vendredi 28 juillet 2017

Billet du jour...

Nadia - Juillet 2017
Chers amis,

Voici un résumé de ce qui m'est arrivé depuis trois mois. Une façon aussi de vous remercier pour les messages de sympathie que j’ai reçus depuis le début de cette année et pour l'attention renouvelée que vous me portez.

Pour aller à l'essentiel, j'ai été hospitalisé en soins palliatifs 3 semaines, début mai, pour une mauvaise récidive. Alors que j'aurais pu continuer à plonger plus profondément dans l'abattement, l'équipe médicale m'a aidé à faire front. J'ai organisé mon retour pour une hospitalisation à domicile mais j'ai aussi pris mon téléphone (aide à l'alimentation, kiné, infirmière, lit médicalisé, etc...) pour qu'elle se fasse dans de bonnes conditions. Je suis bien évidemment "un peu" (c'est un doux euphémisme) fatigué par les nouveaux cocktails chimiothérapiques que je fais maintenant en ambulatoire tous les 15 jours mais je suis cependant beaucoup plus détendu.

J'ai maintenant fait la part de ce qu'étaient les symptômes cérébraux dus à la présence de la tumeur de ce qu’étaient les conséquences secondaires de l'environnement (toujours un peu hostile quand on est handicapé) sur mon comportement. Beaucoup de désagréments ont disparu suite à cette prise charge hospitalière et j'ai donc pu arrêter rapidement tous les médicaments psychotropes même si je n'en abusais pas ! Avec la communauté médicale nous avons, d'un commun accord, séparé nos missions : eux s'occupent de mon corps, moi de mon âme et de mon libre arbitre tant qu'il m'en reste - à moins que je n'en ai jamais eu s'il faut en croire Spinoza… Je marche peu, mal, et maintenant avec une orthèse qui me tient le pied ainsi que le mollet mais je marche encore un peu ! Je me suis acheté un siège releveur et un fauteuil roulant pour les trajets à l'extérieur. Point positif : mon épouse ne passe plus le clair de son temps à me chercher quand nous déambulons ensembles dans la rue. Point négatif : j'entre souvent dans des merceries alors que rien ne m'y attire... ;-))

Je ne baisse pas les bras ! En tout cas, pas tout le temps... et j'ai retrouvé le sourire, le rire ainsi que le plaisir des livres. Des amis viennent me voir qui me trouvent beaucoup mieux. Avec un amateur, nous trions tranquillement (on a le temps) tous les livres de ma bibliothèque de jardin qui ont été achetés en commun par trois amis et mécènes désintéressés. Ils savaient que la résolution de ce problème (ne pas laisser ces livres orphelins) me tenait à cœur... Tous ces ouvrages sont aujourd'hui présentés et entreposés proprement en caisses gerbables dans une chapelle restaurée. Ils ont été estimés à des prix très bas, le principal étant qu'ils retrouvent des étagères ou des lieux accueillants pour continuer à enchanter leurs propriétaires. J'en ai aussi offert un grand nombre aux archives de la ville, j'en ai proposé à une congrégation de chartreux et surtout j'en ai confié à des amis qui leur redonneront une vie. Certaines reliures au mètre comblent également leurs propriétaires d'outre-Atlantique...

Cependant, je réalise que ma vie n'est pas, quand même, un long fleuve tranquille... Hier, un peu à cause de la fatigue post-chimio (il y a des potions magiques qui décuplent la force, d'autres qui décuplent la faiblesse), un peu à cause de mon amyotrophie musculaire, je me suis lourdement "ramassé" sur le carrelage quand mon pied s'est dérobé sous moi ! Résultat : une très forte douleur en regard du fémur ! Apparemment rien de cassé ni de luxé mais je suis aujourd'hui collé sur ma chaise roulante avec de grandes difficultés pour affronter les petits gestes de tous les jours. J'en profite donc pour vous écrire cette petite bafouille ! Je programme 4 à 5 jours minimum pour que la douleur disparaisse et pour me déplacer maladroitement avec ma canne tripode. Ce qui m’embête le plus c'est que je ne vais pas pouvoir aller voir "Aïda" à Orange comme prévu ce week-end !

