lundi 6 juin 2011

Causerie du lundi de Philippe Gandillet : L'abbé Pluche émerveillé devant le spectacle de la nature…


Il y a des personnes sur terre auxquelles arrivent les aventures les plus saugrenues. Hier, Pierre notre libraire tarasconnais a pondu un œuf … Il est des évidences difficiles à admettre.

C'est un homme désorienté que j'ai eu au téléphone dans la soirée. Il m'a, bien sûr, demandé un conseil avisé car la saison touristique débutant bientôt, il se voyait mal assurer, à la fois, la couvaison et la gestion des clients de la boutique. Je vous livre le fruit de mes réflexions car cette situation peut très bien vous arriver, vous aussi, chers amis lecteurs (je m'adresse aux hommes qui en sont la majorité). De tempérament méthodique, j'ai fait comme l'aurait fait tout homme de bon sens, en procédant à l'étude rigoureuse de cette grotesque situation : Analyse, critique et proposition.

Analyse : "Chéri, tu vas être papa !". Combien d'hommes ont vécu cette annonce avec une joie teintée de jalousie ? Si la plupart des femmes ont une envie de maternité très marquée, on oublie de préciser qu'il en est de même pour la gente masculine. Un fort besoin de paternité est inscrit en eux. Contrairement à l'idée communément répandue, ce ne sont pas les relations sexuelles qui les intéressent. La meilleure preuve en est d'ailleurs que, dès que l'enfant apparaît, les pères actuels sont très présents. Il y a des exceptions, évidement.


L'envie d'enfant se développe généralement chez les hommes petit à petit, en même temps que les grossesses de leur compagne. Il n'est pas étonnant, de ce fait, que certains individus puissent présenter un comportement de substitution allant jusqu'à pondre un œuf… Je crois, en fait, que beaucoup d'hommes ont développé leur part féminine Il n'est donc pas surprenant qu'ils soient appelés à devenir de "nouveaux pères ". La ponte en soi n'est pas forcément quelque chose de très plaisant à regarder pour la femme qui vit avec son compagnon. En plus, contrairement à l'accouchement, c'est assez douloureux ! Mais elle peut très bien attendre et laisser faire le travail à l'homme puis être présente, là, pour prendre l'œuf dans ses bras…

Critique : La venue d'un œuf désiré peut être un moment difficile dans la vie du couple, il faut le rappeler. Souvent, après quelques années, la femme ne veut plus d'enfant ; parfois, elle en a déjà un et trouve que cela est largement suffisant. De plus, son inquiétude va être exacerbée par le fait qu'elle va craindre, après la ponte d'être abandonnée par son compagnon, particulièrement pendant la couvaison qui est assez longue chez l'homme (9 mois). Et puis, même les plus douces des femmes ont peur de cette paternité qui les éloigne du centre d'intérêt exclusif du papa… Voilà !


Proposition : En premier lieu, j'ai conseillé à Pierre de faire croire (et je sais que c'est un peu tiré par les cheveux) qu'un animal exotique serait l'auteur de cette ponte. J'ai personnellement pensé à l'autruche africaine, assez fréquente en Provence à l'époque de la migration. En deuxième lieu, j'ai proposé à notre libraire de trouver quelques amis compatissants pour partager, in poculis*, une omelette de près de trois livres... On peut servir avec, un petit vin d'Estezargues pour noyer le chagrin… C'est, je pense, la meilleure des décisions ! Trop de bibliophiles comptent sur notre libraire, ils le confirmeront. Je m'en vais d'ailleurs choisir un bel ouvrage sur les rayonnages de la boutique pour répondre à leur attente. En plus, c'est un hymne à la beauté de la nature… Le plus terrible dans cette histoire, c'est que loin de songer à le plaindre, la plupart des gens s'accorderont à sourire de sa mésaventure. Votre dévoué. Philippe Gandillet

* Une gandillesserie de plus, me direz-vous !


