mardi 26 novembre 2013

Édition de Don Quichotte illustrée par Antoine Coypel, Bernard Picard, Nicolas Cochin et François Boucher : quatre fois remarquable…


Don Quichotte est considéré par certains comme le premier roman moderne, en rupture avec la tradition médiévale. Considéré comme un roman comique à sa première publication, il est rangé de nos jours dans les classiques littéraires. Accueilli avec succès dés sa première parution, Don Quichotte est classé comme un chef d’œuvre et c’est un des livres les plus lus au monde.


Je vous propose aujourd'hui la première version française au format in-8 des Principales aventures de l'admirable Don Quichotte tirées de l'original espagnol de Miguel de Cervantes. Les amateurs savent qu'une version in-4 de 1746 l'a devancée illustrée par les mêmes artistes.


N'espérez pas trouver de nombreux exemplaires de ce livre à la vente chez mes confrères. L'ouvrage est assez rare à la vente et je n'ai trouvé qu'un ouvrage équivalent chez un professionnel renommé, en France.
Vous connaissez le synopsis de l'œuvre. Parlons illustrateurs…
Antoine Coypel est un fameux peintre du siècle du Roi Soleil. Son œuvre majeure est la décoration du plafond de la Chapelle au château de Versailles réalisé dans un style baroque qui rappelle les exemples romains que le peintre a admirés dans sa jeunesse. Il a réalisé aussi des tableaux de grandes tailles sur le thème de l'Enéide, pour les murs du Palais–Royal. Plusieurs sont aujourd'hui au Louvre, tandis qu'Énée et Anchise et la Mort de Didon sont au musée Fabre et qu'Énée et Achate apparaissant à Didon est au musée d'Arras. [ correction tardive :  Les gravures de cette édition néerlandaise de Don Quichotte en 1746 se fondent, entre autres artistes, dans les dessins de Charles Coypel - artiste qui apparaît aussi comme Charles Antoine Coypel - et non de Antoine Coypel, père de Charles, que j'ai mis dans ce texte par erreur.]


Bernard Picard a tâché d'imiter le savoir-faire d'Antoine Coypel : et il n'est pas moins riche ni moins abondant que lui. Cependant son œuvre est extrêmement curieuse et piquante par la variété des sujets et par l'esprit avec lequel ils sont composés. Parmi ses Portraits, les plus remarquables sont ceux de Roger de Piles, du prince Eugène, et celui (en médaillon) du Régent soutenu par Apollon et Minerve, d'après Coypel. Mais ce qui a rendu son nom pour ainsi dire "populaire", ce sont les planches qu'il a jointes au Traité des cérémonies religieuses de toutes les nations, ouvrage (Amterdam, 1723-43, 11 vol. in-folio) dont les gravures en sont le seul mérite, selon les connaisseurs de la liturgie catholique…


La mort de Coypel, arrivée en 1752, ayant laissé vacante la place de garde des dessins du cabinet du roi, Nicolas Cochin fut nommé pour y succéder. Différents mémoires sur les arts dont il entretint l'académie lui obtinrent, en 1755, le titre de secrétaire historiographe de cette compagnie. L’œuvre de ce maître est considérable, on compte environ 1500 pièces gravées par lui ou d'après ses dessins. Ses principaux ouvrages sont : Lycurgue blessé dans une sédition, le frontispice de l' Encyclopédie , les figures des oeuvres de Boileau qu'il a gravés lui-même, les seize grandes Batailles de la Chine , composées par des missionnaires à Pékin, et dont il a refait les dessins en partie, toutes ces estampes ayant été gravées par les meilleurs artistes de l'époque.


J'ai déjà eu l'occasion de vous parler de François Boucher, ici. Même s'il a été marqué par le style de ses maîtres, François Boucher trouve son style propre en devenant, en peinture, le représentant incontesté du style rocaille. Il devient le peintre à la mode. Ainsi, il travaille pour les hauts personnages de la cour ou pour des souverains étrangers (Le triomphe de Vénus en 1740 pour le roi de Suède ; La modiste, Stockholm, National Museum).


Toutes les illustrations hors texte de l'édition originale in quarto ont été réduites pour cette remarquable édition par R. Brunet. Les informations sur cet excellent graveur le sont également … Pierre


CERVANTES (Michel) Les principales aventures de l'admirable Don Quichotte représentées en figures par Coypel, Picart le Romain, et autres habiles maîtres; avec les explications des trente-une planches de cette magnifique collection. La Haye & se trouve à Paris, chez Bleuet, 1774. Deux volumes in 8. Reliure plein veau raciné, plats encadrés de trois filets dorés, dos lisse orné de motifs floraux, titre en lettres dorées, filet sur les coupes, tranches jaspées, gardes colorées. Tome I : Viij, 254pp, [1f – avis au relieur]. Tomme II :  [2ff], 322pp. Illustré de 31 belles gravures hors texte de Coypel, Picart, Cochin et Boucher, et réduites par R. Brunet. Une mouillure marginale sur la planche VIII et quelques salissures sur le premier tome, menus défauts de reliure. Rare et bel ensemble. Dépôt rendu

4 commentaires:

Textor a dit…

Belle édition !

Que Dieu me protège ! s'écria Sancho, n'avais-je pas prévenu Votre Grâce de bien prendre garde? Ne l'ai-je pas avertie que c'étaient des moulins à vent et que, pour s'y tromper, il fallait en avoir d'autres dans la tête?

T

Pierre a dit…

En espérant que le client ne soit pas un fantasme de mon imagination comme le moulin à vent celui de Don Quichotte... Pierre

Javier Cotanda a dit…

Désolé pour la correction, mais les gravures de cette magnifique édition néerlandaise de Don Quichotte en 1746 se fondent, entre autres artistes dans les dessins de Charles Coypel (artiste qui apparaît aussi comme Charles Antoine Coypel), et non Antoine Coypel, père de Charles, que vous avez mis dans votre texte par erreur.

Pierre a dit…

Dont acte... Merci pour cette correction à insérer dans cet ancien billet que je ne cautionne donc plus ! Pierre ;-))