Voilà… Ce qui me permet d'affronter aujourd'hui l'avenir en paix, c'est vous! C'est la bienveillante sollicitude de mes amis, l'amour de mes proches, un peu d’Épictète et de Sénèque, un peu d'humour, un peu de Foi, le mariage de mon fils ainé dans 3 semaines... et l'espoir que cela continue !

Très amicalement. Pierre

12 commentaires:

Pierre a dit…

Désolée Nadia, désolé Jean-Paul ! Un petit bug de mise en forme ne me permettait plus de retrouver, sur ma première version, ma police de caractère habituelle. J'ai donc recopié le même article avec la bonne police en "shuntant" vos gentils commentaires !

Je reste perfectionniste. Ce n'est pas toujours un avantage, aujourd'hui ;-)) Pierre

Hugues a dit…

Bonjour Pierre. Je t'embrasse amicalement et je pense à toi. Hugues

Josefina a dit…

Bonjour Pierre. Votre force, votre décision, votre amour a la vie, vos proches et les livres, sont admirables. Merci de pouvoir vous lire enconre un fois. Que le Bon Dieu vous aide.

Nadia a dit…

Ah ouais ? tu vires nos commentaires comme ça toi ? pfffttt, tu vois, faut que tu viennes ici plus souvent, tu perds la main :-))

Jean-Paul Fontaine, dit Le Bibliophile Rhemus a dit…

Ben oui Nadia... mais nous avons été les premiers à lire la bafouille tarasconnaise, à 6 du mat !
Pierre, être perfectionniste est toujours un avantage, encore plus aujourd'hui, face à la médiocrité quasi générale.
A très bientôt !

Nadia a dit…

Merci Jean-Paul, d'avoir écrit "quasi"... :-)

Francis Lucas a dit…

Très heureux d'avoir de tes nouvelles. Je pense souvent à toi et à ce moment privilégié à Tarascon ou j'ai pu me faire plaisir à voir tous ces cartonnages romantiques. Reprendre gout à la vie c'est le principal et j'en suis très heureux, à bientôt Francis

Pierre a dit…

Pour Rachel : Merci pour votre gentil mot en externe...

Je ne suis ni un héros ni un saint mais j'essaie simplement d'expliquer mes réactions et de présenter mes réflexions face à cette épreuve. Je ne désire pas être un exemple ; j'ai bien trop de défauts pour en être un et l'orgueil n'est pas le moindre de ceux-là. Je ne désire pas être un modèle ; je suis passé par bien trop de moments de faiblesse pour m'en prévaloir. Par contre, en présentant mes billets d'humeur avec un peu de détachement, un peu d'humour et un soupçon d'espoir raisonné, je crois avoir trouvé le bon équilibre entre le pathos larmoyant et l'optimisme béat…

Ce blog était un support bibliophile pour les amateurs de livres anciens. Mes lecteurs étant devenus mes amis avec le temps, j'ai pensé que la chaine de l'amitié ne devait pas se briser en raison de cette foutue maladie ! Les infirmières (vous en êtes) et le corps médical en étant un chainon majeur, je vous associe donc à mes pensées les plus amicales. Pierre Brillard (ou Philippe Gandillet selon la plume)

Nadia a dit…

Accortes, les infirmières ? :-))

Pierre a dit…

L’infirmière (ou l'aide soignante) est un sujet de fantasme pour les gens en bonne santé mais devient un sujet d’inquiétude pour le malade qui ne voit plus la blouse blanche transparente qui révèle ses courbes généreuses mais la seringue opaque qu'elle a dans ses mains... ;-))

Pierre

Nadia a dit…

Pas faux... :-))

Anonyme a dit…

Merci de ces nouvelles !
Xavier (du Luxembourg)