samedi 29 septembre 2012

Les prophéties de M.Michel Nostradamus dans une édition avignonnaise de 1794...


Nostradamus est connu pour ses très nombreuses prédictions. Il est aussi reconnu pour la complexité à déchiffrer les quatrains de ses Centuries…Il faut tout d'abord savoir que des milliers de traductions de ces Centuries ont été écrites depuis 1555. Dès 1688, un ouvrage intitulé "Les vraies prophéties et Centuries… avec la vie de l'auteur" était publié à Amsterdam.

Le "prophète" de Salon-de-Provence (natif de Saint Rémy de Provence ; presque tarasconnais, pour tout dire…) aurait ainsi prévu plusieurs grands événements de l'Histoire française et européenne : l'arrestation de Louis XVI à Varennes, le règne de Napoléon Ier ("Un empereur naîstra près d'Italie / Qu'à l'empire sera vendu bien cher / Diront avec quels gens il se rallie / Qu'on trouvera moins prince que boucher"), la guerre de 1870 et l'arrivée d'Hitler au pouvoir en Allemagne… 

A ces thèses qui certifient les talents de visionnaire de Nostradamus, répondent d'autres études, plus sceptiques. Pour ces historiens, le langage obscur de Nostradamus, mélange de vieux français, de latin et de provençal, a abouti à des interprétations erronées.

Par ailleurs, de fausses prophéties ont été attribuées à Nostradamus. Après le 11 septembre 2001, le bruit a circulé que certains quatrains des Centuries mentionnaient la destruction des Twin Towers. Juste après les attentats, le nom du "prophète" est ainsi l'un des plus tapés sur les moteurs de recherche, qui renvoient pour beaucoup à ce quatrain : "Dans la ville de York se produira un grand effondrement / Deux jumeaux déchirés par le chaos / Pendant que la forteresse s'écoule le grand dirigeant succombera / La 3e guerre débutera pendant que la Grande Cité brûle". Vérification faite, il en a résulté que ce passage n'existe pas, et que la seule référence pouvant être rattachée au 11 septembre se présente dans ce quatrain : "Le ciel brûlera à cinq et quarante degrés / Le feu s'approchera de la grande cité nouvelle.../ Quand ils feront passer les Normands en jugement". Nostradamus nourrit donc un fantasme collectif qui était déjà apparu bien avant le XXe siècle !


Les prophéties de Nostradamus continuent, parait-il,  jusqu'aux années 6000 et nous expliquent comment la terre va mourir en 3797. La terre sera absorbée par le soleil qui deviendra une énorme masse rouge. Auparavant de grosses météorites provenant en partie de la désintégration de Mercure et de Vénus happées par le soleil avant nous, s'écraseront sur terre provoquant des inondations et des raz de marée d'une hauteur de trois milles mètres qui balaieront tout sur leur passage… Heureusement pour nos descendants, Nostradamus nous dit que l'homme quittera bien avant la terre, devenue inhabitable pour d'autres planètes. L'homme ira d'abord vers les systèmes planétaires proches, puis engendra de nouvelles civilisations dans d'autres mondes, vers un système plus accueillant. Enfin, ça, c'est mon interprétation  ;-))

J'ai feuilleté, d'un derrière distrait, l'ouvrage pour savoir ce que nous promettait l'année 2013. Rien de bon, semble t-il : Les prophéties ignorent totalement le glorieux destin de notre pays mais on apprend avec bonheur que c'est l'Olympic Lyonnais qui va remporter la coupe de France de football à la fin de la saison… Vous trouverez tout ceci dans l'ouvrage de 1794 que je propose aujourd'hui à la vente. Pierre


