifted naturalist pagan poetry, the work is a charm!


Yes, but here, the work is in English, very hard sacrifice to venture out when the decoding of the language you are almost unknown. However, I guarantee you that reading one of these stories fairly well nourished the imagination for an entire day, by its very simplicity, in the end ... There are six different, and if the words do not talk, illustrations, stolen from the real damn good (not as their colors by their originality), they may allow you to enter this mystical world what the culture of American Indians.

Better yet, if you do not lose or Indians, put on a cap Spanish conquistador who discovered these stories for the first time (avoid Hernan Cortes, he was not very popular, although effective), and let effort to discover the weaknesses and the religion of these "noble savages". Or step aboard Pohono, the Indian spirit of the wind, to see some new scenery, and drink a beer at the same time the magnificent waterfalls described in that story.

To talk a little more than the object itself, although the idea that the book carries much I care, I must admit that this book is in exceptional condition for a somewhat unique issue, too. The author, Bertha H. Smith, is a complete unknown, may be a reincarnation of an Indian sage, intended to recall the mystical origins of the North American United States today ... Do not deceive yourself, we are looking for information about it, but google is not, for once, a great help ... Could you be?


SMITH (Bertha H.). Yosemite legends. San Francisco, Paul Elder & Company, 1904. Format grand in-8. Percaline rouille illustrée, contre-plat à motifs indiens, dos lisse avec pièce de titre en lettres dorées. 3ff, page de titre, avec frontispice et page de titre. 64pp. 5ff avec vignette d'éditeur. Nombreuses illustrations Art Nouveau sous serpente de Lundborg. Bandeaux et cul de lampes. Beau papier, bel état. Offert

12 commentaires:

Pierre a dit…

Merci Romaric pour ce bel article propre à contenter les anglophiles bibliophiles (ça existe !) Pierre

Anonyme a dit…

Congratulations Sir!
That is a so good translation ! Thanks Google Translate.
Without any doubt, this book could be appreciated by French readers and my english colleagues who read you.
Amanda Smith

Jeanmichel a dit…

Good grief ! Your blog is rich !...

Pierre a dit…

A l'heure de la mondialisation, j'ai pensé que faire dans l'international serait une bonne carte de visite.

je fais quoi, moi, quand Romaric est absent ? ^^ Pierre

Billy Bob from Arkansas a dit…

Hey Romaric,

Sweet blurb! Makes me want to read the book, in English *and* French. Since you've walked a mile in moccasins, you might be just the guy to translate it, too. Why not give it a shot?

Good luck and keep on truckin'...

Anonyme a dit…

Hey man,

Thanks for the translation! I relayed it on to a friend of mine who's a Paiute. I live an hour north of Yosemite and plan on tackling Half Dome this summer. I'll definitely have this book in mind when I'm there. I heard it's a hella hard hike, so wish me luck!

Peace out from California!
p.s. how about translating the rest of the site for your readers on the other side of the ocean? :)

Textor a dit…

Peter, je vois que vous avez un public outre-Atlantique ! Pourquoi ne pas intaller le traducteur google dans un coin de votre page comme sur le Bibliomane Moderne ?
La traduction n'est pas trop mauvaise, je me suis parfois amusé à traduire certains de mes articles, c'est curieux mais on comprend à peu près le sens.
Textor

Pierre a dit…

J'avais aussi pensé à proposer directement tous les articles en anglais avec un traducteur google-french dans le coin à gauche...

Il faudra que je soumette cette proposition à Philippe Gandillet dont le style emphatique est, à coup sûr, exportable !

Un grand merci à Romaric. Pierre

Pierre a dit…

He man, too,

No doubt your hiking near Yosemite brings you great satisfaction. It is a false idea, conveyed by media fan of sensational, I think, to imagine that Americans no longer know how to walk. The American heartland was still a wilderness populated by hikers whose Davy Crockett is one of the most illustrious representative, isn't it ? This great representative of the adventure was my comics' hero for a long time. Is he still alive?

If the descent of a canyon brings you around Tarascon in Provence, I will be pleased to provide you this book about your beautiful country. Peter Crockett

roma13 a dit…

hé bien hé bien!
je trouve cela plaisant qu'autant de commentaires découlent de cet article... L'oeuvre en elle même y est pour beaucoup, sans aucun doute!
effectivement, il me semble qu'un traducteur mauvais vaut mieux que "pas de traducteur du tout"... je te souhaite bonne chance, Pierre!

Pour nos amis du nouveau continent, je vais m'efforcer de transcrire ce que j'écris... ne les laissons pas seuls!
----------
well well!
I find it agreable to see that so many commentaries are following this article... The book is the main reason,without any doubt!
Actually, A bad google translator may be better than no translator at all... Good luck, Pierre!

Jeanmichel a dit…

Je ne suis pas persuadé de ce que vous affirmez, roma13. Un simple dictionnaire vaut à mes yeux beaucoup mieux qu'un mauvais traducteur, cela aurait évité à je ne sais plus qui de me demander mon "code de fermeture à glissière" quand il désirait connaître mon code postal (zip code).

Pierre a dit…

Ma journée commence par un large sourire. Merci Jean-Michel !