lundi 17 décembre 2012

Causerie du lundi de Philippe Gandillet : Un blog pour enseigner et apprendre : Histoire de la bibliophilie…




Discours prononcé à la librairie de Pierre, notre libraire tarasconnais, vers 15h15 par Philippe Gandillet pour la réception du Bibliophile Rhémus dans le cénacle de l'Académie Blogophile.

Cher Jean-Paul,

Permettez-moi de vous appeler par votre prénom. La bienséance s'efface devant la franche camaraderie. Votre élection a été accueillie par notre Compagnie, avec une satisfaction si sincère, si unanime, qu’à peine venait-elle de s’accomplir, il n’était pas un seul d’entre nous qui ne se précipita pas sur son clavier pour faire un commentaire sur le blog que vous veniez de créer : L'histoire de la bibliophilie.

Il n’est pas besoin de vous connaître depuis longtemps pour éprouver à votre égard une véritable sympathie et si voisine de l’amitié, qu’il est nécessaire de lui faire entendre raison et de lui dire : " Non, pas encore, un peu de patience ; ce ne serait pas convenable ". Tout ce qu’il y a en vous de net (je dirais même : de très net), de droit (je dirais même : de très droit) apparaît dans le temps même où l’on vous rencontre. Vous, Jean-Paul, ce n’est pas à l’ancienneté que l’on vous aime et que l’on vous estime, c'est au choix.


Que cette faveur n’aille pas vous surprendre ; elle vous est due. Elle est due à votre vie dévouée à la médecine, à votre labeur grave et ordonné, à votre talent fait de réflexion, de lucidité, à la noblesse égale de votre caractère, prompt à accepter tous les devoirs, les plus grands, parce que ce sont les plus beaux, les plus petits, parce que ce sont les plus difficiles. Elle est aussi due à votre passion pour le livre ancien où vous avez conservé toutes ces mêmes vertus.

Étymologiquement, le bibliophile est celui qui aime les livres. Faut-il encore qu’il en possède, précisez-vous. C'est un indéniable avantage que d'être bibliographe puisque ce dernier, s'il se doit de rechercher des documents de bibliothèques pour les lire, de rechercher des références, de noter ces références, de les classer et de signaler leur existence, bref de les identifier… il n'a pas besoin de les posséder !

Vous vous êtes donc attelé, cher Jean-Paul, à nous faire bénéficier du résultat de vos recherches à travers un blog totalement désintéressé. Votre sacerdoce de médecin ne vous a t-il pas suffit ? Et vous vous posez déjà la question de savoir si ce défi n'est pas inaccessible. Je vous rassure : très peu de blogueurs sont nés bons. Comme pour de nombreuses compétences, on gagne en dextérité avec le temps et en pratiquant (c'est ce que je me tue à expliquer à Pierre qui est pourtant parti avec un lourd handicap). Je ne doute pas que votre site personnel ne devienne rapidement la référence à atteindre pour nombre d'entre-nous. Les échanges à venir se promettent d'être fructueux, à la fois pour l'animateur éclairé que vous êtes et pour les commentateurs attentifs que nous serons !


Vous souffrez en me lisant, Jean-Paul, vous souffrez énormément, je le sens, je le vois. Vous souffrez dans votre modestie… Mais, est-ce une raison pour que je néglige la fermeté et la rigueur de votre démarche de bibliographe ?  De bibliomanographe, dites-vous car celui qui manifeste une telle obsession d’écrire au sujet des livres et de leur histoire se devait d'avoir un qualificatif à la hauteur de son mérite. Bienvenue dans notre cénacle, donc, Jean-Paul et merci à l'informatique d'avoir fait de vous un immortel à vie ! 

Votre dévoué. Philippe Gandillet

12 commentaires:

calamar a dit…

"Discours de réception de Mr Jean-Paul Fontaine, par Philippe Gandillet". Y a-t-il un tirage en grand papier ?

Anonyme a dit…

D'accord, mais ce sera un grand papier sans témoins... Philippe Gandillet

Le Bibliophile Rhemus a dit…

21 h 44 : je découvre.. j'en rougis..
Il est de règle de répondre : dès la séance de demain matin, ici.
La nuit devrait me porter conseil ...et mettre en oeuvre mes neurones, du moins je l'espère.

Pierre a dit…

Lui a eu la chance, par rapport à vous, d'avoir pris le temps pour faire son discours ;-))

Bienvenu au club ! Pierre

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Cher Philippe Gandillet,

Souverain dispensateur d'une gloire durable, votre suffrage met le comble aux honneurs de l'esprit, il ajoute aux dignités du siècle, il relève les avantages de la naissance, il immortalise.
Quel titre ais-je pour prétendre à ce haut degré de faveur et comment avez-vous pu vous prêter à mon ambition ?
N'avez-vous point à craindre que dans cette Académie Blogophile même il s'élève quelque voix hardie pour vous le reprocher ?
Quoiqu'il arrive, j'ai l'obligation de mériter les bienfaits que vous avez daigné répandre sur moi.

Anonyme a dit…

Si les bibliophiles sont différents dans leur démarche, Jean-Paul, je constate qu'ils ont tous ce même amour pour la justesse des mots, leur formulation et l'information qu'ils véhiculent. Nous voilà entre gens de bonne Compagnie… Ph Gandillet

Textor a dit…

Bon, alors, finalement, il n'y a plus que le Textor qui n'a pas de blog, ...va finir par passer pour un ringard... :)
T

Pierre a dit…

Mais non, mais non... Et puis vous êtes encore très jeune, Textor !

Les blogs, c'est surtout fait pour des retraités comme Hugues, Léo, Bertrand, Sébastien, Pascal, Jean-Paul ou Pierre (Bouillon) qui sont à la retraite et qui appréhendent de passer toute leur journée avec leur épouse à accompagner les petits-enfants au square ;-)) Pierre

Anonyme a dit…

Mais Textor, quand l'humeur se fige, quand la passion s'émousse, quand les braises de l'esprit se refroidissent en se teintant de gris, on a absolument besoin d'un ringard qui vienne les remuer, les attiser au rouge.

Jean-Michel

Anonyme a dit…

Alors là, je m'incline, Jean-Michel ! Moulinets du chapeau et ronds de jambe... Ph Gandillet

pascalmarty a dit…

Je tiens quand même à préciser que je ne suis pas à la retraite, que nous ne sommes pas mariés avec Agate (et que nous n'avons d'ailleurs pas d'enfants) et que si son métier de journaliste lui laissait un peu plus de loisirs c'est très volontiers que je l'accompagnerais plus souvent, au square ou au bout du monde…

Pierre a dit…

Jolie déclaration, Pascal. En fait, aucune des personnes citées (à part Jean-Paul) n'est à la retraite et toutes accompagneraient volontiers leur épouse au square s'ils en avaient le temps ;-)) Pierre*

*Moi même, je travaille même si ma femme en doute parfois...