NOSTRADAMUS (Michel). Les prophéties de M.Michel Nostradamus, divisées en dix Centuries. Nouvelle édition imprimée d'après la copie de la première édition faite sous les yeux de César Nostradame son fils en 1568. A Avignon chez les Frères Bonnet, 1794. Un volume in-12 de 144 pages. Broché à couverture d'attente bleue. Petit angelot au titre, une vignette fleurie page 25. Cette édition comprend la Préface de Michel Nostradamus à ses prophéties dédiée à son fils César datée de Salon, le 1er Mars 1555 (page 10), la Lettre à Henry II datée de Salon, le 27 Juin 1558 (page 24), les Centuries I à V complètes, les 99 premiers quatrains de la Centurie VI plus un quatrain latin "Legis cantio contra ineptio criticos, les 42 premiers quatrains de la Centurie VII, les Centuries VIII à X complètes. Salissures en premières et dernières pages. Manque deux feuillets (pages 127 à 130. voir cliché). Édition peu courante. Vendu

14 commentaires:

Pierre a dit…

Selon Nostradamus, le pire est à venir. Je ne vois que les écologistes pour être plus pessimistes ;-)) Pierre

Anonyme a dit…

Nostradamus est un incompris. Son oeuvre n'a pas encore rencontré l'exégète parfait qui, tel Stephen Albert dans la nouvelle de Borges "Le jardin aux sentiers qui bifurquent", comprenne le symbolisme de sa lecture.
Un nommé Ts'ui Pên se cloître treize ans dans un lieu isolé, le Pavillon de la Solitude Limpide, en disant : "Je me retire pour écrire un livre" et "Je me retire pour construire un labyrinthe" et en accompagnant cela d'un message : "Je laisse aux nombreux avenirs (non à tous) mon jardin aux sentiers qui bifurquent". Ce livre qui voulait raconter l'infini des avenirs fut jugé comme un joyeux galimatias, incompréhensible sauf à se rendre compte comme le fait Stephen Albert qu'un seul mot n'est jamais écrit, le mot "temps", et que ce mot est la clef.
Le récit bifurque dans le temps à chaque choix possible, explorant toutes les possibilités d'un acte et les faisant réalités ; le héros peut mourir puis vivre, le soleil se coucher sur un nouvel essor.
C'est ainsi qu'il faut appréhender Nostradamus, et à bien y regarder il y a en effet un mot que jamais il n'écrit, le mot "courgette" (à moins que celui-ci n'existe dans les fameuses pages manquantes, entre 127 et 130).
On a dit ça, on a tout dit.

Jean-Michel

calamar a dit…

courgette... non mentionné dans un torche-c... c'est clair : la courgette est un remède divin contre tous les problèmes intestinaux.
Cet achat devrait être remboursé par la Sécurité Sociale !

Pierre a dit…

Vous êtes sévère avec Nostradamus ou alors, avec mon édition, Calamar ! Ce n'est pas parce que je l'ai feuilleté d'un derrière distrait qu'il faut en faire un torche-c...* ;-)) Pierre

* les deux pages manquantes, c'est pas moi !

Pierre a dit…

Merci, Jean-Michel, pour votre analyse limpide ;-)) Pierre

Eric a dit…

Je confirme, pas de courgette dans les pages manquantes.

Un petit quatrain manquant : Centurie IX quatrain 86p. 129:

"
Du bourg Lareine par viendront droit à Chartres
Et feront près du pont Anthoni pause,
Sept pour la paix cauteleux comme martres,
Feront d'entrée d'armée à Paris clause"

Et les explications d'Anatole le Pelletier :
"Construction :
Sept chefs, armés pour rétablir la paix (sept pour la paix), mais astucieux comme des fouines (cauteleux comme martres), entreront dans Paris vide de son armée (clos d'armée) qui marchera sur Chartres, en passant par Bourg-La-Reine & par le pont d'Antony, où elle campera (feront pause).

