lundi 20 juillet 2009

Causerie du lundi de Philippe Gandillet. Le cuisinier Royal


Un livre de cuisine !

Décidément, Pierre n'a aucun respect pour son chroniqueur attitré. On me reconnaît beaucoup de qualités ; j'ai eu la chance, en effet, d'être comblé par la nature en certains points ; mais pas celle d'être un gourmet de première… Perdre du temps à table n'est pas délassement qui me parait profitable. Mieux ! Un jeûne de trois journées permet parfois une purge bénéfique à l'organisme et cette perspective devrait ravir tout quinquagénaire dynamique amené à honorer trop fréquemment les invitations à dîner.


Le premier jour se passe en général fort bien. Un bouillon de légumes, une eau pure légèrement alcaline prise de façon régulière suffisent pour la journée. Une agréable sensation d'appétit ne tarde pas à se vérifier le soir et c'est normal. Fort du précepte "qui dort dîne", il est possible de sauter le repas du soir en se couchant de bonne heure.

Le lendemain la faim a disparue pour faire place à une gaîté communicative. Il n'est pas rare à ce moment de faire des jeux de mots très drôles ou d'avoir des réflexions pertinentes sur le sens de la vie. Je conseille, malgré tout, pour ne pas paraître trop brillant en société - et provoquer ainsi un peu de légitime jalousie - de prendre, au déjeuner, deux pommes accompagnées d'une infusion de tilleul allongée d'eau bicarbonatée.

C'est le troisième jour de jeûne que les conséquences les plus heureuses apparaissent. J'ai personnellement battu trois fois dans la même journée un record de natation olympique et il m'est même arrivé d'accompagner ma femme dans les magasins sans présenter le moindre signe d'impatience. Je ne peux assurer de ces résultats à mes nombreux lecteurs mais je vous engage néanmoins à essayer...



Force, courage et goût à la vie n'ont malheureusement qu'un temps. Il faut de nouveau répondre aux sollicitations empressées des maîtresses de maison et c'est toujours avec un peu de nostalgie pour cette ascèse bienfaitrice que je me ressers trois fois de Cassoulet, de Tête de Veau, de Vole-au-Vent, de petits pâtés au Homard ou de Gras-double allongé de Saint-Julien 1985 que je digère si mal… Revenons à nos côtelettes de mouton ! Je m'exécute car je suis bien rémunéré. Il s'agit d'un ouvrage un peu lourd. Il me parait complet des plans de table qui ont fait sa renommée (où met-on l'archevêque si le sous-préfet est présent ?). La reliure contemporaine est solide et étanche à défaut d'être jolie. On peut donc essayer les nombreuses recettes proposées.

Bon appétit ! Votre dévoué ; Philippe Gandillet


VIARD , FOURET (Hommes de Bouche.) LE CUISINIER ROYAL, ou l'art de faire la Cuisine, la Pâtisserie et tout ce qui concerne l'Officepour toutes les fortunes. A Paris, Chez J.N. Barba, libraire, Palais Royal, derrière le théatre-Français, n 51, 1825 , in-8, 540pp - table des matières xxviij, basane solide contemporaine, rousseurs. Douzième édition, augmentée de 1 100 articles, et ornée à l'origine de 9 planches pour le service des tables depuis 12 jusqu'a 60 couverts et suivie d'une notice sur les vins par M. Pierhugue, Sommelier du Roi. Cet exemplaire possède les 6 planches des II (25/30) et III (36/40). Ouvrage usagé mais solide, rousseurs. Vendu

3 commentaires:

Bertrand a dit…

Une reliure "étanche"... tiens tiens... j'avoue ne pas encore avoir eu l'idée d'employer ce terme dans mes notices... je vais y songer.

Décidément le billet de M. Philippe Gandillet devient un must du lundi, je ne le raterais plus pour rien au monde, même un bon gras-double à la crème et au persil...

B.

Jeanmichel a dit…

Oui, mais...
Philippe Gandillet, dont on a pu remarquer que l'élocution se rapprochait un peu de celle de M. Micawber du "David Copperfield" de Charles Dickens caractérisée par un discours dont les phrases s'emberlificotent dans de dangereuses circonlocutions jusqu'à n'en plus pouvoir sortir, Philippe Gandillet aura peut-être voulu user d'une métonymie doublée d'une métaphore signifiant que c'est le livre lui-même qui est propre à étancher la soif... de connaissances (oenologiques ?)

Pierre a dit…

Philippe Gandillet participe à une étape du tour de France en raison du désistement momentané de Lance Armstrong. Il sera enchanté de vos compliments à son retour. Pierre