Noël-Antoine Pluche naquit à Reims (ou Rethel selon certains) en 1688. Le plus considérable de ses ouvrages est le spectacle de la nature ou entretiens sur l'histoire naturelle et les sciences, Paris, 1732, 8 tomes en 9 volumes in-12. Nous en donnons ici un florilège, témoignage d'un homme de génie, le plus compétent en cette matière et l'un des plus grands naturalistes qu'ait produits la France…

PLUCHE (Noël-Antoine). Beautés du spectacle de la nature ou entretiens sur l'histoire naturelle des animaux et des plantes. Tours, Alfred Mame éditeur, 1882, seizième édition. Format in-8. Demi basane havane, dos à 4 nerfs, motifs dans les caissons et pièce de titre emaroquinée à lettres dorées. 189 pages. Frontispice en noir et blanc. Ouvrage mis au niveau des connaissances actuelles par L.-F Jehan. Bel état. Pas de rousseurs. Cahiers solidaires. Vendu

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Ceci n'est pas un oeuf !
La perplexité affichée du libraire disparaîtra quand il saura que c'est un bézoard, mais la douleur persistera lontemps.
Est-ce l'émotion qui est la cause de son érythrokératodermie ?

Jean-Michel

Anonyme a dit…

Pas un œuf ? Nom d'un bézoard, je crois que Pierre a lancé les invitations pour le dîner ! Ph Gandillet

sandrine a dit…

Le symptôme couramment developpé par la gente masculine s'appelle la couvade, je crois.
Il serait bon de consulter.
Bien à vous,
Sandrine.Pince sans rire, mais un peu perplexe quand même.

christophe a dit…

our un oeuf d'autruche, il faut un marteau, une poêle familiale, 1 grosse truffe et une ribambelle d'amis.

Si la ponte du libraire peut paraitre extraordinaire, elle est apparue une fin de semaine extrêmement pluvieuse. Notre libraire n'aurait-il pas quelques soucis domestiques?

Pour moi, une omelette persillée matin et soir pendant 4 jours et nous retrouvons un perdreau de l'année.

Pierre a dit…

L'omelette persillée a en effet la réputation de couper le lait. On peut espérer que cela coupe aussi la ponte ;-)) Pierre

Pierre a dit…

Vous avez raison d'être perplexe, Sandrine. Je me demande si ce récit n'est pas, tout simplement, inventé ;-))

Ce billet ne fera pas d'ombre à l'excellent ouvrage de Pluche ! Pierre

Anonyme a dit…

C'est à dire qu'il manque une référence textuelle. Où Pluche cite-t-il des cas de ponte humanoïde dans la région de Tarascon?
Textor
PS Ne pas confondre la textologie et la Textorologie

Anonyme a dit…

Pluche a abordé un sujet aussi important, sinon plus, qui est un corollaire à ce premier phénomène inexpliqué : " De la poule ou de l’œuf, lequel a pondu l'autre ? ". Je pourrais en parler si vous insistez... Ph Gandillet

Anonyme a dit…

Quant à moi, j'insiste !
La discussion risque d'être passionnante en s'égarant par exemple sur la parole de Dali commentant son tableau "Enfant géopolitique observant la naissance de l'Homme nouveau" : - La géopolitique est l'oeuf dur de la géodésique...
Quant on a le tableau sous les yeux, c'est lumineux.

Jean-Michel

Nadia a dit…

(de retour sur les ondes... morte de rire, of course !).

Anonyme a dit…

Le premier fut l'oeuf de Christophe Colomb ! Il fallait y penser ....
Textor (définitivement faché avec son compte Google sur ce blog)

Pierre a dit…

En effet Textor...

Je résume l'anecdote : Chhristophe Colomb avait pris l'habitude pendant ses longs voyages de couver des œufs et beaucoup s'étonnaient que le poulet-frites soit servi chaque dimanche sur le vaisseau Amiral. Il aurait dit : C'est facile, il suffisait d'y penser !

Si l'on croit ça, on peut aussi croire que l'homme ponde un jour des œufs ;-)) Pierre

Anonyme a dit…

Avec un tel nom !...

Jean-Michel