Scholie :

Les généraux des sept nations coalisées contre Napoléon (Les sept nations qui ont stipulé par leurs mandataires avec le France, aux traités de 1815, sont ; l'Angleterre, l'Autriche, la Prusse, la Russie, l'Espagne, la Suède & le Portugal), sous le prétexte de rétablir la paix, mais secrètement jalouses d'amoindrir la France (cauteleux comme martres), entreront, en vertu de la capitulation du 3 juillet 1815, dans Paris dégarni de troupes (clos d'armée) & évacué par l'armée française, qui battra en retraite sur Chartres, pour se porter derrière la Loire, en passant par Bourg-la-Reine & par le pont d'Antony, au-dessous desquels elle était campée".

Eric

Pierre a dit…

Merci Éric,

Je savais, grâce à votre excellent site, que vous aviez les deux pages qui me manquent, dans cette édition . Si j'osais, je demanderais une photocopie* ;-)) Pierre

* je n'irai pas jusqu'à faire une génuflexion car mes rhumatismes se sont réveillés avec la pluie. Un moulinet du chapeau vous conviendrait-il ?

Eric a dit…

C'est parti !
Par contre je vous demanderai de garder pour nous le résultat de OM/PSG qui y figure sans aucune ambiguïté.

Si avec cela et vu la somme fort modeste que vous en demandez, ce serait bien l'oeuvre du malin si vous ne vendez pas cette édition ancienne de Nostradamus rapidement.

Eric

calamar a dit…

il faut même augmenter le prix, si les 2 photocopies des pages manquantes, soigneusement travaillées pour se fondre harmonieusement dans l'ouvrage, sont jointes, comme cela s'est déjà pratiqué... "ouvrage collationné complet" !

Pierre a dit…

Cela ne sera pas le cas, calamar. Ce ne serait pas malin ;-))

Merci à Eric Zink de l'Escalier des sages, [273 rue Saint Denis. 92700, Colombes] pour ce geste très confraternel qui montre, si cela n'avait pas encore été prouvé, que l'élégance intellectuelle est encore bien vivante. Pierre

pascalmarty a dit…

Ah, un bouquin tel qu'il est sorti de chez l'imprimeur ! Sans doute pas terrible pour la conservation, encore que celui-ci semble en plutôt bon état, mais combien émouvant. Il y a comme ça des parties de fresques à l'abbaye de la Chaise-Dieu dont n'existe que le tracé sans aucune mise en couleur. On a l'impression que les gars sont partis bouffer leur sandouiches et ne sont pas encore revenus. Des traces de temps en suspens, ce n'est pas si fréquent et ça mérite bien qu'on s'y arrête.

Pierre a dit…

C'est vrai que, ce Nostradamus, dans sa couverture d'attente, il ne fait pas rêver le bibliophile... Mais on lui a tellement dit qu'il ne faut jamais relier un ouvrage ancien dans une reliure contemporaine, qu'il faut aujourd'hui le mettre dans une boite comme un sarcophage, que le bibliophile hésite...

Au XIXeme siècle, les ayatollahs de la conservation du patrimoine n'avaient pas encore frappé et certains Elzeviers en maroquins cerise s'en portent admirablement bien !

On peut aussi le laisser comme cela. Les gars qui sont partis manger leur sandouiches reviendront peut-être ? Pierre

sebV a dit…

Mmmh je me demande si je préfère pas une couverture d'attente à un de ces maroquins XIXème secs et sans âmes car parés trop fins.
Cela dit j'aurais tendance à vous rejoindre Pierre sur les ayatollahs de la conservation, les livres doivent être un patrimoine vivant !

Pierre a dit…

Imaginez justement qu'on veuille le faire relier aujourd'hui cet exemplaire !

C'est un ouvrage populaire (cartonnage, percale ou basane marbrée) de la fin du 18eme siècle (dos lisse), ce n'est pas un grand papier (le rognage doit être à minima), il est un peu sale (un petit lavage me parait nécessaire), il doit être reconnu dans la bibliothèque (pièce de titre, initiale du propriétaire en queue). Les deux feuillets manquants doivent être insérés avec indication manuscrite et signée de leur provenance.

Pierre-Yves et François, vous en pensez quoi ? Pas la peine de m'envoyer de devis chiffré, quand même ;-)) Pierre